Brésil: un « Chicago Boy » à la tête de Petrobras sous Bolsonaro

  • AFP
  • parue le

Le futur ministre de l'Économie du Brésil, Paulo Guedes, a annoncé lundi la nomination à la tête de Petrobras d'un "Chicago boy", Roberto Castello Branco, qui s'était prononcé en juin en faveur de la privatisation de la compagnie publique.

Ex-membre de la direction de la Banque centrale du Brésil et du géant minier Vale, cet économiste a effectué un post-doctorat à l'Université de Chicago, berceau du libéralisme économique moderne, dont Paulo Guedes, gourou économique du président élu Jair Bolsonaro, est également diplômé.

Roberto Castello Branco "a une vaste expérience dans les secteurs publics et privés (...), a fait partie du conseil d'administration de Petrobras et a développé des projets de recherche dans le domaine du pétrole et du gaz", a précisé M. Guedes dans un communiqué.

Petrobras a indiqué dans la foulée que son PDG actuel, Ivan Monteiro, quitterait ses fonctions au 1er janvier, date de l'investiture du président Bolsonaro. M. Monteiro avait pris la tête de la compagnie en juin, après la démission de Pedro Parente, qui n'avait pas résisté à une grève des transporteurs routiers ayant paralysé le pays pendant une dizaine de jours pour protester contre les tarifs du gazole.

Durant cette crise, M. Castello Branco avait affirmé dans une tribune publiée dans le quotidien Folha de S. Paulo que la grève était "une raison de plus pour privatiser Petrobras". Il avait également déclaré qu'il était "inacceptable" que l'État investisse "des milliards dans des entreprises publiques pour des activités qui peuvent être assumées par le secteur privé".

Sur ce point de vue, il ne semble pas être en total accord avec le président élu, qui a affirmé à plusieurs reprises pendant la campagne qu'il était en faveur de la privatisation de certaines activités de Petrobras, mais pas des principales. "On peut privatiser une partie, mais pas tout. C'est une entreprise stratégique", a réitéré M. Bolsonaro lundi, lors d'un point presse devant son domicile de Rio de Janeiro.

Certaines des ventes d'actifs initiées récemment devraient se poursuivre, ainsi que la concession de droits d'exploration à des compagnies étrangères.

Ébranlée par un vaste scandale de corruption qui a envoyé en prison de nombreuses personnalités politiques, dont l'ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), Petrobras a amorcé son redressement l'an dernier.

La compagnie a lancé un vaste plan de vente d'actifs et a retrouvé des couleurs à la faveur de la hausse des cours du baril. Petrobras est en première ligne pour explorer les gigantesques réserves de pétrole offshore dont dispose le Brésil.

Sur les neuf premiers mois de 2018, l'entreprise a engrangé des bénéfices de 23,7 milliards de réais (environ 6,3 milliards de dollars au taux actuel), près de cinq fois supérieurs à ceux de 2017 sur la même période, le meilleur résultat depuis 2011.

Modération des commentaires

Plusieurs lecteurs ont déploré récemment quelques attaques personnelles dans les commentaires.

Nous vous demandons de bien vouloir continuer à échanger de façon constructive dans cet espace, sans insultes à l’égard de vos contradicteurs.

Merci d’avance pour votre compréhension et pour la richesse de vos contributions.

Ajouter un commentaire