Émirats arabes unis : feu vert à l'exploitation de la première centrale nucléaire du monde arabe

  • AFP
  • parue le

Les Émirats arabes unis ont donné leur feu vert à la mise en exploitation de leur centrale nucléaire de Barakah, la première du monde arabe, a annoncé lundi le représentant permanent du pays à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"L'Autorité fédérale de régulation nucléaire (FANR) a approuvé la délivrance à l'entreprise Nawah de la licence d'exploitation du réacteur 1 de la centrale", a déclaré Hamad Alkaabi lors d'une conférence de presse à Abou Dhabi, ajoutant que sa mise en service aura lieu dans un "futur proche" sans préciser la date, déjà longtemps retardée.

Fondée en 2016, Nawah Energy Company exploitera et entretiendra, à terme, les quatre réacteurs de la centrale de Barakah, dans le nord-ouest du pays, selon le site de l'entreprise. La centrale a été construite par un consortium mené par Emirates Nuclear Energy Corporation (ENEC) et le coréen Korea Electric Power Corporation (KEPCO), pour un coût estimé à 24,4 milliards de dollars (22,5 milliards d'euros).

Le premier des quatre réacteurs devait être mis en service fin 2017, mais la date de démarrage a été reportée à plusieurs reprises pour satisfaire, d'après les responsables, aux conditions légales de sécurité.

25% des besoins d'électricité du pays

"Il s'agit d'un moment historique pour les Émirats arabes unis (...) couronnant ainsi les efforts de 12 ans de construction (...) de ce programme nucléaire pacifique pour répondre aux besoins énergétiques futurs du pays", s'est félicité M. Alkaabi. "Après la délivrance de la licence d'exploitation du premier réacteur, l'opérateur Nawah lancera sa mise en service pour préparer son entrée en exploitation commerciale", a précisé M. Alkaabi.

Lorsqu'ils seront pleinement opérationnels, les quatre réacteurs, d'une puissance cumulée de 5 600 mégawatts d'électricité, pourraient satisfaire environ 25% des besoins en électricité des Émirats arabes unis, pays riche en pétrole.

L'État fédéral composé de sept émirats compte une population de 9,3 millions d'habitants, dont environ 80% d'expatriés. Les besoins en électricité sont croissants, en raison notamment de l'utilisation systématique de la climatisation durant les étés caniculaires.

ENEC, une entreprise publique, a annoncé en décembre que le chargement du combustible nucléaire dans le réacteur devrait avoir lieu au cours du premier trimestre 2020.

Programme « pacifique »

Les responsables émiratis insistent sur le caractère "pacifique" de leur programme nucléaire et assurent qu'il ne contient aucun volet militaire, dans un contexte de tensions régionales accrues.

"Les Émirats restent attachés aux normes les plus élevées de sécurité et de non-prolifération nucléaires ainsi qu'à une coopération solide et continue avec l'AIEA et les partenaires nationaux et internationaux", a insisté le diplomate.

Le pays a accueilli plus de 40 missions internationales et inspections de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et de l'Association mondiale des exploitants nucléaires (WANO) depuis 2010.

De son côté, le Qatar, émirat voisin, dit voir dans Barakah une "menace pour la paix régionale". Interrogé par l'AFP sur le fait que ce projet peut exacerber les tensions dans la région, M. Alkaabi, s'est voulu rassurant. "Je dis aux critiques que si vous avez des questions, vous pouvez nous les poser, nous serons heureux d'y répondre (...) et les Émirats font partie de nombreuses conventions, dont celle sur la sécurité nucléaire", a-t-il souligné.

Il a ajouté que le feu vert donné au fonctionnement du réacteur a résulté d'un processus d'évaluation de cinq ans qui a porté sur "la conception du réacteur en termes de sûreté mais aussi de sécurité, y compris les mesures associées à l'urgence".

Comme plusieurs de ses alliés, dont l'Arabie saoudite, Abou Dhabi est en froid diplomatique avec le Qatar, avec lequel il n'entretient plus de relations officielles depuis juin 2017.

Abou Dhabi, comme Riyad, entretient aussi des liens tendus avec Téhéran.

La centrale nucléaire est située sur la côte nord-ouest du pays et n'est donc séparée de l'Iran, en face, que par les eaux du Golfe.

Grand allié des Émirats, les États-Unis mènent une politique de "pression maximale" contre la République islamique, accusée depuis plusieurs mois de semer le trouble dans la région, en attaquant notamment des pétroliers dans les eaux du Golfe.

Riyad et Washington ont également accusé l'Iran, qui dément, d'être à l'origine de l'attaque de septembre 2019 contre des installations majeures du géant pétrolier Saudi Aramco.

Une spécialiste du Golfe requérant l'anonymat a indiqué que "l'intensification des tensions régionales augmente la vulnérabilité des nouvelles infrastructures énergétiques" face au risque de telles attaques.

Commentaires

Rochain

Et une probabilité de catastrophe supplémentaire, une !
Du moment qu'une chose peut se produire, elle se produit un jour….

