Un an après, bilan mitigé pour le plafonnement du prix du pétrole russe

  • AFP
  • parue le

Mécanisme inédit dans l'attirail des sanctions occidentales contre la Russie, le plafonnement du prix du pétrole brut russe fête mardi ses un an. Couronné de succès au début de sa mise en application, Moscou a depuis eu le temps de trouver le moyen de le contourner.

Entré en vigueur le 5 décembre 2022, le mécanisme de plafonnement du prix impose à la Russie de vendre son pétrole à 60 dollars le baril maximum aux pays membres de la coalition - Australie, Canada, Union européenne, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni et Etats-Unis.

Il est aussi interdit pour les entreprises basées dans ces pays de fournir les services permettant le transport maritime, notamment l'assurance ou la réassurance, de pétrole vendu au-dessus de ce prix.

"La Russie étant l'un des plus grands producteurs de pétrole, il était important de laisser les exportations de brut russe continuer à circuler, tout en réduisant les revenus (pour Moscou) en limitant le prix", résume pour l'AFP Giovanni Staunovo, analyste chez UBS.

A première vue, il s'agit là d'un pouvoir de dissuasion crédible, les pays du G7 fournissant les prestations d'assurance pour 90% des cargaisons mondiales et l'UE étant un acteur majeur du fret maritime - d'où leur capacité à répercuter ce plafonnement sur le pétrole livré à la majorité des clients de la Russie à travers le monde.

Avant la guerre en Ukraine, "les services européens permettaient le transport de 75% des exportations maritimes de pétrole russe" contre un tiers en juin 2023, note Jorge Leon, analyste chez Rystad Energy interrogé par l'AFP.

Bilan après un an? Pour M. Leon, "au cours des six premiers mois, les deux objectifs ont été atteints", la Russie percevant moins de revenus sans toutefois perturber l'offre mondiale et les prix du brut.

Revenus records

Première ombre au tableau: l'Oural, la principale variété de référence du pétrole russe, s'échangeait à plus de 60 dollars le baril sur certaines routes maritimes dès juillet, selon les données du groupe Argus.

En septembre, les revenus des exportations pétrolières de la Russie "ont bondi de 1,8 milliard de dollars" sur un mois "pour atteindre 18,8 milliards de dollars, (...) leur plus haut niveau depuis juillet 2022", selon le rapport d'octobre de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) sur le marché du pétrole.

Le prix moyen à l'exportation du brut russe a même augmenté de 8 dollars par baril, pour atteindre 81,80 dollars en septembre, "bien au-dessus du prix plafonné", relève notamment l'AIE.

"Cette augmentation s'est produite alors que la Russie a réduit sa dépendance à l'égard des services maritimes occidentaux", selon l'institut économique ukrainien KSE basé à Kiev dans son rapport "Russian Oil Tracker" d'octobre.

Et pour cause: la Russie a construit une "flotte fantôme".

"Au cours de l'année écoulée, la Russie s'est progressivement désengagée des services européens parce qu'elle achetait de vieux navires pour transporter son propre brut. Elle offrait également ses propres assurances", explique Jorge Leon.

Moscou a ainsi pu "poursuivre ses activités, (...) continuer à transporter ses propres marchandises".

Selon les estimations de l'institut KSE, environ 185 pétroliers pleins de la flotte fantôme ont quitté les ports russes en octobre 2023, transportant environ 2,6 millions de barils par jour d'exportations de brut.

« Fermer les yeux »

"Dans une certaine mesure, l'UE et les Etats-Unis ont fermé les yeux sur le fait que du pétrole russe (...) supérieur au plafond était acheminé vers la Chine ou l'Inde, car cela signifiait plus de brut américain et du Moyen-Orient pour les marchés occidentaux", fait valoir Stephen Innes, analyste chez SPI AM.

Jusqu'à il y a peu, le marché se concentrait sur l'idée d'un manque de brut, les investisseurs anticipant un sous-approvisionnement imminent.

Les craintes d'un déficit important de pétrole avaient même poussé le Brent, référence européenne du brut, jusqu'à près de 100 dollars fin septembre.

Mais la situation a changé: "en raison de l'augmentation de la production américaine, de l'amélioration des livraisons sud-américaines et canadiennes (...) les Etats-Unis pensent qu'il est temps de resserrer les vis", poursuit M. Innes.

Mi-octobre, Washington a annoncé de premières sanctions, visant deux entreprises, pour non-respect du plafond du prix du pétrole russe.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture