Vif débat autour des éoliennes à l'Assemblée nationale, la proposition de loi LR rejetée

  • AFP
  • parue le

"Massacre des paysages" contre "chance pour les territoires" : un vif débat a opposé jeudi à l'Assemblée nationale députés de droite critiques des éoliennes et partisans dans la majorité et à gauche de cette source d'énergie renouvelable.

Une proposition de loi du député Julien Aubert demandant de "raisonner le développement éolien", examinée dans le cadre d'une journée réservée à des textes du groupe LR, a été retoquée article après article par voie d'amendements de suppression de la majorité. Par ce texte M. Aubert entendait dire "stop à la prolifération anarchique" des éoliennes, car "si à l'origine le développement de cette énergie pouvait susciter l'enthousiasme, il provoque aujourd'hui une très large opposition".

Le texte demandait notamment un allongement de la distance d'éloignement des éoliennes par rapport aux habitations, et entendait donner aux communes un droit de veto sur la construction et l'exploitation de ces équipements sur leur territoire. Agnès Thill (UDI) a dénoncé les "champs d'éoliennes qui ravagent des paysages" et "nuisent à l'attractivité" de certains territoires. Jean-Marie Sermier (LR) a assuré que "le vent tourne" en défaveur des éoliennes.

En face Erwan Balanant (MoDem) a dénoncé les "mensonges" sur les éoliennes en mer, assurant "qu'elles seront très rarement visibles depuis" le rivage. Fabien Lainé, MoDem également, a fustigé un texte "idéologique", basé sur des arguments anti-éoliennes "irrationnels"

"Dans la mesure où nous avons besoin de faire plus d'électricité, nous avons besoin de plus de renouvelable", a plaidé la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, en s'engageant pour que ces éoliennes "soient une chance pour les territoires", notamment en matière d'emploi.

« Carottes et pommes de terre »

"Un tiers des projets ont été refusés, on ne fait pas n'importe quoi", a-t-elle souligné, en accusant la droite d'avancer des chiffres "qui mélangent carottes et pommes de terre".

Les élus de droite ont notamment fait valoir la multiplication des associations et initiatives locales hostiles aux éoliennes, en raison notamment des nuisances : bruit, atteinte au paysage, proximité d'habitations, de sites naturels ou historiques...

Ce débat a coïncidé avec la publication d'un sondage Harris Interactive commandé par l'Agence pour la transition écologique (Ademe) et le ministère de la Transition écologique, montrant que 73% des Français ont une image favorable de l'énergie éolienne, une adhésion encore plus marquée chez ceux vivant à moins de 10 km d'un parc éolien.

Le syndicat des énergies renouvelables de son côté a appelé jeudi à "un débat responsable" sur l'avenir énergétique de la France à l'occasion de la campagne présidentielle, dénonçant des "contre-vérités" portées par des candidats de droite sur les éoliennes.

Commentaires

Rochain

La droite se disqualifie dans sa position qui n'est que contraire à celle de la gauche sans se préoccuper de l'intérêt ou pas de l'éolien, de plus avec des arguments ridicules et des fake news de la pire espèce.
Serge Rochain

Denis Margot

Oui, c’est vrai ça, c’est pas comme ceux qui disent que les É vont faire baisser les GES, vont créer des emplois, vont participer à la réindustrialisation de la France, vont foisonner, vont faire disparaître les lignes à haute tension, vont rééquilibrer la balance commerciale, vont débétonner le paysage, vont réduire la pression sur les ressources terrestres, vont magnifier les paysages, vont faire baisser les prix de l'électricité… Tout ça, c’est du solide, du réel, et de la meilleure espèce, en plus.

Thomas

Quel commentaire rempli de mauvaise foi. l faudra songer à sortir de la propagande anti éolienne un jour. ?

Rochain

Il y a longtemps que je suis sorti de la propagande anti éolienne !
Quant à la mauvaise fois il est extraordinaire que tous les leaders de LR. don't aucun n'est économiste enrgeticien se trouve par hasard opposés aux éoliennes alors qu'ailleurs dans n'importe quel groupe professionnel club de ceci ou cela les avis sont toujours partagés.
Mauvaise foi ou objectivité ?

Denis Margot

À 120 G€, pour 6 à 7% de l'électricité (et aucune amélioration des GES), ça fait tout de même cher de la mauvaise foi.

Serge Rochain

C'est cher de l'ignorance de confondre 6 à 7% de production de l'électricité renouvelable avec la réalité à 12;4% en 2020 sans compter que cette production pionnière et aidée a permit d'atteindre des prix actualisés plus de trois fois inférieurs à celui du nouveau nucléaire que vous et les vôtres préconisez pour l'avenir. Vous voudrez bien me réfuter cette démonstration et ensuite nous reparlerons de ma mauvaise foi :
Les données du problème :
Nucléaire :
Cout EPR : 19,1 G€
https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-le-cout-de-l-epr-…
Délai de réalisation 2007 à 2022 : 15 ans
Puissance de production théorique 1,65 GW Facteur de charge 75% (mais même à 100% sans maintenance ni rechargement d’uranium ni incidents…. Ça ne fera pas le poids. Noter que le facteur de charge du parc existant n’a été en 2020 que de 60,7%)
Puissance réelle : 1,23 GW
Production annuelle : 10,8 TWh

Parc éolien :
Coût d’une éolienne de 2 MW : 2,6 M€
(https://www.pole-medee.com/2014/08/combien-coute-une-eolienne/)
On peut donc construire 7346 éoliennes avec ce que coûte (a déjà couté sans produire) l’EPR de Flamanville.
Facteur de charge moyen France de l’éolien : 26, 35 %
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne_en_France
Puissance théorique 14,7 GW, puissance réelle 3,9 GW
Production annuelle : 34 TWh soit 3 fois plus que le nucléaire de l’EPR
Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

Ce calcul est confirmé par une autre méthode basée sur la production effective du parc actuel aboutissant aux mêmes conclusions.
En 2020 la production électrique de la France a été de 500,1 TWh dont 7,9% d’éolien, soit une production de 39,5 TWh avec 8000 éoliennes. Une simple règle de trois nous montre qu’avec 7346 éoliennes dont le coût total correspond à celui de l’EPR, la production aurait été de 36 TWh soit 2 TWh de différence
Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

Le coût du MWh solaire ayant rejoint celui de l’éolien depuis 2018 le résultat est le même pour le solaire

jean-jacques Attia

Bonjour Monsieur Rochain,
vous devriez vraiment lire le Rapport et l'Avis de l'Académie des sciences dont vous contestez la validité. Cela ne pourrait qu'ouvrir votre horizon.
Vous faites de laborieux calculs pour arriver au résultat qui figure en toutes lettres dans les sources sur lesquelles vous appuyez vos "démonstrations" :

- "le coût de production de référence est évalué, selon les hypothèses économiques retenues (durée de vie du parc, taux d’actualisation) entre 84,1 €/MWh et 92,3 €/MWh pour un parc installé en 2013" ; ça c'est pour un parc éolien selon Médée, votre deuxième source.

- "Le coût de l’électricité produite par l’EPR de Flamanville pourrait donc se situer entre 110 et 120 euros le MWh, contre 36 euros le MWh sur le parc nucléaire actuel." ; ça c'est d'après La presse de la Manche, votre première source.

Il me reste à vous dire bravo, vous occupez l'espace pour dire ce que tout le monde sait déjà. Sans l'ombre d'une analyse.

Serge Rochain

Vous êtes pire que Cochelin,
1) je ne peux pas lire un rapport de l'académie des sciences qui n'existe pas !
2) Quant à ouvrir des horizons, il faudrait d'abord songer à enlever vos œillères pour voir qu'il existe effectivement un horizon bien au-delà du bout de votre nez.
Je ne fais aucun calcul laborieux tant cette discipline m'est familière
3) Mes sources ne se trouvent pas dans les articles et sites d'opinions mais dans les bases de données des organismes officiels
4) Vous occupez l'espace pour encore une fois n'apporter aucune information autre que de me calomnier de votre petit esprit étriqué. Afin de l'occuper plus intelligemment je vous invite à réfuter les résultats de ce petit exercice de CM2, si tant est que vous ayez atteint ce niveau :
Les données du problème :
Nucléaire :
Cout EPR : 19,1 G€
https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-le-cout-de-l-epr-…
Délai de réalisation 2007 à 2022 : 15 ans
Puissance de production théorique 1,65 GW Facteur de charge 75% (mais même à 100% sans maintenance ni rechargement d’uranium ni incidents…. Ça ne fera pas le poids. Noter que le facteur de charge du parc existant n’a été en 2020 que de 60,7%)
Puissance réelle : 1,23 GW
Production annuelle : 10,8 TWh

Parc éolien :
Coût d’une éolienne de 2 MW : 2,6 M€
(https://www.pole-medee.com/2014/08/combien-coute-une-eolienne/)
On peut donc construire 7346 éoliennes avec ce que coûte (a déjà couté sans produire) l’EPR de Flamanville.
Facteur de charge moyen France de l’éolien : 26, 35 %
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_%C3%A9olienne_en_France
Puissance théorique 14,7 GW, puissance réelle 3,9 GW
Production annuelle : 34 TWh soit 3 fois plus que le nucléaire de l’EPR
Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

Ce calcul est confirmé par une autre méthode basée sur la production effective du parc actuel aboutissant aux mêmes conclusions.
En 2020 la production électrique de la France a été de 500,1 TWh dont 7,9% d’éolien, soit une production de 39,5 TWh avec 8000 éoliennes. Une simple règle de trois nous montre qu’avec 7346 éoliennes dont le coût total correspond à celui de l’EPR, la production aurait été de 36 TWh soit 2 TWh de différence
Ajoutez à cela que le parc peut produire au bout de 2 ans seulement, car moins de deux ans suffisent pour construire une éolienne et la raccorder. Aujourd’hui l’étape la plus longue de la construction d’une éolienne est représentée par les délais imposés par les recours juridiques systématiques.

Le coût du MWh solaire ayant rejoint celui de l’éolien depuis 2018 le résultat est le même pour le solaire

jean-jacques Attia

Monsieur Rochain,
devant votre difficulté manifeste à trouver le Rapport de l'Académie des sciences de juin 2021, malgré mes précédentes indications, je vais vous aider.
Il vous faut consulter le site officiel de l'Académie des sciences, à l'adresse :
https://www.academie-sciences.fr/fr/Rapports-ouvrages-avis-et-recommand…
Ce que vous avez peut-être déjà fait.
Mais attention, une fois sur cette page, il vous faut cliquer sur : ----> LIRE LA SUITE DU RAPPORT DE L'ACADÉMIE DES SCIENCES
pour que, si votre navigateur fonctionne correctement, vous trouviez, sous l'onglet "téléchargements", le rapport sous forme de fichier pdf.

Il suffit alors d'ouvrir ce fichier, et je vous assure que vous aurez les réponses aux questions qui semblent vous tarauder.
Le rapport parle du nucléaire mais aussi des ENRi, vous serez comblé, mieux qu'avec La Presse de la Manche, source de votre inspiration (publication parfaitement honorable au demeurant).
Et mieux qu'avec vos calculs qui, de niveau CM2 comme vous le dites, ne peuvent pas produire plus que les données, très limitées, que vous utilisez.
Si jamais vous êtes curieux, vous pourrez consulter, à partir de la même page, l'Avis de l'Académie de juillet 2021, en procédant de la même façon, ce qui complètera votre information.
Il me reste à vous souhaiter une bonne lecture.

