Au Royaume-Uni, l'eau tiède d'une ancienne mine utilisée pour chauffer des maisons

  • AFP
  • parue le

Perché sur une falaise, l'ancien puits de la mine de Dawdon a été remplacé par deux imposants tuyaux pompant en permanence l'eau tiède qui a depuis envahi les galeries. Elle sera bientôt utilisée pour chauffer 1 500 maisons.

"C'est une source illimitée d'énergie : l'eau s'infiltre en permanence (dans la mine), elle est chauffée sous terre à 20 degrés (par géothermie) et nous pouvons en extraire la chaleur", résume Mark Wilkes, le conseiller chargé du changement climatique dans la région de Durham, dans le nord-est de l'Angleterre.

À côté de l'entrée de la mine où s'engouffraient jadis des milliers d'ouvriers avant qu'elle ne ferme en 1991, une usine de traitement aspire l'équivalent d'une baignoire pleine toutes les deux secondes. Sa fonction première est, depuis 2008, de traiter cette eau très ferreuse et acide pour éviter qu'elle ne souille les plages et les nappes d'eau potable.

Jusqu'ici, cette source de chaleur n'était utilisée que dans l'usine elle-même, mais, d'ici à 2023, un nouveau quartier de quelque 1 500 maisons sera bâti à proximité et sera chauffé grâce à l'eau de la mine, couplée à un système de pompes à chaleur.

"Nous avons un énorme potentiel pour chauffer non seulement ces maisons, mais aussi éventuellement des entreprises dans ce quartier et aux alentours", assure M. Wilkes, qui se félicite de transformer une mine "de l'ère industrielle" en source d'énergie qui s'inscrit "dans le cadre de la révolution verte".

Le Royaume-Uni, très dépendant du gaz naturel pour sa production d'électricité, est frappé de plein fouet par l'envolée des prix de ce combustible en Europe, qui annonce un hiver difficile aux consommateurs.

Si l'énergie de la mine ne sera pas gratuite, l'ambition des autorités locales est d'avoir des prix inférieurs à ceux du gaz. Ce sera de la responsabilité du futur concessionnaire encore à choisir. Il financera en partie l'installation et l'exploitera.

À l'intérieur de l'usine, balayée en cette matinée d'automne par les vents froids de la mer du Nord, règne une douce chaleur. L'eau de la mine, à peine sortie du sol, transfère son énergie au circuit de chauffage du bâtiment. Elle sera ensuite traitée dans une succession de silos et rejetée dans la mer.

20 degrés, été comme hiver

Mais pour atteindre la température nécessaire au chauffage du bâtiment, 55 à 60 degrés, le circuit thermique doit encore passer par une pompe à chaleur, qui fonctionne sur le principe inverse du réfrigérateur, alimentée à l'électricité. Ce système est quatre fois moins gourmand en énergie qu'un système qui serait 100% électrique, explique Charlotte Adams, la responsable du projet à l'Autorité britannique du charbon, qui gère notamment les anciennes mines du Royaume-Uni.

Il bénéficie toute l'année d'une eau à 20 degrés, car dans les profondeurs du sol, la température est constante. Le puits de la mine de Dawdon descend jusqu'à 400 mètres et il est rempli d'eau jusqu'à 100 mètres sous terre. "Ce n'est pas neutre en carbone, mais il y a un bon rendement énergétique", ajoute Mme Adams.

Le Royaume-Uni, qui veut atteindre la neutralité carbone d'ici à 2050, a annoncé cette semaine son intention de complètement se passer des énergies fossiles dans sa production d'électricité d'ici à 2035. Mais, dans l'intervalle, le gouvernement estime que le pétrole et le gaz restent indispensables pour maintenir la sécurité et la stabilité du système électrique britannique.

Le coût du projet à Seaham est de l'ordre de 12 à 15 millions de livres, des montants en partie financés par le gouvernement britannique, le futur concessionnaire et un forfait de connexion qui s'ajoutera au prix de construction des maisons.

Une trentaine d'initiatives similaires existent dans le monde, selon l'autorité du charbon. L'eau d'une ancienne mine contribue par exemple à chauffer un hôpital à Mieres, dans le nord de l'Espagne, un autre système est en service à Heerlen, dans le sud-est des Pays-Bas, des programmes existent au Canada.

Au Royaume-Uni, le projet de Dawdon est le plus avancé à l'échelle d'un quartier et l'autorité du charbon envisage de le répliquer sur plusieurs sites : un quart de la population de ce pays vit en effet à proximité de l'une des 23.000 mines de charbon abandonnées, dont beaucoup sont remplies d'eau.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture