Newsletters des énergies

La situation énergétique américaine en chiffres

parue le
États-Unis

Donald Trump souhaite mettre fin aux politiques environnementales mises en place par Barack Obama, à l’image du Clean Power Plan. (©photo) 

L’EIA américaine(1) a publié récemment ses données officielles relatives à la consommation et à la production d’énergie aux États-Unis en 2016. Elle constate entre autres un recul du charbon dans le mix électrique américain. État des lieux.

Énergies fossiles : 81% de la consommation américaine d’énergie

La consommation d’énergie primaire des États-Unis a été quasiment stable en 2016(2) (+ 0,1% par rapport à 2015). Les énergies fossiles ont encore compté l’an dernier pour près de 81% de cette consommation (contre 86% en 2005). Le pays a consommé davantage de produits pétroliers dans les transports en 2016, de gaz pour la production d’électricité et dans le secteur industriel mais significativement moins de charbon (- 9%) pour la troisième année consécutive.

Consommation d'énergie primaire des États-Unis en 2016
Répartition par source de la consommation d’énergie primaire des États-Unis en 2016 (©Connaissance des Énergies, d’après EIA) 

La production américaine d’énergie primaire équivalait à près de 86% des besoins énergétiques du pays en 2016, le reste étant couvert par des importations (pour la grande majorité de pétrole brut)(3). La facture énergétique des États-Unis a atteint près de 60,6 milliards de dollars en 2016(4).

Évolution de la production, de la consommation et des échanges d'énergie des États-Unis depuis 1949
Évolution de la production, de la consommation et des échanges d'énergie des États-Unis depuis 1949 (©Connaissance des Énergies, d’après EIA) 

Selon une étude prospective publiée début 2017 par l’EIA, la consommation américaine d’énergie pourrait augmenter dans des proportions bien plus limitées que la production dans les décennies à venir. Le scénario de référence de l’EIA envisage une hausse de seulement 5% de la demande entre 2016 et 2040(5).

Dans ces conditions, les États-Unis pourraient intensifier leurs exportations d’énergie (soutenues par la hausse de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels) et accéder au statut d’exportateur net à l’horizon 2026 (le pays est importateur net depuis 1953).

Électricité : un mix décarboné à près de 35,7%

La forte baisse de la consommation de charbon aux États-Unis est liée à l'évolution du mix de production électrique, sa contribution baissant au profit des énergies renouvelables et du gaz naturel. La production électrique éolienne a en particulier augmenté de près de 19% en 2016 (pour atteindre 226,5 TWh). C’est de loin la 2e source d’électricité renouvelable aux États-Unis (5,6% du mix électrique en 2016), juste derrière l’hydroélectricité (6,5% du mix).

Production d'électricité américaine en 2016
Répartition par source de la production d'électricité des États-Unis en 2016 (©Connaissance des Énergies, d’après EIA) 

En 2016, les centrales à gaz américaines ont produit significativement plus d'électricité (33,8% du mix de production) que les centrales au charbon (30,4%) qui constituaient historiquement la base de la production électrique américaine. La production d’électricité du parc nucléaire américain a pour sa part augmenté de près de 1%. Les États-Unis disposent toujours du plus grand parc nucléaire au monde (100 réacteurs), un réacteur ayant été fermé au cours de l’année 2016 (Watts Bar 2) tandis qu’un autre entrait en service (Fort Calhoun). L’énergie nucléaire a compté pour 19,7% de la production électrique américaine en 2016 (contre 72,3% en France qui dispose du 2e plus grand parc nucléaire au monde).

Évolution de la production d'électricité des États-Unis depuis 1949
Évolution de la production d'électricité des États-Unis depuis 1949 (©Connaissance des Énergies, d’après EIA) 

L'EIA envisage une baisse continue de la production électrique des centrales à charbon dans les prochaines décennies. Fin mars, Donald Trump a toutefois signé un décret « sur l’indépendance énergétique », visant le réexamen du Clean Power Plan dont l'objectif était de réduire les émissions américaines de CO2 liées à la production d'électricité et qui pénalisait de fait le charbon.

Sources / Notes
  1. U.S. Energy Information Administration 
  2. En 2016, la consommation américaine d’énergie primaire a atteint 97,4 x 1015 Btu (« British thermal Units », unité d’énergie anglo-saxonne).
  3. Précisons que les États-Unis exportent dans le même temps d’importantes quantités de produits pétroliers.
  4. A titre indicatif, la facture énergétique de la France a avoisiné 35,3 milliards d’euros en 2016.
  5. Allant jusqu’à 11% dans le cas d’un scénario de forte croissance économique.