Déclaration de Hulot sur le nucléaire: stupéfaction et condamnations des syndicats

  • AFP
  • parue le

Nicolas Hulot, en évoquant lundi la fermeture de "jusqu'à 17" réacteurs nucléaires, "prend les Français pour des gogos", a estimé mardi la CGT mines énergie, la CFE-CGC parlant "d'hérésie" et FO d'une "sortie de route" du ministre.

"Annoncer comme cela à court terme la fermeture de moyens de production aussi importants, c'est juste prendre les Français pour des gogos, en ne leur disant pas qu'il va falloir changer de mode de vie complètement", a estimé auprès de l'AFP Philippe Page Le Mérour, de la CGT Mines énergie, première fédération du secteur. C'est-à-dire "regarder la télévision, s'éclairer et se chauffer uniquement quand les éoliennes tourneront".

Le ministre de la Transition écologique n'explique "pas comment on remplace la capacité de production nucléaire supprimée", "ce n'est pas sérieux de fermer les moyens de production pilotables", dont on peut être sûrs de disposer quand on en a besoin, alors que "le 21 janvier, on a failli passer des régions entières dans le noir car nous n'avions plus de marge", dit-il. "On prend acte mais on ne s'affole pas pour autant car au bout d'un moment il y aura un principe de réalité", estime M. Page Le Mérour.

De son côté, la CFE-CGC Energies (deuxième organisation) évoque "une expression surprenante et malheureuse", "incohérente" notamment "par rapport au plan climat qui fait de la décarbonation la priorité". "C'est aussi une hérésie industrielle" car il n'est "pas possible de construire des moyens de production pour se substituer réellement à 17 réacteurs en 2025", explique à l'AFP son porte-parole Alexandre Grillat.

"Hérésie" aussi que de "précipiter un plan social dans le nucléaire alors que le gouvernement dit que l'emploi est sa priorité", relève-t-il en rappelant que la filière représente "220 000 emplois directs, 450 000 avec les emplois induits", "cela ferait donc entre 70 000 et 150 000 salariés sur le carreau".

Enfin, FO Energies et mines a dénoncé dans un communiqué des "propos irresponsables", une "provocation et l'irrationalité la plus totale", qui "suscitent une vive inquiétude" parmi les personnels". Après ce qu'elle considère comme une "sortie de route" de Nicolas Hulot, la quatrième fédération demande "rapidement au gouvernement de rectifier clairement ses propos" et se dit "déterminée à combattre, avec les salariés, toute fermeture de réacteurs pour des raisons politiciennes, que ce soit à Fessenheim ou ailleurs".

Commentaires

Avenir-Energie

Il est en effet impossible de construire des moyens de production pour se substituer vraiment à 17 réacteurs d'ici 2025 car il faudrait en effet que des gros chantiers(du type CCG) commencent dès maintenant et il n'y a rien en cours de ce coté là,aucun plan, aucun projets officiellement déclarés.Cet Hulot est vraiment un gaudelureau irresponsable.Vraiment pas crédible,ce bonhomme.Sans parler des emplois détruits,entre 70 000 et 150 000 salariés sur le carreau,un pure délire.Ajoutons à ça que le 21 janvier, on a failli avoir des régions entières en black out car nous n'avions plus de marge malgré nos 58 réacteurs(dont certains hors services provisoirement),alors avec 15 à 17 réacteurs en moins,ça serait le noir complet pour tout le pays dans le même cas de figure...Et en 2025 on consommera plus de jus qu'aujourd'hui,hiver comme été. Cette stupide idéologie sectaire antinucléaire nous conduira si l'on n'y prend garde,à des situations aussi catastrophiques qu'ingérables.Macron ne doit pas céder à cette démagogie antinucléaire aussi absurde que néfaste pour le pays,ainsi que pour l'emploi et la lutte contre les émissions de CO2,ou il finira par perdre sa crédibilité,lui aussi.Et Il deviendra un "Hollande bis" peut-être en pire: La honte absolue...L' échec pitoyable...Tout ça par soumission à cette ridicule,grotesque et archaïque idéologie antinucléaire.Quand va t'on enfin cesser d'enfumer les gens avec ces bêtises incommensurables,qui perdurent depuis plus de 40 ans(l'idéologie antinucléaire) ?

Avenir-nucleaire ?

La sortie du nucléaire est possible et permettrait la création de 500 000 emplois à terme.
Concernant la véracité des chiffres, je vous invite à vous rapprocher des travaux du GIEC, de Negawatt et de l'ademe.
Notamment ceux qui traitent de la capacité de production francaise 100% ENR d'ici 2050.
C'est officiel. Je vous invite à les consulter avant tout chose.
Très instructif.
Le nucléaire est une voie hors de prix et sans issu, pour l'emploi,pour la sécurité sanitaire des français, comme pour l'avenir énergétique de ce pays.
L'objectif est donc de préparer la transition, transition raillée par les pros nucléaires depuis 40 ans (qui oublient accessoirement de traiter et nettoyer les déchets radioactifs laissés).
L'enfouissement étant une hérésie car elle consiste à mettre tout sous le tapis pour que les générations futurs en payent le prix fort quand les générations actuelles ne seront plus là pour rendre des comptes.
C'est un peu comme jeter les poubelles dans le champs du voisin, ou condamner une ou des pièces dans sa maison pour y stocker ses poubelles au lieu de traiter le problème directement et accessoirement revendre la maison.
Parce que l'on ne voudrait pas habiter là, tout de meme !

Je vous invite à croire qu'un monde énergétique sans nucléaire est une réalité concrète.
Imaginez vous que les pays nordiques, les suisses, les allemands, les autrichiens, certains pays d'amérique du Sud etc... ne sont que des pays stupides pour mettre en place dès aujourd'hui la sortie du nucléaire.

Je crois surtout que les actifs d'EDF sont beaucoup trop généreux avec ses syndicats pour que ces derniers veuillent perdre le moindre de leur privilège.

C'est grave, dangereux et dramatique pour la sécurité d'un pays soumis au risque permanent de fuite nucléaire.
Sans compter sur l'absence d'autonomie énergétique. La France dépend pour son combustible des autres pays, et donc la met en position de faiblesse dans les échanges internationaux, car tributaire.

Je ne cautionne pas cette énergie, que je n'utilise pas.
Et pour info, je ne suis pas un ecolo-bobo. Je gagne un petit salaire, je ne suis pas proprietaire mais locataire, et je ne porte pas des pantalons à fleur. Je suis encore moins ecolo-bobo.
Je travaille sur écran, j'ai internet, et je bénéficie de tout le confort moderne.
Et je ne paye pas plus cher d'électricité. Si, 3€ par mois pour un contrat chez un opérateur privilégiant les ENR (les vrais). J'ai donc choisi de ne plus arroser EDF et son ex-monopole. Pas AREVA non plus.

Bref, rien qui ne soit pas à la portée de tout le monde, pour peu que l'on choisisse une autre énergie que le nucléaire.
Après, chacun fait comme il peut, puis comme il veut.
Mais parfois on peut plus que l'on ne le veut.

Qui parmi les ardents défenseurs du nucléaire sera aux premières loges pour aller colmater les fuites, comme en Ukraine ou au Japon ?
Qui laissera sa maison, sa vie, sa santé au nom du fleuron de l'énergie nucléaire française ?
Où seront alors les grands syndicats du nucléaire ?
J'espère ne jamais connaitre cette période, mais rien n'est moins sûr.

Cdt

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture