Neoen, le producteur français d'énergies renouvelables, prêt à être racheté et retiré de la Bourse

  • AFP
  • parue le

Le gestionnaire d'actifs canadien Brookfield est entré en négociations exclusives avec les actionnaires du groupe français d'énergies renouvelables Neoen pour y acquérir une participation majoritaire puis le racheter entièrement et le retirer de la Bourse de Paris, a révélé jeudi Neoen, société valorisée à 6,1 milliards d'euros.

53,32% des actions Neoen

Le gestionnaire d'actifs Brookfield, qui exploite la plateforme d'énergies renouvelables Brookfield Renewable Partners, "est entré en négociations exclusives avec Impala, le Fonds Stratégique de Participations géré par ISALT, Cartusiai et Xavier Barbaro et d'autres actionnaires en vue d'acquérir environ 53,32% des actions Neoen existantes au prix de 39,85 euros par action", révèle Neoen dans un communiqué.

"À la suite de l'acquisition du bloc", Brookfield Renewable Holdings déposerait une offre publique d'achat obligatoire sur les actions restantes du groupe francais, là aussi "au prix de 39,85 euros par action" "avec l'intention de mettre en oeuvre une procédure de retrait obligatoire" de la Bourse.

Ce prix "représente une prime de 26,9% par rapport au dernier cours de clôture et de 40,3% et 43,5% respectivement sur le cours moyen pondéré par les volumes sur 3 et 6 mois", précise le communiqué. L'offre de Brookfield valorise ainsi Neon à "6,1 milliards d'euros pour 100 % des actions", précise-t-il.

Un « nouveau chapitre de l'histoire » de Neoen

Le conseil d'administration de Neoen a "accueilli favorablement et à l'unanimité la proposition de Brookfield", a indiqué Neoen.

"15 années après la création de Neoen (...) nous sommes ravis d'ouvrir avec Brookfield un nouveau chapitre de notre histoire", a affirmé le PDG de Neoen Xavier Barbaro, cité dans le communiqué. "Brookfield va accompagner notre société dans une nouvelle phase de sa croissance et permettre à Neoen de renforcer encore sa stature : celle d'un acteur global, leader dans la production d'énergie renouvelable", a-t-il ajouté.

"L'acquisition de Neoen conforte la dimension mondiale de Brookfield, tout en diversifiant ses activités sur les marchés clés des énergies renouvelables et en lui apportant une expertise significative dans la technologie de stockage par batterie", a fait valoir Connor Teskey, chez Renewable Power & Transition chez Brookfield Asset Management

Neoen, créé en 2008 et coté depuis 2018, dispose de capacités de production d'énergies renouvelables en opération ou en construction de plus de 8,3 GW. L'entreprise possède notamment le plus puissant parc solaire de France (Cestas) et le plus grand parc éolien de Finlande (Mutkalampi).

Parc solaire de Cestas

La centrale photovoltaïque de Cestas se compose d’un ensemble de 25 centrales disposant chacune d’une puissance de 12 MWc. Toutes raccordés entres elles, elles disposent donc d’une puissance cumulée de 300 MWc. (©Neoen)

En 2023, son bénéfice net a plus que triplé, à 150,2 millions d'euros.

Commentaires

Metomol

je ne suis pas du tout économiste alors ma question paraîtra t-elle bébête : pourquoi, alors que les énergies renouvelables ont le vent en poupe, cette entreprise Neoen est obligée d'être rachetée sous peine de disparaître?
Est-ce un taille critique qui ne serait pas atteinte alors qu'avec le rachat de Brookfield elle deviendrait de nouveau viable. Que l'onnm'explique pourquoi les français n'arrivent pas à percer sur ces marchés .

Chantal Bourry

L'énergie est un secteur essentiel. Quid de notre souveraineté nationale en autorisant ce rachat par un gestionnaire d'actifs canadien ?

Rblase

Et si NEOEN avait compris que l'éolien n'avait pas sa place en France?

Claude Mandil

Rien que de très naturel: les actionnaires de Neoen ont trouvé un fonds qui accepte de racheter leurs actions 40% plus cher que le cours des derniers mois, c'est une aubaine pour eux, bravo! Et Brookfield doit penser que les renouvelables en France sont très rentables, pour débourser une prime aussi élevée.

Gilles

C'est vrai que ce genre de succès pour Neoen et donc des renouvelables bien conduits est assez gênant pour les anti-éoliens et les anti-photovoltaiques.
Difficile maintenant de ne pas croire dans les ER, même si certains insistent sur le i de intermittentes.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture