Électricité : la France envisage d'assouplir les limites d'utilisation de ses centrales à charbon en janvier et février

  • AFP
  • parue le

La France envisage d'assouplir les limites d'utilisation de ses centrales à charbon en janvier et février pour assurer l'approvisionnement électrique, très tendu cet hiver, mais entend respecter le calendrier de fermeture de ces deux dernières installations polluantes, a indiqué mercredi le gouvernement.

"Afin de réduire le risque sur la sécurité d'approvisionnement des Français, le gouvernement envisage d'assouplir les conditions de fonctionnement des centrales à charbon sur la période hivernale en cours", a indiqué à l'AFP le ministère de la Transition écologique. Le gouvernement a ainsi mis en consultation jusqu'au 20 janvier un projet de décret permettant de relever temporairement le plafond d'émission de CO2 des centrales électriques. Ce plafond avait été fixé par la loi énergie-climat de 2019, actant l'arrêt progressif de la production à partir de charbon, déjà très marginale.

La mesure envisagée "sera strictement limitée aux mois de janvier et de février 2022" et "ne change pas le calendrier de fermeture des centrales à charbon", précise le ministère. Elle survient alors que l'approvisionnement électrique du pays est particulièrement sous tension cet hiver à cause d'une faible disponibilité du parc nucléaire, qui fournit environ 70% des électrons en France.

Le gestionnaire du réseau à haute tension RTE a relevé son "niveau de vigilance" pour le mois de janvier. Le président Emmanuel Macron avait promis de fermer d'ici 2022 les dernières centrales à charbon - facilement mobilisables pour produire de l'électricité en cas de besoin, mais aussi très émettrices de CO2 néfaste pour le climat.

"Les centrales du Havre et de Gardanne ont déjà été fermées et celle de Saint-Avold fermera comme prévu au printemps 2022", a souligné le ministère mercredi. La centrale de Cordemais (Loire-Atlantique) pourra continuer de fonctionner jusqu'en 2024, malgré la promesse présidentielle, en raison du risque de tensions sur le réseau, le temps que le réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) entre en service.

Mercredi, la France ne produisait que 1% de son électricité avec du charbon, loin derrière le nucléaire (69%), l'hydraulique (12%), l'éolien (10%) ou encore le gaz (6%), selon les données de RTE.

Commentaires

Francois Longatte

C'est pas grave, on ira chercher les électrons carbonés chez les Teutons.....

Point

Ah si RTE n'avait pas été imprevoyant en avertissant le Gouvernement sur les risques de manque d'électricité...
Peut-être aurait on pu prolonger le fonctionnement de Fessenheim jusqu'au démarrage de l'EPR de Flamanville, au lieu de polluer la France avec le CO2 teuton et le nôtre...
RTE doit être contrôlé plus rigoureusement.

Vlady

À quoi celà sert-il de maintenir deux vieux réacteur en service , alors qu ' un quart des CN en France sont à l ' arrêt en permanence ?

Serge Rochain

Ca en ferait deux de plus à l"arret ! Depuis le début 2021 c'est en permanence entre 10 et 18 qui sont à l'arret production O W

Serge Rochain

L'EPR a fonctionné près de 4 ans de façon illégale sans avoir passé la 4e visite de controlequi ne l'aurait pas autorisé à continuer faute d'avoir fait les mises à niveau requises pour cette étape, et vous vous aurieez voulu le faire continuer éventiuellement jusqu'à la 5em visite toujours sans avoir m^mem fait les mises à niveau nécessaires pour la quantrieme ?
Vous êtes ce que l'on applelle un CRIMINEL ! Et il est heureux que votre pouvoir soit nul. Ce sont les gens comme vous surtout qu'il faut contôler impérativement de près.

DOMISSE

Pour Fessenheim, les échéances des 4ème réexamens de sûreté qui constituent les bases des autorisations de la poursuite de l'exploitation "au delà de 40 ans" étaient respectivement septembre 2020 pour le réacteur n° 1 et août 2022 pour le réacteur n° 2. Je ne comprend donc pas votre propos et je vous laisse relire attentivement la décision de l'ASN dans sa lettre du 19 octobre 2018 relative à la déclaration d'arrêt définitif des deux réacteurs de Fessenheim.
Pour mémoire EDF a procédé à l’arrêt définitif des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim, le 22 février 2020 pour le premier réacteur, puis le 30 juin 2020 pour le second, donc bien avant les dates échéances....

DOMISSE

Non désolé également, ce qui fixe les échéances des visites décennales ce n'est pas seulement le fait de rajouter 10 ans (ou 20 ans, ou 30 ans, ou 40 ans) à la date de mise en service mais bien la date de fin de la dernière visite décennale réalisée + 10 ans et une marge pour une date limite fixée par l'ASN.

Schricke

Mr Rochain:
Je me disais bien aussi: "Rochain débloque un peu plus encore que d'habitude !..." Mais bon ! ça na s'est pas trop aggravé ! Tant mieux ! Mais je continue quand-même à me poser la même question (à laquelle Rochain n'a toujours pas répondu !): Compte tenu de l'indisponibilité permanente et des très nombreux dysfonctionnements du parc nucléaire qu'il fustige en permanence, comment fait-on, en France, pour produire près de 75% de notre électricité avec du nucléaire, contre seulement quelques % pour l'ensemble "éolien + PV" ? (qui, selon lui fonctionne si bien !)
Et ça, Mr Rochain, ce sont des FAITS !... et pas des OPINIONS !

Vlady

Ah ! Si la France n ' avait pas tergiversé si longtemps , elle aurait un beau parc off shore qui produit des électrons décarbonés ! Au lieu de ça , elle a juste UNE éolienne en mer , une honte pour un pays qui se prétend grand et moderne . Tous les pays européens , qui ont un accès maritime , en ont beaucoup plus : le petit Portugal en a trois , le petit voisin du Nord en a déjà plus de SIX CENTS , et le champion toute catégorie , Grande Bretagne , en a DEUX MILLE TROIS CENTS .....

MarcV

Belge, je vous informe que nous payons les éoliennes au prix fort. L’électricité est nettement plus chère qu’en France. Quant au risque de Black-out il est réel du fait de l’intermittence du renouvelable et du non remplacement du nucléaire par une production stable (blocages des nouvelles centrales au gaz)

Max MAES

Nucléaire+Renouvelable=La solution pour les 20 prochaines années (au moins)
Unissons nos efforts au lieu de nous disputer.

PsyGwack

Parfait d'accord avec vous. Le rapport de RTE futur énergétique 2050 vas d'ailleurs dans vôtres sens. Les scénarios 100% renouvelables montre bien leurs faiblesses. A titre personnel j'aimerai que la France choisis le scénario 1/3 nucléaire.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture