Climat : décollage en vue pour la décarbonation de l'aviation légère

  • AFP
  • parue le

Une "innovation intense", portée par une poignée de néo-constructeurs aéronautiques: l'aviation légère accélère pour relever le défi de sa décarbonation, même s'il reste encore des obstacles à franchir. "En ce moment, l'innovation est intense, surtout avec le décarboné", analyse Bruno Darboux, président du pôle Aerospace Valley, qui évoque une accélération de la filière "jamais vue auparavant".

Au sein de ce pôle de compétitivité, à cheval sur les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, qui concentre la majeure partie des nouveaux acteurs aéronautiques français, voire européens, sept constructeurs développent à ce jour leurs prototypes et font office de "cobayes", scrutés par tout un secteur.

L'aviation était en effet responsable de 5,3% des émissions de CO2 en France en 2019 - soit 24,2 millions de tonnes de CO2, selon l'Agence de la transition énergétique (Ademe). Elle doit réduire de moitié ces chiffres d'ici à 2030. Or le rebond post-Covid du trafic aérien a entraîné une hausse de 25% des émissions des vols intérieurs au premier semestre 2023 par rapport au même semestre de 2022, et une progression de 34% pour les vols internationaux, d'après le Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa).

Vols régionaux et dessertes insulaires

L'aviation légère, qui compte un parc de 260 000 appareils dans le monde et représente moins de 3% des émissions du secteur aérien, s'oriente vers deux marchés: le renouvellement du parc existant bientôt obsolète - "un gâteau énorme qui attire beaucoup de compétiteurs", résume Bruno Dahan, directeur délégué aéronautique pour Aerospace Valley - et le marché de l'aviation régionale, pour de courtes distances.

Jérémy Caussade, président de la société Aura Aero, installée à La Rochelle, a développé dans ce but un avion hybride avec propulsion électrique de 19 places. Un avion "bas carbone" dont la première ligne pourrait être "un Toulouse-Marseille, un Pau-Lyon ou un Clermont-Ferrand-Brest". Il évoque aussi l'intérêt de dessertes quotidiennes dans certains territoires insulaires, "pour des denrées ou des vacations sanitaires par exemple".

L'EcoPulse, un démonstrateur d'avion à propulsion hybride-électrique distribuée, développé par Airbus, Safran et Daher, a effectué son premier vol d'une heure quarante le 29 novembre, depuis Tarbes. "Le marché ne sera pas extensible" et se partagera à terme entre "différents acteurs qui seront sûrement rachetés par les gros groupes", estime Christian Pailhes, de Safran Helicopter Engines.

La propulsion électrique et l'hybridation sont des pistes explorées pour réduire l'empreinte carbone des petits avions, avec pour horizon une mise en service d'ici à la fin de la décennie.

« Opportunité » pour les petits aéroports

Pour décarboner l'aviation légère, la combustion de carburants durables (SAF), produits à partir de biomasse, est également envisagée, mais elle est aussi la principale piste de décarbonation des avions de ligne et intéresse d'autres secteurs, comme le transport maritime.

"La technologie est prête, mais il n'y aura pas assez de SAF pour tout le monde, d'autant qu'il y aura une grande compétition entre toutes les industries. Le problème de l'approvisionnement se posera", prévient Christian Pailhes.

"L'obligation qui a été fixée par l'Union européenne [en avril dernier, NDLR] est d'arriver à utiliser 70% de SAF à l'horizon 2050. L'an dernier, on était à 2%", nuance également Gilles Rosenberg, consultant en décarbonation pour le secteur aéronautique.

Quelle que soit la piste retenue, les infrastructures vont aussi devoir suivre, comme l'explique Jérôme Le Bris, directeur de l'aéroport Pau-Pyrénées. "Je suis convaincu que d'ici 2030, l'électricité transportera l'aviation légère et il faudra être équipé de bornes de recharge", souligne-t-il.

L'aéroport pyrénéen prévoit déjà un appel d'offres en 2024 avec un volet dédié aux bioénergies (SAF) et aux bornes électriques. Une "vraie opportunité" pour les petits aéroports, selon le dirigeant palois, de donner une deuxième vie à des territoires enclavés ou peu desservis.

En Europe, l'unique avion 100% électrique actuellement en vol est le Velis Electro, de l'avionneur slovène Pipistrel.aéro.

Commentaires

Chris

Connaissez-vousEenuee?
C est une entreprise Francaise basée en région Auvergne Rhone Aloes qui est le pionnier dans la révolution de l'aviation électrique.
Eenuee fabrique des avions efficaces, simples et polyvalents.
Ils sont capables de se poser sur des pistes courtes, sur l'herbe et même sur l'eau sans nécessiter de lourdes infrastructures.
La technologie et la forme réduisent non seulement l'empreinte carbone et ouvrent de nouvelles opportunités pour des voyages aériens pratiques et durables.
La mission affichée d’eenuee est de Voler autrement !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture