Washington applaudit l'accord vénézuélien et autorise Chevron à y reprendre en partie ses activités

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement américain a applaudi samedi l'accord signé entre le gouvernement et l'opposition vénézuélienne, y voyant "une étape importante dans la bonne direction", et autorisé dans la foulée le géant pétrolier Chevron à reprendre partiellement ses activités d'extraction dans le pays.

Les représentants de Caracas et l'opposition politique vénézuélienne avaient repris les discussions jeudi à Mexico. Ils sont parvenus samedi à un accord d'étape "en matière de protection sociale" qui permettra notamment de libérer les ressources vénézuéliennes bloquées à l'étranger afin de financer des projets sociaux.

Dans un communiqué commun, les Etats-Unis, l'Union européenne, le Royaume-Uni et le Canada ont "salué la décision de reprise du dialogue" entre les deux parties, les appelant à "faire preuve de bonne volonté en vue d'un accord global conduisant à des élections libres et régulières en 2024, la réhabilitation des institutions démocratiques et la fin de la crise humanitaire au Venezuela".

Le bloc européen et les trois pays anglo-saxons ont ajouté qu'ils continueront "à travailler avec (leurs) partenaires internationaux pour répondre aux besoins urgents des Vénézuéliens dans et hors de leur pays" et assuré de leur "volonté de revoir le train de sanctions en cas de progrès substantiels de la part du régime" de Caracas.

A la suite de cette annonce, le département du Trésor a autorisé Chevron à relancer en partie les activités de sa co-entreprise détenue dans le pays, en partenariat avec l'entreprise publique Petroleos de Venezuela (PdVSA), tout en s'assurant que "PdVSA ne reçoive aucun revenu des ventes de pétrole réalisées par Chevron", qui ne peut relancer d'autres activités avec PdVSA.

Cette décision "reflète la politique de long terme des Etats-Unis visant à une levée des sanctions conditionnée à des avancées concrètes quant à l'allègement des souffrances du peuple vénézuélien et pour soutenir le retour de la démocratie" dans le pays, selon le communiqué du département du Trésor.

Un haut responsable de l'administration américaine a en revanche précisé que l'ensemble des autres sanctions "restent en place et les Etats-Unis continuent de les appliquer vigoureusement et de rendre comptable toute personne qui violerait la loi américaine, serait engagée dans la corruption ou le non-respect de l'Etat de droit au Venezuela".

Par ailleurs, les personnes et entreprises américaines sont désormais autorisées à fournir certains types de biens et services au Venezuela, et les personnes étrangères qui participeraient à ces transactions ne feront pas l'objet de sanctions américaines.

Farouche opposant d'un relâchement de la pression contre le gouvernement vénézuélien, le très influent Bob Menendez, à la tête de la commission des affaires étrangères du Sénat américain, a estimé que l'accord signé est "un pas urgent et nécessaire pour faire face à la misère et aux souffrances du peuple vénézuélien", tout en ne se faisant "aucune illusion sur la soudaine volonté (du président vénézuélien) Nicolas Maduro d'agir dans le meilleur intérêt de son peuple".

Le pays est confronté à des sanctions américano-européennes, dont un embargo pétrolier de Washington, afin de pousser le président Maduro au départ, aggravant du même coup la crise économique qui touche le Venezuela sans que soient obtenus les résultats escomptés sur le plan politique.

Les discussions ont repris depuis mai, avec un assouplissement de certaines sanctions américaines, conséquence de l'invasion de l'Ukraine par la Russie et de ses effets sur les prix du pétrole, qui ont conduit les Etats-Unis à réétudier leur position vis-à-vis de Caracas.

Le gouvernement américain a admis publiquement que les hydrocarbures vénézuéliens pouvaient être utiles sur le marché international.

els-cjc/mba

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.