La Commission européenne face aux prix et coûts de l’énergie

parue le
Union européenne

La Commission européenne appelle à renforcer l’intégration des marchés européens de l’énergie, afin de limiter les fortes variations de prix tout en renforçant la sécurité énergétique des différents États membres (notamment pour l’électricité). (©Pixabay)

La Commission européenne a publié le 9 janvier son 3e rapport bisannuel(1) sur les prix et coûts de l’énergie au sein de l’Union européenne (UE). Nous vous en restituons ici quelques chiffres clés.

Énergies fossiles : 266 milliards d’euros d’importations pour l’UE en 2017

La « facture énergétique » de l’Union européenne liée aux importations d’énergies fossiles s’est élevée à 266 milliards d’euros en 2017 d’après les dernières données de la Commission européenne. Ce montant a augmenté de 26% par rapport à 2016, mais reste bien inférieur au pic atteint en 2013 (400 milliards d’euros).

Ces variations sont principalement liées à celles des cours du pétrole (54,25 $/baril de Brent en 2017 contre 108,6 $/baril en 2013), la facture pétrolière comptant à elle seule pour 68% de cette facture énergétique de l’UE en 2017. Les prix des combustibles fossiles dépendent « de facteurs que nous ne pouvons pas maîtriser » (décisions de l'OPEP+, variations de la production américaine, etc.), insiste la Commission européenne.

Rappelons que le cours moyen du baril de Brent a dépassé 81 $ en octobre 2018 (en partie sous l’effet des craintes associées aux sanctions américaines contre les exportations iraniennes) avant de chuter de près de 30% en fin d’année, à 57,4 $ en moyenne en décembre 2018(2).

Pour la Commission européenne, ces différentes données soulignent « la dépendance énergétique » de l'UE (en particulier pour le pétrole brut et les liquides de gaz naturel, dont 87,4% de la consommation européenne est satisfaite grâce aux importations(3)) qu’il convient de réduire, pour moins subir la volatilité des cours pétroliers mais aussi les fluctuations du taux de change dollar/euro.

Prix du baril de pétrole
La remontée du cours du baril de Brent (jusqu’en octobre 2018) a provoqué en France une hausse significative des prix des carburants, qui a contribué à l’émergence du mouvement des « gilets jaunes ». (©Connaissance des Énergies).

280 milliards d’euros de taxes liées à l’énergie en 2016

Les taxes liées à l’énergie collectées par les États membres auraient atteint 280 milliards d’euros en 2016 selon la Commission européenne. Les droits d’accise(4), qui proviennent à plus de 80% de la consommation de produits pétroliers constituent « la plus grande partie de ces taxes ».

La Commission européenne rappelle que les fortes taxes s’appliquant par exemple sur la consommation de produits pétroliers ou d'électricité apportent aux gouvernements des ressources censées permettre de mettre en œuvre une « transition énergétique propre », tout en soutenant les ménages à faibles revenus et les entreprises confrontées à la concurrence internationale.

La Commission européenne indique par ailleurs que les ménages « les plus pauvres » des pays européens consacrent plus de 10% de leurs dépenses à « l’énergie, hors transports » (avec de fortes différences entre les États membres), contre 6% pour les ménages aux revenus « moyens »(5). Parallèlement aux mesures d’accompagnement des ménages précaires, le rapport préconise à nouveau de se concentrer sur la réduction des consommations d'énergie en Europe : « si la marge d'influence sur les prix est limitée, des solutions pour réduire la consommation sont facilement disponibles » selon la Commission européenne.

Prix de l'électricité
Les taxes et impôts comptent en moyenne pour 40% des prix de l’électricité dont s’acquittent les ménages dans l’Union européenne. (©Connaissance des Énergies, d’après Eurostat)