Le prix du gaz sera bloqué « tout le long de l'année 2022 », annonce Jean Castex

  • AFP
  • parue le

Le prix du gaz en France sera bloqué "tout le long de l'année 2022", et non seulement jusqu'à avril 2022, a annoncé jeudi Jean Castex en soulignant le niveau élevé des cours mondiaux.

Les experts "nous disent que vraisemblablement la décrue" des prix "sera plus lente" que prévue et "donc nous avons pris nos responsabilités, en maintenant le blocage des prix sur tout le long de l'année 2022", a déclaré le Premier ministre sur TF1.

M. Castex avait déjà annoncé le 30 septembre le blocage du prix du gaz pour environ cinq millions d'abonnés (dont trois millions au tarif réglementé) pour faire face aux hausses constantes depuis des mois. "Les prix du gaz par rapport à 2019 ont été multipliés par 6", a ainsi observé M. Castex mercredi.

Ce "bouclier tarifaire" devait cependant échoir en avril 2022, en s'appuyant sur des prévisions selon lesquelles "le prix du gaz devrait dégringoler" à cet horizon.

Selon le dispositif de lissage prévu par l'exécutif, à compter de 2023, les consommateurs paieront un peu plus cher le gaz que les cours du marché, afin que les sommes non payées par les abonnés en 2022 soient progressivement récupérées par les opérateurs.

Matignon a ensuite précisé que les consommateurs n'endosseront pas seuls ce rattrapage puisqu'"une partie sera payée par le budget de l'Etat", sans dire toutefois dans quelle proportion. Ce "nouvel outil" fera l'objet d'un amendement dans le projet de loi de finances actuellement examiné au Parlement.

Face à la hausse des prix en général et des carburants en particulier, le chef du gouvernement a par ailleurs annoncé une "indemnité inflation" de 100 euros versée automatiquement à chaque Français qui gagne moins de 2.000 euros nets par mois à partir de décembre.

Commentaires

Pierre-Ernest

Ce projet grandiose risque fort de se fracasser contre le mur de la réalité. Même le plus puissant des gouvernements serait impuissant à fixer le prix d'un produit mondial d'une façon durable. Il y a un côté enfantin à vouloir changer le cours de choses qui le dépasse.

Zamur

Le prix du gaz sera bloqué en 2022 ... Au niveau du prix actuel ou au niveau de fin décembre ?

olivier de boissezon

Voici ce qu'un ancien de EdF-GdF m'a transmis et que je vous adresse, car cela éclaire d'une autre manière les efforts de ce Gouvernement qui se dépatouille assez mal de l'ornière dans laquelle il est entré de son plein gré ...
"L'actualité récente du prix du gaz m'amène à apporter une réflexion (ayant grenouillé une quinzaine d'année à GDF )...pour éclairer des pratiques qu'on ne connait peut être pas.

Tout d'abord , je rappelle que la privatisation de l'elec et du gaz ont été voulue par Chirac et Jospin à Barcelonne en Mars 2002 sous la pression de la sacro-sainte loi de la mise en concurrence et avait pour but de faire baisser les prix de l'énergie...

Avant la privatisation de Gaz de France et son changement de nom en eNGie , la France pilotait ses approvisionnements de Gaz par les stockages souterrains de gaz, en clair , on stockait du gaz sous terre pendant la fin de printemps et l'été pour l'hiver

L'activité de ces structures suivait le cours du gaz ,car ces prix soumis à la politique mondiale de l'offre et la demande (la France n'a pas de gaz) ,en gros ils sont bas l'été et haut en hiver ,GDF déstockait le gaz qu'il avait injecté au cours de la belle saison et quand les prix s'envolaient.

En privatisant GDF, la France s'est désengagée de ce pilotage , et pour rendre le bébé plus beau , a valorisé l'entreprise avec les énormes quantités de gaz stockées (le stockage de Chémery en Sologne est le plus gros d'Europe, mais aussi à Etrez dans le Jura, à Tersanne dans le Sud Est ou à Velaine à côté de Nancy..13 milliards de m3 en tout !) faisant grimper un cours de bourse attrayant ...Ensuite il n'y avait plus d'intérêt à stocker du gaz et encore plus fort , l'entreprise loue maintenant ses poches, par l’intermédiaire de Storengy (Filiale 100% de Engie) aux opérateurs/producteurs ..Ces poches sont comme des énormes bouteilles de gaz qui selon finances , permettent aux producteurs de stocker le gaz quand ceux ci ont de la surproduction et/ou que les prix soient au plus bas , et déstockent quand les prix sont les plus hauts ... comme l'état le faisait , mais pas au profit des mêmes.
En effet les contrats de gaz sont aujourd'hui dits "contrats à courts termes" et le prix du gaz est facturé aux distributeurs (Engie, direct energie, poweo etc...) pratiquement au jour le jour ...

Situation à cet automne 2021, Gazprom ,qui est le principal client des stockages souterrains (Storengy), a fait injecté du gaz pendant le COVID (entreprises, hotels à l'arrêt) dans les poches et maintenant (Gazprom) le fait soutirer au prix le plus fort alors que les prix sont au plus haut .... Ce n'est donc pas Poutine qui fait varier le prix du gaz , ce sont les systèmes libéraux eux mêmes, auxquels les politiques se sont enferrés et ne peuvent maintenant revenir en arrière.

Ces changements se sont déroulés sur tapis vert, aucune modification technique , que des jeux d'écritures, des négos internationales bien au dessus de la tête des consommateurs au profit, non seulement des producteurs, mais aussi des opérateurs qui font transiter , ou stockent le gaz
Les dessous des privatisations ont pour conséquences qu'elles ne se font jamais pour l'intérêt général ou celui des consommateurs ...

CQFD
Bien à vous"

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture