Les ménages français et la fourniture d'énergie en 2020

parue le
Fourniture d'énergie

Les 18-34 ans ont une meilleure connaissance des marchés de l’énergie que la moyenne des Français selon le médiateur de l'énergie. (©Pixabay)

Le médiateur national de l’énergie a publié le 6 octobre son Baromètre Energie-Info 2020(1) sur « le niveau de connaissance des Français vis-à-vis de l’ouverture du marché de l’énergie ». Ce qu’il faut en retenir.

Un sujet de préoccupation et une meilleure connaissance des marchés de l'énergie

Près de 70% des Français interrogés déclarent désormais se sentir « bien informés sur l’ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie », selon l’enquête réalisée en septembre 2020 pour le médiateur de l’énergie(2). Ce taux est en augmentation régulière chaque année et reflète l’attention croissante portée par la population à sa consommation d’énergie : il s’agit d’un sujet de préoccupation « assez important » ou « très important » pour 79% des ménages.

Connaissances des Français sur les marchés de l'énergie

Pour rappel, l’ouverture à la concurrence s’est matérialisée pour les ménages français par la possibilité de choisir, depuis juillet 2007, entre les tarifs réglementés de vente (TRV) fixés pas les pouvoirs publics et proposés par les seuls fournisseurs « historiques » (principalement EDF pour l’électricité et Engie pour le gaz mais aussi les « ELD » implantées localement) et des offres « de marché », dont le prix est librement fixé par contrat, auprès du fournisseur de leur choix (historique ou « alternatif »). Les Français continuent à voir majoritairement (à 73% en 2020) de façon positive cette ouverture à la concurrence.

Précisons que la loi énergie-climat de novembre 2019 a acté la fin des tarifs réglementés pour le gaz naturel(3) : ceux-ci ne peuvent plus être commercialisés depuis le 8 décembre 2019 et les particuliers encore soumis au TRV doivent opter pour une offre de marché auprès du fournisseur de gaz de leur choix d’ici au 1er juillet 2023(4)

Malgré la progression des connaissances des Français sur les marchés de l’énergie, soulignons qu'il subsiste encore des confusions importantes : moins de la moitié des personnes interrogées savent par exemple que les groupes EDF et Engie sont « des sociétés différentes et concurrentes »(5).

Un poste important du budget des Français

Près de 71% des Français indiquent que les factures d’énergie constituent un poste « assez important » ou « très important » de leur budget. Le médiateur national de l’énergie s’inquiète de la hausse des foyers déclarant « avoir rencontré des difficultés pour payer » certaines de ces factures : 18% en 2020, contre 10% (enquête sur internet) à 13% (enquête par téléphone) en 2019. Plus de la moitié des répondants indiquent avoir restreint le chauffage chez eux au cours de l’hiver dernier pour ne pas avoir des factures « trop élevées » (20% « systématiquement » et 33% « parfois »).

Le médiateur de l’énergie alerte sur le fait que les plus jeunes sont davantage soumis à la précarité énergétique : 29% des 18-34 ans déclarent en 2020 avoir « souffert du froid pendant au moins 24 heures » (contre 14% pour la moyenne de la population) et un cinquième des personnes de cette tranche d’âge déclarent avoir « connu une coupure suite à des difficultés de paiement » (contre 8% en moyenne pour la population).

Deux fois plus de Français qu'en 2015 connaissent les démarches pour changer de fournisseur d'énergie

Près de 89% des Français savent en 2020 qu’il est « possible de changer de fournisseur » d’électricité ou de gaz(6) et 71% des répondants au baromètre Energie-Info déclarent connaître les démarches pour changer de fournisseur, « soit 5/6 points de plus que l’année dernière et deux fois plus qu’en 2015 ». Près de 52% des Français « ont déjà changé, envisagent de changer ou ont envisagé de changer de fournisseurs d’énergie », précise le médiateur de l’énergie(7).

Connaissance des démarches pour changer de fournisseur d'énergie

Rappelons qu'il existe de nombreux comparateurs de fournisseurs d’énergie, le plus fréquenté étant celui de l’UFC Que Choisir(8) (consulté par 28% des personnes ayant utilisé un comparateur en 2020). Ce dernier précise que « contrairement à d’autres comparateurs, il n’est pas rémunéré par les fournisseurs comparés pour leur transmettre des coordonnées de prospects », tout comme celui du médiateur de l’énergie Energie-Info dont la notoriété progresse(9).

Un attrait pour les offres d'électricité « verte » sauf si...

En 2020, 72% des Français se disent prêts à souscrire à une offre d’électricité « verte, c’est-à-dire produite à partir de sources d’énergies renouvelables telles que l’énergie d’origine solaire, hydraulique ou éolienne ». Mais seuls 16% des ménages confirment ce choix lorsque ladite offre d’électricité « verte » est plus chère que d’autres offres.

Le médiateur indique par ailleurs que la quasi-totalité des personnes interrogées connaissent le compteur communicant Linky pour l’électricité (93% des répondants) tandis que le compteur Gazpar pour le gaz reste méconnu (27%). Près des deux tiers des Français déclarent être favorables à l’installation de compteurs communicants(10).

Covid-19 : quel impact ?

Le médiateur de l’énergie note que les ménages « ont été moins nombreux à chercher à s’informer (sur la fourniture d'énergie) dans le contexte de la pandémie : ils étaient 44% en 2019 et ne sont plus que 38% en 2020 ».

Parmi les conséquences du confinement, le médiateur de l’énergie souligne que les Français ont été plus sollicités pour réaliser des travaux d’isolation (44% d’entre eux en 2020 contre 38% en 2019), étant davantage à leur domicile pour répondre à leur téléphone fixe(11). Il est rappelé qu’une loi a été votée en juillet 2020 « pour interdire le démarchage téléphonique pour ce type de prestation »(12).

Le médiateur de l’énergie indique également que « certains fournisseurs d’énergie étaient difficilement joignables par téléphone » pendant le confinement, ce qui expliquerait une baisse de la part de Français considérant que « l’ouverture à la concurrence du marché conduit à une amélioration du service » (28% en 2020 contre 32% en 2019).

Sources / Notes
  1. Baromètre Energie-Info 2020 du médiateur national de l’énergie, octobre 2020.
  2. Enquête réalisée par l’institut d’études .becomingwithmarketaudit du 02 au 16 septembre 2020 auprès d’un échantillon représentatif de 1 998 foyers français interrogés par voie électronique. C'est la première fois que le baromètre Energie-Info est réalisé uniquement par voie électronique (et non via une enquête téléphonique). « Les répondants sur internet sont plus à l’aise, et donc plus sincères sur certains sujets », indique entre autres le médiateur national de l’énergie.
  3. Près de 80% ont déjà entendu parler des tarifs réglementés de vente en 2020. Cette proportion s’élève à 85% chez les utilisateurs de gaz « qui ont reçu un courrier du fournisseur historique (Engie sur 95% du territoire) pour les informer officiellement de la disparition des tarifs réglementés de vente de gaz naturel ».
  4. Et d’ici le 1er décembre 2020 pour les clients professionnels consommant annuellement moins de 30 MWh (les TRV ont déjà été supprimés pour les plus « gros » consommateurs).
  5. En 2019, ils étaient seulement 38% à le savoir selon l'enquête téléphonique et 42% sur internet.
  6. Les jeunes connaissent davantage la possibilité de changer de fournisseur d’électricité (93% chez les 18-34 ans, contre 58% chez les 65 ans et plus).
  7. En 2020, seuls 15% envisagent toutefois de changer de fournisseur. 
  8. Comparateur Gaz & Électricité, UFC Que Choisir. 
  9. Comparateur du médiateur national de l'énergie (consulté par 23% des personnes ayant utilisé un comparateur en 2020, contre 17% en 2019).
  10. Parmi ceux étant hostiles à leur déploiement, les trois principales raisons évoquées sont « l’inutilité de changer un matériel qui fonctionne », « les ondes » associées à ces compteurs et « la protection des données ».
  11. Moins de ménages indiquent en revanche avoir été sollicités pour souscrire à une offre d’énergie (52% en 2020 contre 59% en 2019), le démarchage dépendant moins du téléphone.
  12. Loi n° 2020-901 du 24 juillet 2020 visant à encadrer le démarchage téléphonique et à lutter contre les appels frauduleux.

 

Sur le même sujet