Denis Margot

Même à 12,4 %, ça reste un gouffre qui ne résout en rien la décarbonation. Quant à votre « démonstration », j'ai déjà eu l'occasion de vous indiquer en quoi elle était fausse (https://www.connaissancedesenergies.org/comment/14266#comment-14266), elle repose sur des hypothèses extrêmes qui ne rejoignent aucune observation terrain (les pays recourant massivement aux ENRi présentent statistiquement une électricité plus chère que les autres). Pour résumer : vous ne tenez pas compte de la durée de vie des équipements (EPR = 3 fois É); vos hypothèses de coûts sont biaisées (le plus cher possible pour EPR, et le moins pour É); vous ne tenez pas compte du coût du foisonnement ni du backup thermique lorsque Éole est en vacances (et fort heureusement pour vous, le sujet des GES ne fait pas partie de ce post, mais on pourrait le rajouter si vous y tenez). Et bien sûr, vous ignorez le montant des subventions.

Serge Rochain

Ca ne change peut-être rien quand on passe du simple au double, mais ca démontre que vous faites bien partie de ces nucléophiles qui racontent n'importe quoi sans jamais se donner la peine de vérifier les chiffres qu'ils claironnent mais ne sortent de nulle part.
Quant à réfuter le calcul que je vous incite à contredire, vous capituler en rase campagne en renvoyant sur un site dont le sujet n'a rien à voir. Vous êtes bien un ignorant qui se pavane en continuant à sortir des âneries selon lesquels votre EPR durerait trois fois plus de temps que les éoliennes... RIDICULE ! La plus vieille éolienne produisant de l'électricité vient de fêter ses 46 ans d'activité au Danemark et près de chez moi à Port la Nouvelle le plus ancien parc connecté au réseau en 1991 a été démonter à la fin du bail de location du terrain de ......30 ans ! Voyons si un EPR durera 138 ans ou même seulement 90 ans.
Donc vous vous appuyer sur des croyance qui ne sont que des colportages de perroquet et totalement invraisemblables. Mais c'est vrai qu'avec votre niveau de connaissances vous pouvez difficilement prétendre à prouver quoi que ce soit de façon rationnelle .
Pauvre type !

Jouan Antoine

Ce qui fait la force d'un pays et ce qui permet son développement, c'est la possibilité de disposer d'une énergie abondante et peu chère; à ce jour, et même sil faut, pour en arriver là, forcer l'EUROPE à la raison, La France dispose, sans éoliennes des centrales nucléaires qui répondent à ces critères. Et qui permettraient d'alléger la facture d'électricité des Français.

Thomas

@ Jouan Antoine:
Bonjour, Vous pensez sincèrement que les constructions de nouvelles centrales nucleaires associées aux démantèlements des anciennes va permettre de maintenir un coût peu élevé de l'électricité. Si oui, mettez svp des chiffres en face de vos affirmations.

Serge Rochain

A moins que ce ne soit l'Europe qui vous mette à la raison ?
Car votre argumentation ne repose que sur vos convictions ..... et si elles étaient fausses ?
Par exemple si l'Energie nucléaire n'était pas si abondante que cela ? Et si elle n'était pas si bon marché que cela ? Cela vous parait inutile de vérifier avant d'affirmer ? Il me semble que ce n'est pas ainsi que l'on a du vous enseigner la démarche rationnelle à l'NSIGC (ENSIACET) car vous sortez de cette école il me semble même si cela remonte au début des années 60..... 63 si je ne me trompe pas ?
Certes on vous a dit que nous avions l'électricité" la moins cher d'Europe grâce au nucléaire, mais si ça n'était pas vrai ? Ce n'est vrai ni pour la fourniture ce qui signifie que le nucléaire n'est pas la façon la plus économique de faire de l'électricité. Ce n'est pas plus vrai pour l'électricité rendue au compteur, et pas non plus vrai pour le TTC sur la facture.
En fait dans les trois façons de comparez les prix entre pays d'Europe nous sommes dans la moitié des pays les plus chers. Mais plutôt que d'essayer de vous convaincre sur ma bonne foi je préfère vous le prouver et c'est même très simple. La Commission européenne publie des rapport sur à peu près tout se qui se passe en Europe avec comparatifs entre pays et je vous invite à examiner la figure trois de la page 9 du rapport que vous trouverez ici :
https://www.connaissancedesenergies.org/sites/default/files/pdf-pt-vue/…
Maintenant s'agissant d'abondance êtes vous bien sur que l'énergie que nous pouvons tirer de la fission de l'uranium, la seule filière que nous maitrisons de façon acceptable, est abondante ? Et bien c'est plutôt non, si l'on compare aux autres matières que nous extrayons du sol de la planète, alors que les géophysiciens estime par exemple que la ressource charbonnière est limités au rythme de la consommation actuelle à 135 ans et en cela la plus abondante, la ressource en uranium serait limitée à une cinquantaine d'année seulement, c'est à dire que nous ne somme pas sur d'arriver au seul amortissement comptable des EPR dont nous lancerions la construction aujourd'hui. Sachant qu'il faut déjà 15 ans pour les construire. Par ailleurs, il vous suffit de consulter les sites de géologues ou géophysiciens pour découvrir que l'uranium est la plus rare des matières de la croute terrestre. La plus rare parce que la plus lourde..... j'imagine que vous savez comment la nature à créé les différents atomes plus ou moins stables qui constitue toutes matières ? Par fusion successives d'atomes moins lourds dans des conditions de plus en plus exigeantes au fur et à mesure que ces atomes devenaient plus lourds et accroissaient la répulsion coulombienne.... l'uranium étant l'atome le plus lourd il est logique de le retrouver être le plus rare. De plus qu'en faisons nous ...... de la chaleur. Il n'est donc pas recyclable. Encore une fois, plutôt que vous convaincre par mon seul verbiage, je vous invite à consulter un site qui n'est pas d'opinion mais de spécialité :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Abondance_des_%C3%A9l%C3%A9ments_dans_la_…
Bien cordialement

Denis Margot

Comprend pas pourquoi Rochain ressort systématiquement ce lien Wikipedia qui établit que l'U se trouve en 49e position sur 88 et n'est certainement pas en dernière position comme il l'affirme.

Serge Rochain

Quand on ne comprend pas ce que l’on cherche on se prend les pieds dans le tapis en cherchant dans les analyses dites d’abondance crustale qui concerne les analyses souvent partielles des couches superficielles de la croute terrestre. Dans ce cas il faut référer à l’abstract de la thèse de l’auteur qui fixe les conditions d’analyse et dont la référence est donnée par un renvoi (chiffre en exposant en tête de colonne) en bas de page.
Pour avoir la mesure de l’abondance terrestre on réfère à la « proportion relative » dont le site indique 0 pour l’uranium, ceux n’ayant aucun chiffre n’ont pas été étudiés dans cette publication de Barbalace, le chimiste américain qui est le pape du classement des éléments périodiques. Je ne vous avais communiqué ce site que parce qu’il contenait déjà ce que je voulais que vous compreniez facilement, et au premier coup d’œil que l’uranium est le corps le plus rare, car je sais que vous n’êtes pas des spécialistes de la matière, c’est le premier tableau (en haut à droite représentant de façon synthétique les éléments dans le système solaire) que vous pouvez magnifier en cliquant dessus. C’est le graphe qui montre que plus l’atome est lourd plus il est rare en moyenne. Au bout à droite (X) vous avez le plus lourd et il est aussi le plus bas (Y), donc le plus rare. C'était simple a comprendre et voila pour quoi je vous donne ce site.
Mais si vous voulez approfondir, choisissez la colonne proportions relatives, (et non les diverses analyses crustales qui sont des analyses de terrains), classer par abondance décroissante et vous y retrouverez bien l’uranium en fin de liste (cliquer sur la tête de liste pour l’ordonner en choisissant tri initial) :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Abondance_des_%C3%A9l%C3%A9ments_dans_la_…

Denis Margot

Merci pour votre explication, il n'y a donc pas d'U sur Terre, et vous avez alors raison, on ne devrait pas construire de centrales nucléaires, puisqu'il n'existe pas de combustible à mettre dedans. D'ailleurs les centrales nucléaires ne produisent aucun TWh, tout ceci n'est qu'un enfumage des nucléocrates.

Serge Rochain

Vous choisissez de rester ignorant en la faisant méprisable plutôt qu'en profiter pour apprendre quelque chose..... vous êtes vraiment un con, non ....... un CON

Denis Margot

Ça y est, Rochain reprend ses bonnes vieilles habitudes, l’insulte et l’invective. Brassens utilisait le terme avec beaucoup plus de finesse et d’élégance, mais Rochain est visiblement dénué de poésie et d’humour.

Denis Margot

Vous devriez essayer les caractères gras, ou l’italique, et malheureusement vous ne pouvez pas grossir la taille du texte ici, dommage pour vous. Mais puisque Rochain-je-sais-tout-mieux-que-les-autres est dans le secret des Dieux, il va nous le dire ce fameux taux d’U dans la croûte terrestre. Rochain-le-découvreur affirme « la « proportion relative » dont le site indique 0 pour l’uranium » ce qui veut dire, si on suit sa logique très particulière, qu’il y a 0% d’U sur Terre. Alors il va nous le dire enfin, le Rochain-puits-insondable-de-connaissance, quel est le taux d’U dans la Terre, qu’on sache enfin si ça vaut le coup de continuer à creuser, et merci d’être bref, je ne lirai pas une thèse pour connaître ce taux qui est affiché à peu près partout à 2,7 g/t, soit environ la 49e position, bien loin de la dernière place.

Serge Rochain

Quand on est inculte à ce point on ne peut évidemment pas comprendre que quand on lit zéro sur un nombre exprimé avec 4 décimales c'est que le taux est inférieur à 0,0001. Pour comprendre ça il faut avoir dépassé la maternelle. Et comme j'ai pris aussi le soin de vous expliquer les classement différents dans les analyses crustale de terrains, celles que l'on fait lors de la recherche de veines, votre insistance me convainc que vous ne savez pas lire non plus.
Vous tenez absolument à afficher votre nullité ?

Jean-Luc Wilain

L'avenir ce sont les éoliennes aéroportées, comme par exemple la plus avancée (et de loin) de Skysails Power GmbH. 3 fois plus de production à puissance égale. bilan carbone divisé par 20/30 et surtout un facteur de charge 3 fois supérieur qui diminue le recours au stockage. Gardons notre argent pour des investissements intelligents. Les éoliennes actuelles ne sont pas aptes à relever les défis de la transition énergétique et présentent de réels inconvénients à terre. En mer c'est autre choses. C'est là que devraient éventuellement se faire des investissements (moins de nuisance, meilleure production).

Henri-Jean CAUPIN

Ces échanges EOLIENS sont très intéressants, il faut quand même en simplifier les données pour alimenter utilement les neurones des lecteurs motivés

SUGGESTIONS DE PRISE EN COMPTE :
* 1) Les sources d'énergies exposées aux intempéries sont forcément plus menacées par la météo, laquelle est évolutive avec les orages et changement de climat. Est-ce si intelligent de placer des "organes essentiels" au grand air, si facilement détruits par la nature en révolte ou par malveillances ? Les inconvénients d'une démarche globale n'apparaissent que lorsque les mises en place sont terminées. A petites échelles initiales, les vrais inconvénients sont masqués

*2) Les vrais couts des intermittences - du vent et du soleil - sont escamotés, avec les centrales GAZ pour les périodes de non production décalées face aux demandes. Remarquons que la pose des nouveaux compteurs "imposés" par millions permet de couper le courant à distance pour éviter le BLACK OUT sans avoir à délester des sites industriels majeurs par plus de 1000 KW. Les pouvoirs en place peuvent couper sélectivement le courant de 200 maisons à 5 kw sans préavis. De plus, les lignes électriques doivent être dimensionnées pour les puissances de pointe, 1 à 5 MW, alors que ces lignes sont utiles 10 % - 20 % du temps Les surcouts ne sont jamais cités par les passionnés d'Eoliennes & Voltaïques, entités et personnages dont les motivations sont difficiles à cerner & identifier

* 3) La Nature au sens large " vaisseau spatial TERRE" nous montre l'impact des masses vertes qui nous entourent par 500 Milliards de T sur Terre. L'énergie solaire de 4500 EJ ( * 278 = 1 251 000 TWH ) , avec les 0.04 % de CO2 de l'air et de l'eau, cela fabrique 70 Milliards de T/an de biomasses par tous les temps. Les 5 Mds de T de pétrole donnent et contiennent autant d'énergie-chaleur stockée (PCI ) que 10 Milliards de T de BIOMASSES.. Pour le moment, 5 Milliards de T sont brulées en chaleur au lieu d'être transformées en produits que l'on peut stocker sous forme de gaz et de liquides. Les chaudières à bois sont utilisées à 32 % en France du fait des aléas de besoin de chaleur, on ne chauffe pas - ou moins ?- en ETE qu'en HIVER

* 4) La quasi totalité des masses végétales non alimentaires sont négligées du fait de procédés de transformation qui ne respectent pas les lois de la physique et de la chimie. Au début des années 1900 , le pétrole n'était utilisé que pour les goudrons , colle commode pour les cailloux des routes ( cf l'Ecossais Mac Adam ) . Avec le temps, les besoins de fluides énergétiques pour les moteurs, de Mr Diesel aux essences et gaz ont fait que les pétroliers se sont mis à récupérer les molécules perdues dans la production de goudrons. Ainsi, il y avait à la fois les routes en Macadam sans cailloux décollés et les voitures à essence ou à diesel
par dessus.

* 5) Au final !!! la transposition des efforts intelligents appliqués aux GAz et Pétroles, cela peut et doit se faire sur les BIOMASSES aux potentiels ignorés. Ces Milliards de T de solides non comestibles contiennent tout ce qui convient pour les besoins d'énergie. C'est aussi une énergie qui vient du vent ! et du soleil, mais avec le résultat de millions de siècles d'évolutions naturelles. S'opposer à des fanatiques ne sert à rien. Il faut faire dériver les regards sur des solutions meilleures. Ajoutons que les régions les plus agréables, tels les environs de GORDES ou les îles bien ventilées ne sont en rien souillées par les Eoliennes. Il est intéressant de spécifier à qui les questions de sondeurs ont été posées, en typologies de société et de niveaux culturels. Et voir aussi d'autres "détails" clefs

daphné

Je suis tout à fait d'accord avec M. Wilain. J'ajouterais que le transport des éléments lourds serait facilité par des dirigeables gros porteurs économes en carburants et silencieux.. Mais on dirait encore qu'ils sont laids et polluent la vision du ciel!

Rochain

Beaucoup trop de mots hypocrites avec les réponses qui suivent les question pour simplement nous dire que les renouvelables c'est plein de défauts cachés que vous avez débusqué alors que le nucléaire est parfait comme il est.
Merci des comme vous on en a plein les forums.

Albatros

Il fait peur, Rochain, ce génie méconnu.
Quel mépris, quelle impolitesse, quelle suffisance.

Schricke

Génie, peut-être ? Méprisant et impoli, cela va de soi. J'ajouterais condescendant.
Mais il faut bien reconnaître que c'est un de ceux qui font le plus avancer le débat en argumentant finement et en sourçant ses interventions. D'ailleurs, bien souvent, il laisse ses interlocuteurs embarrassés voire désemparés.

Albatros

Je dois également concéder que j'apprends des choses sur l'éolien en lisant la partie de ses messages hors invectives et/ou insultes.
Mais j'aime les débats vivants et j'apprécie.
Sincères salutations.

DUFFNER

J'aurai préféré que ce sondage s'adresse à des personnes vivants à moins de 1Km d'un parc éolien. Le résultat aurait été totalement différent.
Un sondage n'est fait que pour donner des chiffres que l'on veut obtenir. Madame POMPILI l'a commandé, elle a obtenu les chiffres voulus.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture