En Australie, la plus grande centrale électrique au charbon fermera en 2025 (7 ans plus tôt que prévu)

  • AFP
  • parue le

La plus grande centrale électrique au charbon d'Australie fermera en 2025, soit sept ans plus tôt que prévu, a annoncé jeudi son opérateur, en expliquant que l'installation n'est plus viable compte tenu du faible coût des énergies renouvelables.

L'Australie est l'un des plus grands producteurs de charbon au monde et ce combustible polluant est une source importante de revenus d'exportation pour le pays. "Aujourd'hui, nous avons signalé la possibilité d'accélérer la fermeture d'Eraring à la mi-2025", a annoncé Frank Calabria, le PDG d'Origin Energy, aux investisseurs. "Les centrales électriques au charbon subissent une pression croissante et insoutenable face à une production plus propre et moins coûteuse, notamment l'énergie solaire, l'énergie éolienne et les batteries", a-t-il ajouté.

La centrale, qui devait à l'origine être mise hors service en 2032, comprend quatre générateurs au charbon de 720 mégawatts et un générateur diesel de 42 mégawatts. Elle fournit à l'État le plus peuplé d'Australie, la Nouvelle-Galles du Sud, environ un quart de son électricité.

La société a un projet de 240 millions de dollars australiens (109 millions de d'euros) pour réaménager la centrale et installer une grande batterie de 700 mégawatts.

Origin est le dernier producteur d'énergie australien en date à annoncer la fermeture anticipée d'actifs houillers, malgré l'insistance du gouvernement conservateur à soutenir de nouveaux projets dans ce domaine. Pour les familles "qui dépendent de la centrale électrique d'Eraring pour leur subsistance, l'annonce d'aujourd'hui crée une incertitude pour l'avenir", a déclaré le représentant syndical Robin Williams.

Le ministre de l'Énergie Angus Taylor, qui a défendu l'idée d'investissements publics dans de nouvelles centrales au charbon, a jugé que la fermeture anticipée serait un "désastre", avec des prix d'électricité élevés. Cette décision "menace la fiabilité" de l'approvisionnement en énergie à "des prix accessibles", a-t-il dit, en promettant de veiller à ce que la centrale soit remplacée par une structure de même dimension.

"Ces décisions sont entièrement économiques et les fermetures inévitables", a commenté Richie Merzian, expert sur les questions de climat et d'énergie au groupe de réflexion Australia Institute. "Les décideurs australiens doivent s'occuper des (milliers de) travailleurs dans les régions productrices d'énergie au charbon, plutôt que de vendre de faux espoirs en essayant de soutenir une industrie mourante", a-t-il ajouté.

"Tout s'aligne pour accélérer continuellement la transition énergétique vers les énergies renouvelables", a jugé de son côté Ariel Liebman, expert à l'université Monash, en estimant que toute flambée des prix résultant de la fermeture serait probablement de courte durée.

Commentaires

APO

Est ce que le gouvernement actuel australien va aider ses entreprises charbonnières à l'export ! Il y a de fortes chances !!!
Et le "Crédit Agricole français" va financer du charbon pour des entreprises étrangères !!!
On pourrait leur demander : Ou en est-on du développement du biogaz dans les régions françaises ??? Ca avance, mais ce n'est pas rapide partout !!! Il faut des financements. Est ce que le Crédit Agricole est performant dans ce domaine !?
Il y a plusieurs GW à faire (sans pour autant faire n'importe quoi), donc c'est un secteur qui pèse en financement plusieurs milliards à étaler sur pas mal d'annes !!! Et c'est un complément de revenus non nuls dans certaines zones pour des exploitants au revenus faibles (à très faible si on fait un ratio à l'heure travaillée), mais qui aujourd'hui n'arrive pas à se financer !!!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture