Écosse : Total va prendre une part majoritaire dans un immense projet de parc éolien offshore

  • AFP
  • parue le

Total a annoncé mercredi qu'il allait acquérir une participation de 51% dans un gigantesque projet de parc éolien offshore en Écosse, un "changement d'échelle" pour le géant pétrolier dans ce secteur.

Le groupe a conclu un accord avec SSE Renewables pour 70 millions de livres (78,4 millions d'euros) à la finalisation et d'éventuels compléments de prix soumis à conditions de performance pouvant aller jusqu'à 60 millions de livres, précise-t-il. Une fois achevé, fin 2022, ce parc "Seagreen 1", d'une capacité de 1 140 mégawatts (MW), sera le plus grand champ éolien offshore d'Écosse.

Le projet, qui représente un investissement d'environ 3,7 milliards de dollars, vient de faire l'objet d'une décision finale d'investissement. Situé à 27 kilomètres des côtes écossaises, le parc pourra couvrir les besoins d'environ un million de foyers. La construction des modules à terre a commencé début 2020. L'acquisition de Total concerne également une extension pouvant aller jusqu'à 360 MW.

Avec cette opération en mer du Nord britannique, "Total prend une position forte sur le premier marché mondial de l'éolien offshore. Cette opération représente un changement d'échelle majeur pour l'activité du groupe dans cette filière et s'inscrit pleinement dans notre stratégie de croissance rentable dans les énergies renouvelables et l'électricité bas carbone", a déclaré le PDG de Total, Patrick Pouyanné, cité dans le communiqué.

"L'importante expertise mondiale de Total dans les opérations offshore, combinée à leur ambition de contribuer au développement des énergies renouvelables dans le monde, correspond parfaitement à l'objectif stratégique de SSE Renewables de tripler notre production d'énergie renouvelable à horizon 2030", a commenté Alistair Phillip-Davies, directeur général de SSE, principal développeur de l'éolien offshore en Grande-Bretagne.

Total indique viser 25 GW de production électrique renouvelable en 2025. Le groupe a aussi annoncé un objectif de "neutralité carbone à horizon 2050", jugé incomplet cependant par les avocats de la lutte contre le réchauffement. Fin mai, onze investisseurs ont présenté en assemblée générale une résolution pour contraindre le groupe à des objectifs climatiques plus ambitieux, finalement rejetée par une majorité d'actionnaires.

Commentaires

Denis Margot

Ajouter un commentaire