Déchets nucléaires : demande de déclaration d'utilité publique pour le projet Cigéo à Bure

  • AFP
  • parue le

Une demande de déclaration d'utilité publique (DUP) pour le projet controversé d'enfouissement souterrain de déchets nucléaires à Bure (Meuse) a été déposée début août, étape indispensable pour l'autorisation du projet, a indiqué jeudi David Mazoyer, directeur du centre de Meuse/Haute-Marne de l'Andra.

Au terme d'un processus débuté fin décembre et jalonné de concertations, "le dépôt de dossier de demande de DUP s'est déroulé correctement cet été", le 3 août exactement, a indiqué, lors d'un point presse, le responsable de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Ce dossier, qui doit permettre de faire des travaux d'aménagement du terrain et notamment des fouilles archéologiques, est désormais dans une "phase d'instruction" par l'administration, une réponse étant attendue pour le printemps ou l'été 2021.

Cette DUP doit être accompagnée d'une demande d'autorisation de création (DAC), qui donnerait le véritable coup d'envoi au projet de centre industriel de stockage géologique (Cigéo) visant à enfouir à 500 m sous terre quelque 85 000 m3 de déchets, les plus radioactifs ou à vie longue du parc nucléaire français, à partir de 2035. "La DAC va suivre", a assuré David Mazoyer, tablant sur "un premier dossier à la sortie de l'hiver et un dépôt officiel au printemps ou à l'été 2021". "Nous sommes sur un cap que l'on tient", a-t-il affirmé, alors que le laboratoire souterrain de l'Andra, qui étudie et expérimente les conditions d'exploitation du futur site de stockage, fête ses 20 ans.

Le projet Cigéo est vivement contesté sur le terrain comme devant les tribunaux par des militants écologistes qui dénoncent sa "dangerosité". L'ONG France Nature Environnement a assuré début août qu'il demeurait de nombreux doutes sur la géologie du site choisi pour ce projet, qualifié par ses opposants de "poubelle nucléaire", s'interrogeant sur l'épaisseur et l'homogénéité de la couche d'argile. Interrogé à ce sujet, le directeur du site a observé que "la géologie du site est largement connue".

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet