Pétrole: l'Arabie saoudite a maintenu sa capacité de production pour la transition énergétique (ministre)

  • AFP
  • parue le

La décision surprise fin janvier de l'Arabie saoudite de maintenir sa capacité de production de pétrole, renonçant à un projet initial de l'augmenter, reflète ses ambitions de développement dans d'autres formes d'énergies, a annoncé lundi le ministre de l'Energie du royaume.

Le géant pétrolier Aramco avait annoncé le 30 janvier que le ministère de l'Energie lui avait ordonné de maintenir sa capacité de production à 12 millions de barils par jour (bpj), abandonnant l'objectif annoncé en 2021 de 13 millions de bpj d'ici à 2027.

Les responsables du pays du Golfe, premier exportateur mondial de brut, n'avaient pas expliqué cette décision. Certains analystes estimaient qu'elle reflétait un manque de confiance dans une hausse de la demande mondiale de pétrole à long terme justifiant de nouveaux investissements dans la capacité de production.

"Nous avons reporté cet investissement simplement parce que (...) nous sommes en transition", a déclaré le ministre de l'Energie, Abdelaziz ben Salmane, lors d'une conférence dans la ville de Dhahran, dans l'est du pays, où se trouve le siège d'Aramco.

"La transition signifie que même notre compagnie pétrolière, qui était une compagnie pétrolière, est devenue une compagnie d'hydrocarbures. Aujourd'hui, elle est en train de devenir une société d'énergie", a-t-il ajouté, soulignant que cette transition nécessite de nouveaux investissements dans des formes d'énergie alternatives telles que le gaz et les renouvelables.

Cette décision n'a pas été "prise à la hâte" mais après des "examens approfondis", a encore dit le ministre.

Les bénéfices d'Aramco devraient servir à financer le vaste programme de réformes "Vision 2030" du prince héritier et dirigeant de facto du royaume, Mohammed ben Salmane, visant à jeter les bases d'un avenir post-pétrolier.

L'Arabie saoudite s'est également engagée à réduire à zéro ses émissions de carbone d'ici à 2060, suscitant toutefois le scepticisme des défenseurs de l'environnement.

Quant à Aramco, la compagnie s'est engagée à atteindre des émissions de carbone "nettes opérationnelles" d'ici 2050.

rcb/anr/cyj

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.