Climat : un constat alarmant et une urgence à agir, alors que la COP25 s'ouvre à Madrid

  • AFP
  • parue le

Records de chaleur, multiplication des catastrophes météo, fonte des glaces, déclin de la nature : les preuves de l'impact dévastateur des activités humaines sur la planète s'accumulent, attestant de l'urgence à agir, en particulier contre le dérèglement climatique.

En moins d'un an, quatre rapports des scientifiques de l'ONU sur l'état de la planète ont sonné comme des coups de tonnerre réveillant des citoyens du monde entier. Un constat alarmant qui met la pression sur les signataires de l'accord de Paris sur le climat réunis à partir de lundi à Madrid pour la COP25.

Records de chaleur

Les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées sur la planète. Avec notamment le mois le plus chaud de l'histoire en juillet, 2019 va rejoindre le top 5, selon l'ONU. Et ce n'est que le début. Le monde a gagné environ 1°C depuis l'ère pré-industrielle. Mais si le mercure continue de grimper au rythme actuel sous l'effet des émissions de gaz à effet de serre, le seuil de +1,5°C, objectif idéal de l'accord de Paris, devrait être atteint entre 2030 et 2052, selon les experts climat de l'ONU (GIEC).

Même si les États tiennent leurs engagements de réduction d'émissions, ce sera au moins +3°C d'ici la fin du siècle, alors que chaque demi-degré supplémentaire augmente l'intensité et/ou la fréquence de catastrophes météo comme les canicules, les tempêtes, les sécheresses ou les inondations.

En outre, des scientifiques qui travaillent sur de nouveaux modèles climatiques qui serviront de base au prochain rapport du GIEC de 2021 laissent présager d'un réchauffement encore plus prononcé que prévu, avec un scénario du pire de +7°C en 2100, soit un degré de plus que les estimations précédentes.

Catastrophes multipliées

Canicules exceptionnelles en Europe, incendies monstres en Sibérie ou en Australie, cyclone Idai au Mozambique, Venise sous l'eau... Même s'il est difficile d'attribuer une catastrophe spécifique au dérèglement climatique, la multiplication déjà en cours des phénomènes extrêmes reflète les prévisions des scientifiques. Et l'avenir sera encore plus sombre.

Dans un monde à +1,5°C, les épisodes de fortes précipitations seront plus fréquents, intenses et/ou abondants, selon le GIEC. La fréquence et l'intensité des sécheresses devraient aussi augmenter.

Et encore un demi-degré supplémentaire causerait des différences d'impact "nettes". Ainsi par exemple, même si le plafond de +2°C, objectif minimal de l'accord de Paris, est respecté, la proportion des cyclones de catégorie 4 et 5 devrait encore augmenter.

Trop de CO2

Selon un récent rapport de l'ONU, les émissions de CO2 ont progressé en moyenne de 1,5% par an ces 10 dernières années et ne donnent aucun signe de ralentissement, alors qu'il faudrait qu'elles baissent de 7,6% par an, chaque année entre 2020 et 2030 pour espérer respecter la limite de +1,5°C.

Fin 2018, les principaux gaz à effet de serre ont franchi de nouveaux records de concentration dans l'atmosphère, en particulier le CO2, avec 407,8 parties par millions (ppm).

La glace fond, l'eau monte

Selon le GIEC, le niveau des mers a augmenté de 15 cm au XXe siècle. Le rythme de cette élévation s'accélère et le niveau des océans continuera à monter pendant des siècles, menaçant des zones côtières peu élevées où vivront d'ici 2050 plus d'un milliard de personnes.

Même si le monde parvient à réduire fortement les émissions, la hausse des océans pourrait atteindre 30 à 60 cm d'ici 2100. Et 60 à 110 cm si les émissions continuent d'augmenter.

Cette élévation est due principalement à la fonte des glaces. Les deux calottes glaciaires, en Antarctique et au Groenland, ont perdu en moyenne 430 milliards de tonnes chaque année depuis 2006. La banquise de l'Arctique rétrécit aussi et de nombreux glaciers de montagne pourraient disparaître.

Points de bascule

Des scientifiques craignent qu'au delà de certains seuils, la planète bascule dans un état durable d'étuve, même si on parvient à réduire les émissions.

Selon un texte publié récemment dans la revue scientifique Nature, 9 de ces 15 points de bascule sont dangereusement proches, notamment celui lié à la fonte du permafrost. Cette fonte, au delà d'une certaine température, conduirait à libérer inéluctablement des quantités énormes de gaz à effet dans l'atmosphère.

1 million d'espèces menacées

L'Homme n'est pas responsable uniquement du climat détraqué. Son exploitation sans précédent des ressources naturelles, en particulier pour nourrir une population croissante, conduit en parallèle à un déclin de la nature plus rapide que jamais.

Pratiques agricoles, exploitation forestière, pollution... Selon les experts biodiversité de l'ONU (IPBES), 75% de l'environnement terrestre et 66% de l'environnement marin sont dégradés. Résultat, un million d'espèces animales et végétales sont en danger de disparition, dont beaucoup dans les prochaines décennies.

Commentaires

Michel

C'est une dépêche d'agence officielle de presse ou est-ce un manifeste politique ?
On croirait l'agence Chine Nouvelle ou la Pravda de la belle époque.

Gerald b

@michel
Quel rapport entre 2 quotidiens sous des régimes communistes et un article qui retransmet l'alerte de la communauté scientifique internationale ?
Mais bien sûr, vous êtes comme Trump qui nie le réchauffement climatique 😂

Michel

@Gerald
C'est, mon cher Gerald, que vous semblez ne pas lire le français.
Cette dépêche, sur le plan quantitatif, est très largement factuelle.
Elle rend compte, pratiquement sans faute ("pratiquement", par exemple; parce que la fonte de l'Arctique ne fait monter le niveau des mers) de ce qui se passe.
Par contre vous ne semblez pas déceler qu'il y a dans cette dépêche une idée d'implication, qui elle, n'est pas d'ordre scientifique mais 100 % d'ordre politique.
Quand du constat scientifique rapporté aussi fidèlement que la compréhension des phénomènes physiques du journaliste permettait, vous passez à "atteste de l'urgence à agir, en particulier contre le dérèglement climatique" vous êtes insidieusement passé du constat de "ce qui est" à la l'affirmation de "ce qui devrait être". De "is" à "ought" (loi de Hume). Cette transformation est de l'ordre idéologique... d'où la comparaison avec des agences de presse pour lesquelles rapporter de l'information n'avait de sens qu'au regard de l'intention politique, l'information était un moyen au service d'une fin.
Donc, mon cher Gerald, pas la peine d'agiter avec le sourire votre épouvantail préféré, il faut tout simplement faire de l'analyse de texte.

Albatros

Merci Michel. Je me sens moins seul.
L'ONU "règlerait" le climat ? YAKAFOKON, encore cette antienne des tristes sires de l'écologisme militant. Alors que l'ONU, dont la principale mission est de régler les conflits en est parfaitement incapable, cette organisation (ce machin, disait de Gaulle), serait capable de "régler le climat".
Réveillons-nous.
Le sommes englouties dans les "politiques climatiques" dont une partie pour nos super-touristes sauveurs de planète (je ne les cite pas, on connaît les vedettes) et pour nombre de consultants calculateurs de "bilans carbone" dont l'imprécision du résultat dépasse largement la grandeur mesurée (j'ai entendu un 30 g +/- 1kg qui ne fait pas sourciller notre géniale ADEME), ne seraient-elles pas mieux employées pour la prévention des sinistres, à l'adaptation concrète aux aléas climatiques ?
Et le budget de l'ONU pour la prévention des conflits serait à privilégier par rapport à ces gabegies engendrées par la panique climatique (la peur, comme la colère, est très mauvaise conseillère).
Excellente fin d'année à tous.

Médard de Char…

Question d'expression dans la langue française :

"L'Homme n'est pas responsable uniquement du climat détraqué."

1 L'Homme n'est pas le seul responsable ? Il y en a d'autres ?
2 L'Homme est responsable de plusieurs méfaits, dont le climat "détraqué" ?
3 L'Homme est irresponsable, sauf en ce qui concerne le climat "détraqué" ?

Cochez la bonne case !

Pour ma part, je serais tenté de cocher les 3

Ajouter un commentaire