Areva: l'Observatoire du nucléaire dépose plainte pour "faux" et "mise en danger d'autrui"

  • AFP
  • parue le

L'Observatoire du nucléaire a annoncé mercredi le dépôt d'une plainte pour "faux, usage de faux et mise en danger d'autrui" dans l'affaire des anomalies présumées lors de la fabrication de composants de centrales à l'usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire).

Dans cette plainte contre X, dont l'AFP a obtenu copie, l'association anti-nucléaire rappelle que, selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), 400 pièces produites dans cette usine "ne correspondraient pas à la réalité", alimentant les craintes d'une falsification des résultats des tests de contrôle de qualité. "Cinquante pièces seraient en service sur le parc électronucléaire français", selon la même source.

"Nul ne sait quelle centrale est concernée et quelles précautions doivent être prises par la population eu égard à ce problème de sûreté", alerte l'association. "La mise en danger est donc permanente et il est urgent que ces documents falsifiés soient entre les mains de la justice", poursuit-elle.

Areva avait annoncé vendredi que des "anomalies" avaient été détectées dans le suivi des fabrications d'équipements au sein de son usine du Creusot, où a notamment été fabriquée la cuve du réacteur EPR de Flamanville (Manche) dont l'acier présente un défaut de composition.

Selon l'avocat de l'Observatoire du nucléaire, Me Emmanuel Riglaire, la plainte a été envoyée mercredi au tribunal de grande instance de Chalon-sur-Saône. Estimant "indispensable de stopper immédiatement les installations nucléaires concernées", l'association réclame dans un communiqué que l'enquête détermine "si des complicités, par exemple chez EDF et l'ASN, ont aidé Areva à écouler ses pièces défaillantes pendant des décennies jusqu'à l'affaire des cuves des EPR".

Mercredi matin, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal a déclaré que les premiers résultats des tests menés par Areva sur son site du Creusot étaient "bons".

Commentaires

Alang

Naïvement je croyais que l'Observatoire du nucléaire était (avec un nom pareil) un "vrai" observatoire, du genre à observer attentivement et scientifiquement notre "galaxie" industrielle et énergétique pour nous apprendre et nous dire des choses incontestables ... Et voilà que j'apprends que ce n'est qu'un faux nez des anti-nucléaires. Il n'observe pas mais, comme tout prédateur, il se cache (derrière son faux nez) non pour informer mais pour attaquer systématiquement sa proie - le nucléaire civil qui, quoi que notre carnivore puisse dire, se défend en général si mal. Que "l'Observatoire du nucléaire" change de nom, ce serait bien la meilleure des honnêtetés, non ?

Mireille

Bonjour Alang et Student,
Vos commentaires semblent lyncher un homme qui a une opinion différente de la votre. Vous manquez d'objectivité, non?
Je remercie l'Observatoire du nucléaire de tenter de protéger nos descendances. Nous sommes le pays le plus nucléarisé au monde, normal que le citoyen Français peine à se tourner vers les énergies renouvelables, les Français sont conditionnés à accepter l'énergie nucléaire malgré ses dangers. Heureusement que des scientifiques comme Bernard LAPONCHE, Benjamin DESSUS, Jean pierre PETIT... physiciens nucléaires aient enfin ouvert les yeux et reconnus qu'il faut cesser cette industrie, erreur du passé.

student

l’Observatoire du Nucléaire est en fait la propriété de Stéphane Lhomme, un antinucléaire qui s'est radicalisé au point d'être expulsé de l’association Sortir du Nucléaire, c'est dire !
Son militantisme pour qu'on arrête toutes les centrales nucléaires de France en mettant le pays dans le noir mériterait qu'on porte plainte contre lui, pour mise en danger des populations, suite à la pénurie durable d'électricité qui s'en suivrait.
Heureusement qu'il ne s'agit que d'un nid de doux rêveurs, mais ils font perdre du temps et de l'argent à notre système judiciaire déjà bien encombré par de vraies affaires.

Lebac

Student déclare que Lhomme a été expulsé de Sortir du Nucléaire ce qui semble vrai. Il oublie le reste de l'affaire qui est sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Lhomme
En avril 2010, Stéphane Lhomme est licencié de l'association Réseau Sortir du nucléaire, plusieurs membres du Réseau lui reprochant entre autres son radicalisme20. Tandis que la direction du réseau parle de « manquements graves au droit du travail et à ses fonctions »21, Stéphane Lhomme, soutenu par certains militants historiques, conteste ces accusations et dénonce une opération politique visant à édulcorer le positionnement antinucléaire du réseau22.

Une procédure en justice a été lancée contre l'éviction des administrateurs, estimée contraire aux statuts. Simultanément Stéphane Lhomme saisit les prud'hommes pour faire annuler son licenciement. Jeudi 21 mai 2015, devant la Cour d'appel de Lyon, l'éviction des administrateurs en février 2010 est officiellement déclarée nulle. Simultanément, le licenciement fait l'objet d'un accord le déclarant lui aussi nul et permettant de clore la procédure en cours devant les prud'hommes par l'attribution de 37 460 € au titre des dommages et intérêts23,24. L'accord reconnait que « ce licenciement abusif a été basé sur des accusations créées pour la circonstance et mis en œuvre à la suite de l'assemblée générale du Réseau Sortir du nucléaire de février 2010 avant et pendant laquelle ont été utilisées des méthodes (tractations et manœuvres en coulisse) qui n'étaient ni justifiées, ni acceptables. »
Alors ???

student

Alors ? Cela montre une fois de plus que les prud'hommes ne sont pas une juridiction fiable, et doivent être professionnalisées. Pas nouveau. Je ne parlerai pas des autres juridictions, ce n'est pas le sujet.
Mais il reste bien que Lhomme a été jugé "plus antinucléaire que les antinucléaires" par SDN. Comme cette organisation est loin d'être objective, que dire de Lhomme !!!
Et au fond, toute cette agitation n'empêchera pas la réalité technique et économique de reprendre le dessus : seul le nucléaire est apte à satisfaire les besoins de notre pays pour se développer dans le contexte d'un monde ouvert.
Dans quelques années, au pire quelques décennies, le "modèle allemand" explosera au moment où les prix des renouvelables deviendront insupportables pour les consommateurs et où l'instabilité des énergies intermittentes aura engendré plusieurs blackouts, avec des répercussions sur les pays voisins.
Et on reviendra au modèle centralisé et optimisé d'aujourd'hui. Modèle où les renouvelables ont leur place d'ailleurs (pas le charbon !!!) mais en restant très minoritaires. Espérons que toute cette contestation inutile et symptomatique du pays d'Astérix n'aura pas permis aux chinois qui sont beaucoup plus réalistes d'occuper tout le marché avec leurs réacteurs extrapolés des nôtres, dont ils vont bientôt inonder le marché.
A ce moment, Lhomme pourra toujours se retourner dans sa tombe....

Michel

Fichtre, Sudent, vous n'y allez pas avec le dos de la cuillère..! les prud'hommes ne sont pas une juridiction fiables..? et les autres non plus ?
Vous pensez sans doute que le scénario Négawatt ou le rapport du club de Rome (1972) sont le fait de gauchistes énervés, ou de jihadistes verts. Et si vous avez des enfants, expliquez leurs ce qu'est Tchernobyl et Fukushima, et comment ils devront prendre soin des déchets radioactifs déjà là et ceux à venir..pendant..?
Entre le nucléaire et la bougie, il y a l'intelligence..mais rien ne nous oblige a s'en servir.
De la part d'un authentique habitant du pays d'Astérix, et qui aime bien les chinois,
cordialement,
Michel

Alang

Michel & Negawatt: bonne idée de parler de ce scénario. Negawatt nous prévoit un avenir radieux avec les énergies nouvelles ... à condition de diminuer drastiquement notre consommation énergétique. Divisez la conso par 2, 3 ou 4 et il y aura assez de brioches et d'énergie pour tout le monde ! Negawatt fait en outre l'impasse sur la grande cachotterie des partisans béats (ou de ceux qui y investissent leurs sous) des énergies nouvelles: c'est que leur développement (coûteux mais ce n'est pas ça le pire) s'accompagne d'une augmentation des émissions de gaz à effet de serre - mille raisons à cela, dont leur intermittence. Bref, avenir énergétique d'un monde propre et ... nucléaire vont de pair: si on s'éclaire à l'intelligence, alors on doit admettre, Michel, qu'il y a des solutions solides au problème des "déchets" nucléaires et que seul l'aveuglement qui caractérise tous les activistes agit-prop (D. Trump, dans son genre, s'installe sur le même terrain) nous entraîne vers un monde inacceptable et durablement conflictuel.

student

Michel : non les prud'hommes ne sont des juridictions fiables, car non professionnalisées et donc imprévisibles : c'est du reste ce qui conduit le nouveau président à imposer des plafonds dans les indemnités de licenciements.
Et oui, Négawatt est le fruit du délire d'intégristes Verts : car malgré les nécessaires efforts en matière d'efficacité énergétique, le progrès économique passe par une croissance de la consommation d'énergie, électrique notamment à condition qu'elle soit produite sans émissions de CO2 ni de particules fines. La croissance démographique, la reprise économique, les transferts d'usage sur l'électricité, la révolution numérique et l'aspiration à un meilleur confort amèneront une croissance de la demande en électricité dans les prochaines 50 années.
Et solaire et éolien ne sont pas une solution viable en raison de leur intermittence, jusqu'à ce qu'une hypothétique rupture technologique permette de développer des installations de stockage massif de l'électricité d'une manière sûre et économique : pas demain la veille !!
Entre nucléaire et la bougie, il reste le charbon, c'est ce qu'ont choisi les Allemands et ce qui les conduit à être les plus gros pollueurs d'Europe : c'est ce que vous souhaitez pour notre pays ?
L'intelligence n'est pas exclue pour améliorer notamment la pénétration des énergies intermittentes, mais cela ne permettra pas de dépasser 30 à 40 % de ces énergies sans risque de blackout. Et vouloir atteindre cette limite conduira à multiplier par 3 à 4 le prix du kWh : les Allemands sont déjà 2 fois plus chers que nous, et sont loin d'être à 100% d'énergies intermittentes (ils sont même à plus de 50 % d'énergies fossiles ! beurk !)
Enfin vous parlez d'accident nucléaire : la risque 0 n'existe pas c'est évident, mais on peut, avec des mesures adéquates, le rendre acceptable. C'est ainsi qu'il n'y a jamais eu d'accident nucléaire dans notre pays en 50 ans et la sûreté ne cesse de s'améliorer. Alors que la seule alternative au nucléaire, c'est à dire le charbon et le gaz, provoquent 4000 morts prématurées PAR AN dans notre pays (à cause notamment de la pollution allemande).
Soyez réaliste et cessez de vouloir faire peur avec l'énergie nucléaire, du moins celle utilisée de manière pacifique pour la production d'électricité.

Michel

Et mince, mon dernier commentaire n'est pas apparu sur le site...qu'en déduire ??

Michel

Donc, à Student et Alang: nous ne partons pas du même endroit, le point d'arrivée est tout aussi différent.J'aimerai me laisser persuader qu'il existe une solution "solide" pour le stockage des déchets radioactifs, puisqu'ils sont là, mais il me faut des arguments tout aussi solides; ceux dont je dispose sont malléables comme l'argile. Quant au fait que nous ne pouvons qu'aspirer à un meilleur confort, nous, occidentaux bien nourris, je frémis d'inquiétude que la baisse du thermostat d'un degré fasse s'indigner quelques personnes devant "l'obligation" de mettre un pull...!
D'autre part, je vous appelle à l'aide... je suis soumis au passage de 12000 véhicules/jour sous mes fenêtres(que je ne peux guère ouvrir)dans un charmant village de montagne.Sans vouloir pinailler sur les chiffres, mon estimation est que 95% des véhicules circulent avec UNE personne à bord, ce qui , sur le plan de la thermodynamique, est assez lamentable.Une masse de 80kg de chaire humaine dans un machin de 800kg(en moyenne) actionné par un moteur au rendement de 35%, ce n'est pas majestueux. Donc, la question est-elle de mettre au point des moteurs fonctionnant à la poudre de perlimpinpin, au biodiésel ou que sais-je, ou bien le partage et/ou la sobriété...? Well, nous avons tous pris de "mauvaises" habitudes(les 30 glorieuses), comme mes voisins d'immeuble, qui allument la minuterie du couloir en plein jour, à l'échelle locale ce n'est rien, multiplié par quelques millions, c'est une centrale qui tourne pour des "distractions"..
Perso, je n'ai pas peur de l'énergie nucléaire (au risque zéro, quand même !), mais je ne peux qu'avoir une pensée attentionnée pour mes mômes, mes arrières-mômes, et tous ceux/celles qui suivent..

student

@Michel
Vous évoquez le problème de la pollution due aux véhicules à moteur : cela représente 40% des émissions de CO2 en France, où la production d'électricité ne représente presque plus rien grâce au nucléaire et à l'hydraulique, donc LE vrai problème à régler pour agir sur le réchauffement de la planète.
La solution est comme souvent dans une palette de mesures : d'abord des économies grâce au développement des infrastructures de transport en commun. Et la "décarbonation" des moteurs, en visant à terme le moteur électrique (à condition que la production d'électricité reste décarbonée !). En attendant le véhicule électrique avec 1000 km d'autonomie, il existe des véhicules hybrides qui sont grosso modo un véhicule à moteur électrique incorporant un groupe électrogène permettant de recharger la batterie en cas de besoin. On descend ainsi à 2 ou 3 litres/100km. Les moteurs thermiques sont aussi "dépollués" (norme euro 6 où le diesel rejoint l'essence, ce qui rends débiles les propos de ceux qui veulent la fin du diesel), et de plus en plus économes : à condition d'accepter des performances réduites (genre 2 CV du siècle dernier !) on envisage de construire des voiture à 2 l/100km d'essence.

Alang

Michel, l'humour courtois (le pull et les - 1 Deg. C) auquel vous avez recours pour vous adresser à ceux qui ne sont pas de votre avis vous prive de la curiosité nécessaire à l'exploration de sujets complexes. Avec cette attitude, vous allez trop vite aux conclusions sans passer par la case apprentissage. La complexité relative de la question du stockage des sous produits de l'électro-nucléaire a besoin de toute votre attention et de votre curiosité. Ne vous limitez pas aux vagues approches simili solides qui très vite s'orientent vers la peur (publicisée) de la catastrophe planétaire. Lisez et cherchez, vous serez surpris de découvrir qu'à côté de la production "littéraire" des militants anti-nucléaires [je dois confesser que pour moi, la qualité de "militant" agit déjà comme un repoussoir de la connaissance] il existe une grande quantité de documents, études, infos (commencez par aller sur les sites du projet Cigeo !) et quelques livres qui vous permettront au minimum de douter de ce que vous croyez savoir, au mieux, de comprendre que le sujet peut-être traité de manière très solide. Sur votre second souci (les 12000 véhicules jour), je compatis et suis navré de vous dire qu'à court et moyen terme (15 à 20 ans), il n'y aura pas d'autre solution pour vous que de déménager. D'accord, le moteur à combustion animé par de l'énergie fossile n'est pas efficace - mais il transporte le monde entier actuellement, sur terre et dans les airs (l'avion solaire a mis un an et demi pour faire son tour du monde et il ne transportait qu'une personne, sans bagage). Il ne pourra être remplacé à long terme que par le moteur électrique, qui aura alors besoin d'une production MASSIVE d'électricité - le vent et le soleil en seront incapables: ils produisent assez peu, de manière discontinue, chers, sans bénéfice GES par rapport à notre outil actuel (chez les autres, non nucléaires, l'Allemagne par exemple, ils débouchent au contraire sur de l'électricité plus chère et surtout, par effet indirect, sur plus d'émissions de GES). Michel, il va falloir vous faire une raison: vous allez devoir devenir pro-nucléaire civil et pour cela, il va falloir faire un gros effort intellectuel, à commencer par celui de résister vaillamment aux approches catastrophistes des sympathiques anti nuke et pro-agit prop qui se répandent à toute vitesse grâce aux bons sentiments et à la lâcheté intellectuelle d'une bonne population qui préfère les idées simples et tranquilles. Pas celles qui peuvent déranger.

Michel

Gloups, Alang, votre réquisitoire me semble un brin sévère ! certes, je ne dispose pas-pour l'instant-d'une soutenance de thèse en physique nucléaire, je suis juste un fêlé de la mécanique des fluides, c'est plus coulant..Bien évidemment c'est, ce sont des sujets complexes, comme, au hasard, les perturbateurs endocriniens...?
Et je suis en capacité de déménager de mon lieu de vie, parfumé aux particules fines, mais mon questionnement ne concerne pas ma "pomme", mais toutes/tous celles et ceux qui vivent au long de ces "couloirs verts",qui y sont scotchés socialement, et profitent du progrès qui innove la nouveauté..!
Merci pour le "gros effort intellectuel"...! malgré mon grand âge, je m'efforce de maintenir des connections neuronales aussi performantes que possibles, mais bien sûr avec le risque, comme le disait le patron de l'ASN, de ne pouvoir exclure un accident majeur, AVC ou pire encore, de tomber dans les "idées" des bas-du-front.
Je veux bien devenir pro-nucléaire, civil, mais nécessairement aussi militaire, ça va ensemble. je n'avance pas, pour l'instant, le montant du chèque nécessaire à cette conversion.
Pour faire court, au risque de "simplissime", LA question est, me semble t-il-, notre mode de développement, qui par souci d'équité doit être accessible à l'ensemble de l'humanité, est-il soutenable, sans planète de rechange ?
Enfin, sans "militantisme" je ne sais pas si les femmes auraient, aujourd'hui encore, le droit de vote ? Et la "bonne population", dont je suis, peut remercier l'éducation "nationale', les chaines d'infos en continu, et autres organes qui, tous, visent au développement de la pensée critique. Oui, le peuple, après une journée de boulot à l'usine, préfère des idées simples et tranquilles, merci TF1, le Medef et tous les autres pour un effort faramineux d'éducation populaire !
Pour conclure, en matière de catastrophes, le nucléaire est un des possibles, de loin pas le seul, mais lié aux autres aléas, climatiques par exemple, et ne me dites pas que le GIEC est aussi un groupe de "gauchistes énervés"..!
Donc, croâssance verte, ou bleue, voire rouge, ou sobriété, that is the question.
Je me suis auto-proclamé " expert en développement du râble, levée de lièvres et pose de lapins", ainsi qu'en réparations diverses et variées; ma spécialité étant la "moulinette à faire la vinaigrette", versus B. Vian.
Au fait, seriez-vous fâché avec les allemands ? j'ai, pour ma part une fâcheuse tendance à cette fâcherie, mais je sais qu'elle me vient des récits de mon père de sa déportation, et qu'elle doit nécessairement être dépassée, et non pas déportée..
Sans rancune...

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture