L'Irak veut construire huit réacteurs nucléaires d'ici 2030

  • AFP
  • parue le

L'Irak, en pénurie chronique d'électricité, veut construire d'ici 2030 huit réacteurs nucléaires d'une capacité de 8.000 mégawatts, de quoi assurer 25% de ses besoins et réduire ainsi sa dépendance énergétique, a indiqué mardi à l'AFP un responsable.

Actuellement, la puissance électrique de l'Irak est d'environ 16.000 mégawatts (MW), loin des 24.000 MW estimés nécessaires pour satisfaire la demande -- évaluée jusqu'à 30.000 MW les mois d'été -- et encore plus loin des besoins futurs dans un pays dont la population de 40 millions d'habitants devrait doubler d'ici 2050, selon l'ONU.

"D'ici 2030-2031, nous souhaitons produire 25% de nos besoins en électricité grâce au nucléaire, moins cher et disponible chaque jour de l'année à la différence par exemple du solaire ou d'autres énergies renouvelables", explique à l'AFP Kamal Latif, patron de l'Autorité des ressources nucléaires.

M. Latif assure que les négociations en cours avec des entreprises "russes, coréennes, chinoises, américaines et françaises" pourraient aboutir à "une signature d'ici la fin de l'année".

Alors que des informations de presse font état d'un projet à 40 milliards de dollars (33 milliards d'euros) -- pour un pays qui traverse sa pire crise économique --, M. Latif s'est refusé à commenter, estimant uniquement que l'Irak négocierait des facilités de paiement "sur vingt ans, avec des possibilités de prêts à intérêts réduits".

La compagnie russe Rosatom, citée par l'agence russe TASS, assure de son côté discuter avec l'Irak "l'ensemble de l'agenda d'une éventuelle coopération sur les applications énergétiques et non énergétiques des technologies nucléaires à des fins pacifiques".

Pour les experts toutefois, l'Irak, plutôt que de se lancer dans le nucléaire, devrait rénover ses infrastructures car il perd 30 à 50% de son énergie pendant son acheminement du fait de la vétusté des circuits.

En outre, l'Irak, deuxième producteur de l'Opep, a déjà annoncé un plan pluriannuel pour capturer son gaz naturel qu'il brûle actuellement dans des torchères extrêmement polluantes qui lui font perdre chaque année, selon la Banque mondiale, 2,5 milliards de dollars.

Ce plan vise à réduire les importations énergétiques d'Iran -- actuellement 28 millions de mètres cubes de gaz par jour et 1.300 mégawatts d'électricité.

Pour réhabiliter ses infrastructures, l'Irak a signé des memorandums d'entente avec l'Allemand Siemens -- pour 10 milliards de dollars -- et l'Américain General Electric (GE) -- pour 15 milliards de dollars. Jusqu'ici, aucun de ces projets n'a vu le jour.

Commentaires

Michel DESPLANCHES

Pas un sujet pour ROCHAIN ?

Patrice LUCCHINI

Ne serait-ce pas plutôt une manière de permettre à l'Iran de continuer sa course vers le nucléaire militaire ?

Serge Rochain

N'en déplaise à Desplanches, on voit encore des naïfs qui parlent d'indépendance énergétique avec un uranium qu'ils importeront à 100% mais c'est un responsable qui l'a dit à l'AFP... je me demande ce que doit être le niveau d'un irresponsable ?
Et la suite et de pire en pire avec un nucléaire moins cher et disponible ! En Irak ils n'ont jamais entendu parler du solaire sans doute... et que vont-ils faire la nuit de toute cette électricité qu'ils vont produire en dormant quand personne n'en n'a besoin ? Le nucléaire ce n'est pas de l'électricité quand on veut mais tout le temps bien que l'on n'en n'ai pas besoin tout le temps. C'est même pour ça qu'en France de 8h du matin à 18h on importe d'Allemagne car on ne produit pas assez quand on en a besoin pour l'activité économique et que l'a nuit on en a trop alors on cherche des clients.

K. Tirel

Je réagis sur la fin de votre commentaire qui me semble incomplet : la France se place toujours parmi les premiers exportateurs d'électricité en Europe (https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectricit%C3%A9_en_France#Importati…). Selon le rapport RTE de 2020, elle se place à la première place en 2020, même si les exportations ont baissé cette année là. Donc on ne peut pas résumer la situation française à "on importe à l'Allemagne de 8h à 18h".

Effectivement, c'est avec l'Allemagne que la comparaison import/export est la plus serrée ces dernières années. On peut donc aussi dire que l'Allemagne, malgré sa part importante de renouvelable, a besoin d'importer l'électricité de chez nous, non ? Et que dire de la Suisse, l'Italie, l'Espagne, le Royaume Uni ? Ils n'ont pas l'air de se plaindre de notre excès d'électricité...

Nucléaire et renouvelable, potentiellement complémentaires ?

Serge Rochain

Ben justement non, on ne peut pas dire que l'Allemagne à plus besoin de notre électricité que nous de la leur car depuis toujours nous importons plus d'électricité depuis l'Allemagne que nous ne leur en exportons, et 2020 est une exception à la règle nous leur avons effectivement exporté quelques KWh de plus que dans le sens inverse mais c'est si faible que l'on peut dire que cette année (2020) c'est part égale.
https://allemagne-energies.com/2020/01/12/allemagne-lessentiel-des-resu…
Mais surtout ce que je veux souligner en parlant de 8h à18h c'est que notre nucléaire est insuffisant pour faire face au besoin de l'activité économique qui a lieu en journée et pas la nuit. Le remède avec le nucléaire consiste à mettre en marche plus de réacteurs, mais alors comme la nuit nous sommes déjà en surproduction nous le serions plus encore car la vérité c'est que le nucléaire n'est pas aussi souple d'emploi que ce que le lobby nucléaire veut faire croire. On n'arrête pas un réacteur le soir quand on n'a plus besoin de ses services pour le rallumer le lendemain car il faut plusieurs jours pour démarrer un réacteur, quant à moduler sa puissance c'est également très long et cela lui consomme rapidement ses barres de controle neutrophages dont le rôle principal est de garder la réaction en chaine constante (on dit K=1) et non pas de faire du yoyo avec la puissance délivrée.
Le nucléaire est un excellement produit pour fournir toujours la même quantité d'électricité mais le problème est que le besoin évolue dans le cycle annuel (pour lequel il peut s'adapter la réaction n'a pas besoin d'être très rapide), hebdomadaire et journalier qu'il ne peut pas résoudre par manque de réactivité en regard de la variation des volumes de besoin. On ne peut utiliser correctement le nucléaire qu'en lui faisant produire la même quantité d'énergie, le fonctionnement en mode de base.
C'est en cela que le nucléaire n'est pas une solution possible à lui tout seul. Par chance nous avons un formidable puissance installée d'hydraulique qui nous permet de nous adapter en règle générale à la variation du besoin, sauf en ce moment car nous avons 19 réacteurs arrêtés sur les 56 pour une raison ou une autre, et nous sommes incapables de produire un socle constant de plus de 38 GW depuis déjà plus d'un an. Cela ne nous empêche pas d'exporter puisque le ce qui nous fait défaut est entre 8 et 18 heurs et même un peu plus serré, entre 9 et 17h, ce qui permet d'exporter en dehors de cette zone car le socle est largement suffisant en dehors des 8 heures travaillées en semaine. On peut donc exporter 16 heures par jour à peu près ce qui fait de la France le premier exportateur mondial par...... manque de souplesse. Mais durant les 8 heures d'active de l'activité économique nous importons d'Allemagne. Il ne s'agit pas de résumer la limitation de la production nucléaire à 8 heures par jour mais souligner ce que cela implique :
Nous ne pouvons rentabiliser notre nucléaire qu'à la hauteur que nous permet notre hydraulique pour répondre a la variation période active de 8h / le cycle de 24h .
MAIS, nous devrons dans un avenir proche absorber par l'électrique ce que les transport et l'activité économique notamment industrielle produit aujourd'hui grâce au fossiles et qui sera sensiblement le double de ce que nous produisons aujourd'hui en électricité.... donc x3
Il serait facile de multiplier la puissance nucléaire par 3 mais il faudrait aussi multiplier la puissance hydraulique par 3 pour garder le même équilibre. Mais là, ce n'est pas possible nous le savons bien, et vous aussi

Bernard LEYRIS

Beaucoup beaucoup de paroles et très peu de chiffres.
Quels sont les quantités importées d'Allemagne.
Si on parle de combler un pic c'est autre chose que de fournir de façon stable de grosse quantité.
EDF est leader mondial dans l'équilibre des grilles de circulation de l'électricité.
C'est au moins aussi important que la production et ce le sera encore plus dans les années à venir avec l'essort virtuel du tout électrique que certains nous font mirroiter comme la panacée.
Quand aux 19 réacteurs non productifs actuellement ils sont en carrénage et en entretien en profitant de la baisse d'activité liée à la pandémie mais ce ne sera que passager.

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet