Éolien en mer: EDF « prêt » à lancer « cet été » la construction du premier parc français

  • AFP
  • parue le

EDF est "prêt" à lancer "cet été" la construction du premier parc éolien en mer français, au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), une fois le dernier contentieux juridique purgé, a indiqué jeudi le directeur du projet de ce futur parc.

"Plus de vingt ans après nos collègues européens, nous sommes prêts à démarrer le premier projet de ferme en France", a déclaré Olivier de la Laurencie, directeur du projet de parc offshore de Saint-Nazaire, lors d'une table ronde sur les énergies marines renouvelables (EMR) en Europe, organisée par le constructeur naval STX France.

Le parc de Saint-Nazaire, l'un des trois développés par EDF Energies nouvelles en France, fait encore l'objet d'un pourvoi devant le Conseil d'Etat, formé par des associations de protection de l'environnement. "On fait l'hypothèse que le Conseil d'Etat va bientôt statuer sur l'admissibilité (de ce recours). On n'a pas d'autre choix que d'être prêts si le Conseil d'Etat prononce la non admissibilité", a précisé à la presse M. de la Laurencie.

Les premiers travaux pourraient donc commencer "cet été", avec environ "trois ans de retard", a-t-il estimé. La mise en service partielle de ce parc de 80 éoliennes d'une capacité totale de 480 mégawatts, située sur le banc de Guérande, à entre 12 et 20 km des côtes, est prévue "à partir de l'été 2021", selon Olivier de la Laurencie.

EDF EN est par ailleurs "en négociation exclusive" avec STX France et General Electric (GE) pour construire les sous-stations électriques de ses trois parcs français, tous attribués en 2012 et situés au large de Saint-Nazaire, de Fécamp (Seine-Maritime) et Courseulles-sur-Mer (Calvados), a annoncé le directeur du projet de Saint-Nazaire.

"Nous espérons signer le contrat dans les prochaines semaines", a-t-il ajouté. "Nous sommes retenus comme la seule société pour discuter des sous-stations des champs français (d'EDF Energies nouvelles). Ce n'est qu'une étape, ce n'est pas un contrat", a avancé, prudent, Laurent Castaing, directeur général de STX France, qui a déjà remporté plusieurs contrats à l'export.

 

Commentaires

einstein30

pourquoi pas une centrale nucleaire flottante comme en russie ?

Ajouter un commentaire