Rénovation des bâtiments : à quoi sert la mention « RGE » ?

Mention RGE

En août 2016, l'Ademe dénombrait 60 000 professionnels qualifiés « RGE » en France métropolitaine. (©photo)

Le plan de rénovation énergétique de l’habitat constitue l’une des priorités actuelles du gouvernement français. Les particuliers sont incités à réaliser des travaux afin d’améliorer la qualité énergétique et environnementale de leurs logements. Or, il est parfois difficile d’identifier les compétences de professionnels qui sont associés à un ensemble de labels et de qualifications peu lisibles. L’Ademe et le ministère en charge de l’énergie ont donc mis en place avec les représentants de la filière une mention commune « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE).

Cette mention peut être attribuée aux entreprises intervenant dans l’installation d’équipements utilisant des énergies renouvelables ou dans des travaux d’efficacité énergétique (dans le neuf ou en rénovation). Elle vise à constituer un gage de qualité pour les maîtres d’ouvrage et les particuliers réalisant des travaux dans des logements et atteste notamment que les entreprises disposent de moyens suffisants pour mener à bien ces travaux(1). Celles-ci obtiennent cette qualification auprès d’un organisme agréé (Qualibat, Qualifelec, Certibat, etc.) en apportant un certain nombre de garanties (suivi de formation, assurances, etc.)(2).

La qualification « RGE » est le seul dispositif reconnu par l’État qui « éco-conditionne » ses aides : ces dernières ne peuvent être attribuées aux personnes effectuant des travaux que si celles-ci font appel à des professionnels « qualifiés RGE ». L’éco-PTZ(3) est par exemple éco-conditionné depuis le 1er juillet 2014 et le crédit d’impôt développement durable(4) depuis le 1er janvier 2015.

Les professionnels « RGE » sont répertoriés sur le site renovation-info-service.gouv.fr.