Venezuela: Washington sanctionne 5 proches de « l'ex-président » Nicolas Maduro

  • AFP
  • parue le

Les États-Unis ont infligé des sanctions financières contre cinq hauts responsables proches de "l'ex-président Nicolas Maduro" au Venezuela, a indiqué le Trésor américain vendredi. Ces responsables dirigent les services de renseignement, la garde présidentielle de M. Maduro, la police et la compagnie pétrolière nationale PDVSA.

Le Trésor a mis sur sa liste noire des sanctions "cinq responsables alignés avec l'ancien président illégitime Nicolas Maduro qui continue de réprimer la démocratie et les intervenants démocratiques au Venezuela et qui est engagé dans une grave corruption et fraude vis-à-vis du peuple vénézuélien", affirme le communiqué.

Ces dirigeants sont Manuel Ricardo Figuera, chef du Service du renseignement national, accusé par Washington de superviser "la torture de masse" et son premier commissaire Hildemaro Rodriguez Mucura qui a ordonné la détention de l'opposant Juan Guaido que les États-Unis désignent comme "président par intérim".

Est également visé le Commandant de la Direction générale militaire du contre-espionnage, Ivan Hernandez Dala. Avec le Service du renseignement national, la Direction générale militaire du contre-espionnage est responsable, selon les Américains, de brutales exactions et tortures comme "des asphyxies, des chocs électriques, des menaces de mort".

Figure également sur la liste, Rafael Enrique Bastardo Mendoza, le commandant de la Force des actions spéciales, qui dépend de la police nationale, une unité connue comme étant "la brigade d'extermination" de M. Maduro, dit le Trésor, et "qui mène masquée des raids de nuit à travers Caracas".

Enfin, le président du groupe pétrolier national PDVSA, Manuel Salvador Quevedo Fernandez est également sanctionné alors que la compagnie (déjà sur la liste noire) finance le gouvernement et est accusée d'être "un véhicule de corruption". "Le Trésor continue de viser les responsables qui aident le régime illégitime de Maduro à réprimer le peuple vénézuélien", écrit encore l'administration américaine. Les sanctions financières gèlent les éventuels avoirs détenus directement ou indirectement par ces individus aux Etats-Unis et interdisent à tout ressortissant ou compagnie américaine à faire des affaires avec eux.

Ajouter un commentaire