Nucléaire: Nicolas Hulot évoque « jusqu'à 17 » fermetures de réacteurs à l'horizon 2025

  • AFP
  • parue le

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, s'est risqué lundi à parler de fermer "peut-être jusqu'à 17" réacteurs nucléaires à l'horizon 2025, mais tout reste encore ouvert dans ce vaste chantier aux multiples inconnues. La loi sur la transition énergétique prévoit de réduire la part de l'atome dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025.

"Chacun peut comprendre que pour tenir cet objectif, on va fermer un certain nombre de réacteurs (...). Laissez-moi planifier les choses, ce sera peut-être jusqu'à 17 réacteurs, il faut qu'on regarde", a déclaré sur RTL le ministre. Cette sortie intervient quelques jours après la présentation par M. Hulot du "plan climat" pour le quinquennat, qui a fixé un certain nombre d'orientations dans le secteur de l'énergie, mais qui n'avait pas totalement convaincu les observateurs, faute de mesures concrètes, notamment sur les moyens pour réduire la part du nucléaire.

"C'est une annonce extrêmement intéressante, parce que pour la première fois on a un chiffre et un gouvernement qui brise le dogme de la non-fermeture", a déclaré à l'AFP Charlotte Mijeon, une des porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, tout en invitant M. Hulot "à concrétiser cette annonce et à aller plus loin". De nombreux experts jugent toutefois l'échéance de 2025 difficile à tenir.

Composé de 19 centrales et de 58 réacteurs en activité, tous exploités par le géant EDF, détenu à quelque 83% par l'État, le parc nucléaire français est vieillissant: les trois-quarts des réacteurs atteindront leur 40 ans de vie d'ici à 2027. La prolongation de leur durée de vie au-delà de 40 ans est suspendue à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui devrait se prononcer "plutôt en 2019" sur la question, a rappelé lundi à l'AFP une porte-parole de l'Autorité.

Fessenheim, un précédent difficile

Pour EDF, une telle prolongation permettrait de préparer plus sereinement le remplacement de son parc, mais cela impliquerait 48 milliards d'euros d'investissements sur la période 2014-2025 dans le "grand carénage", programme de maintenance lourde des centrales. "Nous nous conformerons à la Programmation pluriannuelle énergétique", ou PPE, la feuille de route énergétique de la France créée par la loi sur la transition énergétique, a déclaré lundi à l'AFP une porte-parole d'EDF, sans commenter directement les déclarations de M. Hulot.

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), doyenne du parc nucléaire français, a déjà été difficilement actée, dans les derniers jours du quinquennat de François Hollande. Elle ne devrait intervenir qu'au moment de la mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche), prévue pour l'instant en 2019.

Cette fermeture est d'ores et déjà vivement contestée par des élus régionaux et les syndicats d'EDF. De quoi augurer d'autres difficultés en cas de fermetures supplémentaires. "Chaque réacteur a une situation économique, sociale et même de sécurité très différente", a souligné lundi Nicolas Hulot, indiquant vouloir mener les fermetures de manière "non symbolique" et "non dogmatique".

Cependant, les capacités de production d'électricité à partir du charbon et du fioul sont en baisse, tandis que le développement des énergies renouvelables (éolien, solaire) est confronté à différents défis technologiques, notamment en matière de stockage d'énergie. "La plus grosse difficulté c'est l'intermittence", souligne François-Marie Bréon, chercheur au laboratoire des Sciences du climat et de l'environnement interrogé par l'AFP. L'éolien et le solaire "sont des énergies fatales - qui arrivent quand les conditions météorologiques sont favorables - donc on est obligé d'avoir autre chose" en complément, pour prendre le relais, détaille-t-il.

Face aux risques d'approvisionnement énergétique, la France serait amenée, selon cet expert, à utiliser des centrales thermiques au gaz, émettrices de CO2. Dans ce cas de figure, la France pourrait avoir des difficultés à tenir ses engagements de réduction d'émission de gaz à effet de serre. Elle ambitionne d'atteindre en 2030 une diminution de 40% par rapport au niveau de 1990.

Commentaires

Alain Marcadé

La fermeture "politique" de plusieurs réacteurs n'aurait pas que la conséquence écologique absurde de faire croître les émissions de CO2, comme c'est constaté en Allemagne.
Les conséquences économiques seraient aussi désastreuses : le Conseil Constitutionnel a considéré que l'exploitant EDF devait être justement indemnisé du préjudice subi (n'oublions pas aussi que c'est le même pouvoir politique qui lui avait demandé de s'engager dans le nucléaire après le choc pétrolier des années 70). Ce sont plusieurs milliards d'€ que l'Etat devrait verser à EDF, ou plutôt d'impôts supplémentaires pour les contribuables.
Ceci en plus de l'investissement dans des moyens de production de substitution : des éoliennes et panneaux PV certes, mais aussi comme dit M. Bréon, des centrales au charbon ou au gaz à construire... alors qu'on est en train d'arrêter les dernières de notre pays. On marche sur la tête.
Et ce n'est pas fini : ces éoliennes ou panneaux sont financés en grande partie par des taxes prélevées sur nos factures d'électricité, qui la grèvent déjà de 20 %. Logiquement, elles devraient exploser jusqu'à 100 %, comme chez nos voisins allemands qui payent leur kWh deux fois le prix du nôtre. Encore si c'était un kWh "vert" : mais non, il est majoritairement produit avec du lignite, il est donc brun foncé !!
Idéologie, quand tu nous tiens....

Avenir-Energie

Avec 17 réacteurs nucléaires en moins,en 2025,on serait obligé de mettre en fonction des centrales gaz CCG totalisant 15 Gigawatts de puissance électrique,en back up des énergies intermittentes éolo-voltaiques,qui produisent insuffisamment dans les trois mois les plus froids de l'année: Décembre,Janvier ,Février.On reprocherait à ces CCG leur production facheuse de CO2.Et en plus,on aura pas le temps de les construire et les mettre en service ,d'ici 2025,d'où le risque de plusieurs black out hivernaux à cette époque,si on ferme tous ces réacteurs nucléaires d'ici à 2025.Ces projets de fermetures à une telle échéance, sont vraiment plus que douteux.Les moyens de stockages des ENRi en 2025 ne seront pas du tout à la hauteur des besoins de cette époque.Cette annonce d'Hulot montre surtout sa grande incompétence,ignorance et naïveté dans le domaine des besoins électriques d'un grand pays comme la France et toutes les lourdes contraintes qui y sont associées.

Ajouter un commentaire