Face aux menaces de coupures d'électricité, les ventes de groupes électrogènes explosent les compteurs

  • AFP
  • parue le

"C'est de la pure prudence" : face à l'incertitude de l'approvisionnement électrique cet hiver, Aimé Hoeffler, 61 ans, a comme de nombreux Français sauté le pas et investi dans un groupe électrogène pour alimenter les équipements "indispensables".

Pour 2 000 euros, un générateur diesel neuf de 5 000 watts installé dans son garage peut tourner pendant une dizaine d'heures avec un plein, explique ce retraité qui vit à Rohrbach-lès-Bitche (Moselle). "C'est de la pure prévision, de la pure prudence", reconnaît-il.

Face à la crise énergétique, provoquée par la guerre en Ukraine et aggravée par des problèmes de maintenance des réacteurs nucléaires, des coupures de courant programmées et ciblées pourraient survenir cet hiver en cas de surcharge du réseau électrique. Même si le gouvernement et les opérateurs essayent de rassurer la population, Aimé Hoeffler n'est pas seul à se préparer au pire.

"Depuis la fin de l'été", les ventes de groupes électrogènes ont largement augmenté chez Castorama, "avec en particulier une très forte progression depuis les deux dernières semaines", indique à l'AFP une porte-parole du groupe, qui a "commencé très tôt à s'organiser".

Par rapport à 2021, les quantités vendues ont été multipliées par 2,5 ces quatre derniers mois et par quatre ces deux dernières semaines, a détaillé l'entreprise. Chez M. Hoeffler, le générateur ne pourra faire tourner que "l'indispensable" : congélateur, électroménager et "si possible" la pompe à chaleur électrique pour le chauffage.

Un an de ventes en trois mois

Même son de cloche du côté de l'enseigne Mr Bricolage. "En moins de trois mois, nous avons fait l'équivalent d'une année de vente", a affirmé le directeur commercial Hervé Onfray, soulignant que la demande est "plus importante dans les zones rurales et les petites agglomérations", "moins" dans "les grands centres urbains".

Selon lui, les magasins de bricolage voient arriver trois clientèles types. D'abord, des "foyers ruraux (...) qui ont un besoin de dépannage et vont acheter des groupes électrogènes peu puissants pour faire fonctionner quelques petits appareils électroménagers ou de l'éclairage". Ensuite, des familles "qui ont peur de perdre leurs provisions alimentaires et veulent des appareils plus puissants, capables de faire fonctionner plusieurs appareils en même temps". Enfin, "des petits commerçants inquiets pour la continuité de leur activité en cas de coupure, qui s'équipent en générateurs électriques puissants".

Leur produit phare ? Les groupes électrogènes milieu de gamme - entre 450 et 599 euros - qui permettent de "brancher des réfrigérateurs, des congélateurs ou des fours", qui s'arrachent comme des petits pains.

À tel point que "la demande est plus importante que l'offre, malgré notre anticipation", déplore M. Onfray. Voyant le vent tourner "dès juillet", Mr Bricolage avait approvisionné ses magasins "pour l'équivalent d'un an de ventes". Mais "nous rencontrons déjà des difficultés d'approvisionnement avec nos fournisseurs", confie M. Onfray.

Explosion des commandes

À Plérin, près de Saint-Brieuc en Bretagne, "c'est la folie". Chez le fabricant de groupes électrogènes industriels de haute capacité Gelec, "on a eu une explosion des commandes" dès fin août, avec une hausse de 80% sur un an, rapporte le directeur Eric Lemoine.

Le stock de quelque 400 machines, constitué dès fin 2021 pour pallier la hausse des prix, "fond" et "il ne nous en reste pratiquement plus" avant une nouvelle livraison ces prochains jours, détaille-t-il à l'AFP. Les délais d'attente s'allongent malgré le stock et la hausse de la production anticipée dès la fin de l'été.

La demande progresse notamment du côté des supermarchés, soucieux de préserver la chaine du froid, mais également du côté de "beaucoup de petites PME qui, pour deux heures (de coupure), sont obligées d'arrêter leur activité totale pendant presque une journée car les machines mettront beaucoup de temps à redémarrer", explique M. Lemoine. Le calcul est parfois vite fait : il cite l'exemple de ce restaurateur, pour qui investir 20 000 euros dans un groupe électrogène équivaut au coût d'une journée d'activité amputée par une coupure de courant.

Face à la hausse de la demande, Gelec a embauché six nouveaux collaborateurs et va lancer des travaux pour agrandir son entrepôt de 500 m2.

Commentaires

Houyo

Complètement idiot...

N'achetez pas ces groupes qui ne vous serviront à rien ou presque en janvier prochain (sauf cas particulier bien sur).
Les produits placés dans votre congélateur n'auront pas le temps de dégeler en 2 heures (ou alors changez d'urgence votre congélateur).
Le froid et la chaleur ça se stocke très bien : dans la masse du bâti pour le chauffage ; dans votre ballon pour l'eau chaude ; dans des plaques eutectiques pour frigo/congel. 2 heures d'inertie thermique c'est insignifiant.
Ressortez vos lampes de camping, achetez des accus et rechargez les.
L'humanité a vécu plusieurs millénaires sans électroménager, vous arriverez à vous en passer 2 heures. Vous saurez à l'avance si vous êtes concerné par un délestage et vous connaitrez la période de la coupure. Vous ne serez pas pris par surprise et vous pourrez vous y préparer.

Pour rappel, les délestages c'est vraiment en DERNIER RECOURS quand on a épuisé TOUTES les autres mesures de sauvegarde et ça dure 2 heures... C'est très bien expliqué par RTE. Page 51 :
https://assets.rte-france.com/prod/public/2022-09/Analyse%20passage%20h…

Et éteignez la télé, surtout les chaines d'info continue, ça fait du bien à la tête.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.