Il serait « pertinent » de construire de nouveaux réacteurs nucléaires d'un point de vue économique, selon RTE

  • AFP
  • parue le

Le gestionnaire du réseau électrique RTE a publié lundi ses principales conclusions sur l'avenir du réseau français d'ici 2050, estimant qu'il serait "pertinent" économiquement de construire de nouveaux réacteurs nucléaires, tout en insistant sur la nécessité de développer les énergies renouvelables.

"Construire de nouveaux réacteurs nucléaires est pertinent du point de vue économique" mais "atteindre la neutralité carbone est impossible sans un développement significatif des énergies renouvelables", souligne RTE dans un rapport très attendu.

Il s'était lancé en 2019 dans une vaste étude, d'une ampleur inédite en France et en Europe, dont les principaux enseignements sont rendus publics lundi.

Pour "éclairer le débat public", RTE présente six scénarios de production possibles, allant de 100% renouvelables en 2050 à un développement "volontariste" du nucléaire avec la construction de 14 EPR (des réacteurs de nouvelles génération) ainsi que des petits réacteurs.

Ces scénarios, qui avaient déjà été esquissés sur le plan technologique, prennent cette fois-ci en compte les dimensions économique, environnementale et sociétale des choix à faire.

"Les scénarios comprenant de nouveaux réacteurs nucléaires apparaissent plus compétitifs", sur le plan économique, concluent les auteurs.

Même si les coûts des renouvelables ont fortement baissé, les experts de RTE se penchent sur le "coût complet" de chaque énergie. Or le solaire ou l'éolien nécessitent des investissements plus importants pour les réseaux électriques (car ils sont plus éparpillés) et pour la flexibilité (car ils ne produisent pas en permanence), avec le besoin par exemple de plus de stockage et de centrales thermiques d'appoint à hydrogène ou biométhane.

L'écart est de l'ordre de 10 milliards d'euros par an entre une scénario avec de nouveaux réacteurs nucléaires (14 EPR) et un autre sans, posant comme postulat le développement de grands parcs renouvelables. Le fossé se creuse même à quelque 20 milliards par an si l'on compare cette option nucléaire à une autre faisant le pari d'un développement "diffus" des renouvelables, avec notamment un fort recours au solaire installé sur les toitures.

Cette publication intervient à l'heure où l'avenir énergétique de la France fait l'objet d'un débat animé à l'approche de la présidentielle de 2022, certains candidats prônant une sortie plus ou moins rapide du nucléaire (écologistes ou Insoumis par exemple) tandis que d'autres (notamment à droite mais aussi au PCF) sont favorables à cette énergie. Le président Emmanuel Macron, favorable au nucléaire, réserve pour l'instant sa décision sur le lancement de six nouveaux EPR.

Commentaires

Serge Rochain

"Construire de nouveaux réacteurs nucléaires est pertinent du point de vue économique"

On peut s'interroger sur ce que pertinent veut dire pour un dispositif qui coute près de 6 fois le prix qui était annoncé sur le devis ???????????????

Denis Margot

Vous n'avez pas tort, mais le prix initial était clairement très optimiste. Il faut dire aussi qu'il a subi Fukushima et les années Hollande.

Julien

Et voilà notre Serge National qui repart en croisade !
Je doute qu'il aille jamais en pèlerinage à Flamanville à moins que ce soit en armes pour reprendre cette Sainte Terre livrée aux mains des féroces sectateurs adorateurs des divinités atomiques ...

Serge Rochain

Vous n'avez comme préoccupation que de vous occuper de moi au lieu de partager ou contester les arguments que je donne ?

Serge Rochain

Je ne savais pas que Hollande s'était improvisé chef de chantier de l'EPR et avait fait lui-même les soudures dont on a tant parlé

studer

Il y a certes l'incertitude de savoir si les leçons du fiasco de Flamanville seront bien tirées.
En d'autres termes, il faudra retrouver les qualités et conditions qui nous ont permis il y a 40 ans de réaliser un parc nucléaire que le monde entier nous envie (surtout en cette période de crise de l'énergie !).
Mais ces incertitudes sont bien plus faibles que celles de se lancer tête baissée vers une nouvelle technologie solaire et éolienne, qui devra être soutenue par une technologique de stockage de masse qui n'existe encore pas ! D'autant que le coût de cette alternative sera bien supérieur, avec probablement perte de la souveraineté nationale et des risques sur les minéraux indispensables qui pourraient conduire à une pénurie similaire à celle des combustibles fossiles qui se prépare.

Schricke

Studer:
Je crois que vous avez parfaitement fait le tour des véritables problèmes ! Malheureusement, la "cécité" (?) des décideurs politiques, dont le seul horizon reste celui des prochaines élections, largement aidés par des décisions européennes dont le seul objectif est de "couler" le nucléaire Français, conduit notre pays à grande vitesse vers le même "mur" que celui vers lequel se dirige l'Allemagne, grâce à ses "Grünen" ! (J'oublie l'aide précieuse apportée dans les choix par le "grand mage" Serge Rochain !...)

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.