AtomicBoy44

Les faits historiques montrent que le nucléaire civil a tjrs plus pacifié qu'exacerbé les tensions. Quel que soit le pays qui s'est équipé.

Un seul pays (plus exactement une fédération) a osé utiliser l'arme nucléaire contre des civils : les Etats-Unis d'Amérique. Et, nous savons aujourd’hui que n'était pas nécessaire car Hirohito, l’empereur japonais, avait signé la reddition sans conditions et les USA le savait. Ce qui a conduit à un procès fantoche sur le modèle de Nuremberg (qui lui l'était déjà moins) contre les généraux Nippons, mais pas contre l'empereur car la population japonaise, à l'esprit encore plus militarisé qu'aujourd'hui, devait rester debout, calme et docile, durant leur colonisation par les Etats-Unis. Fusiller ou juger l’empereur, symbole majeur pour eux, aurait alors déchainé contre l’occupant ce qu’il restait de la population.

Mais aussi, la centrale de Buscher (de type VVER, donc Russe), en Iran, a déjà subi des tremblements de terre, encore récemment, et elle est tjrs debout. Les fuites, s’ils y en avaient eu, auraient immédiatement été détectées par les nombreux navires de guerres étasuniens dans la zone.
"Un porte-avions c'est 100 000 tonnes de diplomatie" dixit Eisonhower.
Mais c'est aussi une base militaire complète, donc une ville, presque un micro-état, posé sur l'eau et l'horizon du pays qui surveille ses cotes et est surveillé.

Vous écrivez : "Du moment qu'une chose peut se produire, elle se produit un jour…"

Mais bien sûr...Tout de suite susciter l'émoi du lecteur pour stopper ses raisonnements Logique et rationnels, et sa curiosité de vouloir savoir par lui-même.
Si ce que vous dites est vrai, alors il ne faut plus chercher à limiter le réchauffement climatique d’origine anthropique par les GES, et donc cesser de tenter de contrôler nos émissions de GES mondiales. Qu'en pensez-vous ? Oui ? Non ?

Si vous me répondez oui, alors je vous dirais que les technologies des nouvelles anceinnes ENRi doivent etre stoppées immédiatement car ce sont des gabegies d'argent sans limites qui devraient etre dépensé dans autres chose, comme l'isolation des bâtiments pour réduire notre dépendance aux combustibles fossiles étrangers par exemple.

Si vous me répondez NON, alors je vous dirais que vous êtes en contradiction avec vous-même car vous ne voulez pas limiter le RCA alors qu'au départ, ces ENRi, issues de vielles technologies du passé, ont été massivement déployées pour limiter les émissions de GES, or, il est facile de constater la réalité factuelle chaque jour sur ce site, pour le monde et toutes les 15 minutes : https://www.electricitymap.org/?page=country&solar=false&remote=true&wi…
Exemple : A l’heure où j’ai commencé à écrire ces lignes, c’est-à-dire le 18/02/2020 à 17h50, après le passage de la tempête qui s'est abattu sur l’Europe hier soir l’éolien en Europe fait bondir les productions éoliennes des premiers pays d’Europe de l'ouest. Toutefois, hors l’Allemagne, tous les pays bien équipés en éolien, font tous tourner leurs centrales électriques gazières, quasiment a plein régime.
Donc, plus il y a de vent plus le gaz est nécessaire. Quel constat en tirez-vous ?
Mon constat : C'est la double peine avec l'éolien. Quand il n'y a pas de vent, les centrales fossiles tournent a plein régime, sauf en Allemagne, visiblement. Mais ils ont 60 GW d'éolien quasiment comme notre puissance installée en Nucléaire. Et quand il y a du vent, les centrales à gaz tournent tout de même à plein régime (l'exemple italien ou espagnol et même britannique ou danois est frappant).

Conclusion : Si nous continuons dans la trajectoire actuelle, nous, français, allons remplacer le mix français hydrauélectrique + Nucléaire (décarboné à 95% la majorité du temps) par un mix français eolien+gaz (bcp plus riche émissions de CO2…). Pas sûr que ce soit du gagnant-gagnant avec la Russie ou la Norvège d'où nous importons la plus grosse quantité de gaz naturel. Et il faudra attendre qu'il y ait des tempêtes piu utiliser de l'électricité. Ce vecteur énergétique majeur qui va certainement pour une large part remplacer bcp d'usages des fossiles au 21eme siècle, c’est électricité, et plus est produite avec du nucléaire et/ou des barrages, moins elles carbonée. Aussi bien pour ses extracteurs que dans l’exploitations du réseau ou elle se propage.

NB : je ne suis pas abonné au flux. Vous avez donc tout le loisir de me trôler autant que bon vous semble.

Rochain

Vous êtes tout aussi pitoyable quand vous voulez jouer les moralistes que vous vous vous parez de connaissances scientifiques mon votre atomicboille
Dire que les faits historiques (lesquels ?) montrent que le nucléaire civil à rapprocher les peuples…..? Où donc allez vous chercher pareilles balivernes ? On croirait entendre un curé apportant le salut du sauveur à un peuple qui n'a jamais entendu parler de dieu.
Eh oui mon pauvre ami, du moment qu'une chose peut se produire, elle se produit un jour. Et ce n'est ni une menace ni une prédiction, mais un fait probabiliste mettant en exergue le rôle fondamentale du temps dans l'ordre d'apparition des évènements. Mais je n'y vois aucune incitation à susciter l'émoi, au pire un fatalisme mettant en perspective les chances ou malchances de voir se concrétiser la chose redoutée ou espérée. Et je ne vois surtout pas la conséquence de cette vérité avec le fait qu'elle impliquerait qu'il n'y a rien à faire pour limiter, voir annuler, le réchauffement climatique……. je me demande finalement si vous savez seulement lire.

dédé29

Je pense que l'implantation d'une centrale nucléaire dans un environnement aussi instable est une idiotie

AtomicBoy44

Et en Turquie ?
Et au Pakistan ?
Et en Asie du Sud Est ? Oui, oui, vous lisez bien.

La stabilité n'est pas définie par l’absence de nucléaire, Si ? Moi je pense que non, et même le contraire. Car à partir du moment où votre armée possède l'arme atomique, personne ne vous cherche plus des noises avec des armes conventionnelles.

L’Arabie aura beau dire qu'elle ne cherchera pas à s’équiper de l'arme, personne ne peut réellement imaginer qu'elle dit vrai. Surtout quand l’Iran juste en face cherche aussi à le faire.
L’arme nucléaire permettra certainement de réduire les tensions du Schisme de l'ISLAM durant ce siècle. J’en suis convaincu. Seulement, Il va falloir que les Etats-Unis arrêtent de foutre leur nez partout pour chercher à contrôler le pétrole et le gaz du Moyen Orient. Ce qui signifie, que l'arme nucléaire doit aussi être obtenue par l'IRAN. Et elle le sera. Sauf que l’Iran l'aura par elle-même alors que l’Arabie l'aura par transfert depuis les USA.
Une fois les réacteurs de Barakah lancés, il est certain que les arabes chercheront à récupérer le plutonium, même si normalement ce type de réacteurs REP n’en produit pas de grande quantités dans l’isotope nécessaire pour la bombe atomique. Et il faudrait encore l’enrichir….
A titre comparatif, ce que je constate, c'est que depuis que la Corée du Nord a l'arme atomique, Trump est obligé de s'asseoir à la table des négociations, alors qu'avant, les nord-coréens étaient traités comme, pardonnez-moi l'expression familière, des "sous-merdes"

L'arme nucléaire est un instrument de pacification par la peur de la destruction mutuelle, c'est ainsi que la guerre froide a déplacé les conflits militaires vers les conflits économiques, psychologiques, et diplomatiques. Ils ne sont guère plus reluisants au regard de l’état psychologique et mental de notre pays. Mais tout de même moins violent en apparence. Nous n'avons pas de meilleure preuve du passé que l'équilibre de la terreur est la meilleure solution que nous ayons trouvée pour cesser de nous entre-tuer en masse à l’arme industrielle.
Toutefois, quand je lis que Trump sort de tous les programmes anti-réarmement nucléaire dans lesquels les USA étaient engagés, je comprends mieux pourquoi tous les empires de ce monde veulent s'en équiper le plus rapidement possible. Ils ne veulent pas céder à l'oppression étasunienne impérialiste et unilatéraliste qui cherche à imposer son soft power au monde entier par toutes les stratégies possibles. Et ainsi contrôler par la domination le plus de monde possible dans son emprise commerciale, économique et militaire.
Regardez ou se trouvent les bases militaires étasunienne sur le planisphère, vous verrez où se trouvent les conflits dont vous parlent sans cesses les mass-médias occidentaux. C’est aussi simple que ça.

Conclusion : le TNP est mort depuis qu’Israël s’est équipé de la bombe, chacun fait comme il peut pour échapper aux surveillances étasuniennes qui se cachent derrière le drapeau Onusien alors que cette fédération d’état ne respecte absolument pas les règles onusiennes, qu’elle refuse d’être jugée par la cour pénale internationale, qu’elle fait le contraire de ce qu’elle dit aux autres de faire en terme commercial…etc.
Les inquiétudes sont légitimes à partir du moment où les humains de cette région sont fanatisés par les théologiens, mais il faudra en passer par là, prendre ce risque nécessite de bien observer et ne pas céder à des fausses évidences et autres manipulations médiatiques, pas seulement étasuniennes d’ailleurs. Si nous n’y prenons pas garde, ils développeront leur schisme jusqu’à la destruction mutuelle, mais je pense que les empêcher d’avoir l’arme atomique est vain. Et en fait, c’est même pire. Regardez comme cela ne les empêchent pas d’utiliser nos canons César et nos avions rafales contre des civils au Yemen.
Seule une séparation de la religion de l’état permettra de les pacifier au moins un temps. Il faut donc user d’autres stratagèmes pour les faire adhérer à cette idée.
L’histoire a montré que l’alliance du trône et de l’autel n’a jamais été bénéfique pour aucun des deux (Annah ARENDT) ;

Ajouter un commentaire