Gazprom devrait bientôt reprendre ses importations de gaz turkmène

  • AFP
  • parue le

Le russe Gazprom devrait reprendre à partir de début 2019 les importations de gaz en provenance du Turkménistan, qu'il avait arrêtées en 2016, a annoncé mardi son patron lors d'une visite dans la capitale turkmène.

Alexey Miller, PDG du géant énergétique russe, s'attend à ce que les importations, encore bloquées en raison de discussions sur les prix du gaz, reprennent au début de l'année prochaine, a-t-il expliqué dans une interview sur la télévision publique turkmène. "Nous parlons d'une reprise des achats de gaz turkmène par Gazprom dans un futur très proche, à partir du 1er janvier 2019", a indiqué M. Miller en soulignant que les détails du nouvel accord allaient bientôt être finalisés.

Les importations relativement bon marché de gaz en provenance du Turkménistan et d'autres pays d'Asie centrale ont permis à la Russie d'augmenter ses exportations vers l'Europe. En 2015, Gazprom avait décidé de limiter ses volumes d'achats de gaz turkmène à 4 milliards de m3 par an alors qu'ils s'élevaient à 10 milliards de m3 par an depuis 2010.

Un arrêt total des importations est ensuite intervenu au début de l'année 2016 et a mis sous pression l'économie turkmène, qui dépend fortement des hydrocarbures. La Russie était le principal partenaire du Turkménistan dans le secteur gazier avant qu'elle ne laisse place à la Chine et son entreprise China National Petroleum Corporation vers le début de la décennie.

Les importations de gaz turkmène vers la Chine par le biais d'un gazoduc passant par l'Ouzbékistan et le Kazakhstan, financé par Pékin, se situent actuellement entre 30 et 40 milliards de m3 par an.

Le Turkménistan, qui possède les quatrièmes plus importantes réserves de gaz au monde, exportait des volumes similaires vers la Russie avant qu'ils ne s'effondrent à la suite d'une mystérieuse explosion sur un gazoduc en 2009 et d'un différend sur les prix.

Ajouter un commentaire