De la construction à la fermeture : les grandes dates de la centrale de Fessenheim

  • AFP
  • parue le

De la construction à l'arrêt définitif du réacteur n°2, prévu le 30 juin, voici les grandes dates de Fessenheim, doyenne actuelle des centrales nucléaires françaises :

Construction

La centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) dont la construction démarre en 1970, est située le long du Rhin, face à l'Allemagne et non loin de la Suisse. Ses deux réacteurs à eau pressurisée, d'une puissance de 900 mégawatts (MW) chacun, sont mis en service en 1977.

L'Allemagne y détient une participation de 17,5% et la Suisse de 15%, ce qui leur donne droit à une part équivalente de la production.

Incidents et contestations

Dans les années 1990 et 2000, les incidents mineurs se succèdent : vanne mal refermée, défaut du système électrique, microfissures sur le couvercle d'un réacteur, erreur de manipulation d'un chimiste, pollution des eaux, fuite de fuel, contaminations légères d'employés ou d'intervenants.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dénonce en 2007 un "manque de rigueur" d'EDF dans l'exploitation de la centrale. Des associations françaises, allemandes et suisses ainsi que des députés européens écologistes demandent sa fermeture. Une étude suisse estime en 2007 que le risque sismique avait été sous-estimé à la construction.

Après Fukushima, la tension monte en 2011

La contestation s'intensifie en mars 2011 après la catastrophe de Fukushima au Japon. Trois cantons suisses, une région allemande, la région Franche-Comté et la ville de Strasbourg demandent l'arrêt des réacteurs.

Près de 10 000 manifestants antinucléaires se retrouvent devant Fessenheim le 20 mars, une chaîne humaine de 5 km est formée autour du site en juin. Mais l'intersyndicale se mobilise contre la fermeture du site pour préserver les 2 000 emplois directs et indirects. En juillet, l'ASN estime que l'exploitation de la centrale peut être prolongée de 10 ans sous réserve de travaux.

La promesse de Hollande

Le 19 novembre 2011, un accord entre PS et Europe Écologie-Les Verts en prévision de la présidentielle de 2012 prévoit la "fermeture progressive de 24 réacteurs" et "l'arrêt immédiat de Fessenheim".

Après son élection, François Hollande annonce la fermeture de Fessenheim pour fin 2016. Puis, il repousse de facto l'échéance à 2018, liant la fin de la centrale à la mise en service de l'EPR de Flamanville.

Le décret de fermeture

Le 9 avril 2017, le décret autorisant la fermeture de la centrale est publié au Journal Officiel : l'autorisation d'exploitation ne sera abrogée "qu'à compter de la date de mise en service de l'EPR de Flamanville". Des recours sont engagés par des syndicats et collectivités.

EDF prévient fin mai 2018 que la fermeture pourrait être repoussée à l'été 2019 face à la perspective d'un nouveau retard pour Flamanville mais le 4 octobre, le ministre de la Transition écologique François de Rugy suggère que le calendrier de Fessenheim sera indépendant de celui de l'EPR..

Fermeture à « l'été 2020 »

Le 22 octobre 2018, l'ASN annonce que les réacteurs de Fessenheim devront cesser de fonctionner au plus tard en 2020 et 2022, études et travaux nécessaires n'ayant pas été engagés pour qu'ils puissent fonctionner au-delà.

Emmanuel Macron annonce le 27 novembre que "l'arrêt définitif" de Fessenheim se fera "à l'été 2020".

400 millions d'euros

Le 1er février 2019, François de Rugy signe un "projet de territoire", déclaration d'intention pour accompagner la reconversion de la zone autour de la centrale. Une société d'économie mixte franco-allemande pilote plusieurs projets de reconversion du territoire.

Le gouvernement annonce en septembre que l'arrêt du réacteur n°1 de Fessenheim se fera le 22 février et celui du réacteur n°2 le 30 juin. EDF recevra une indemnité d'au moins 400 millions d'euros de l'État pour l'arrêt anticipé.

Débranché

Le 22 février à 02h00 du matin, le réacteur numéro un est débranché, "un moment très fort en émotion dans la salle de commande", commente EDF mais qui provoque les protestations d'élus locaux, de salariés ou de militants pro-nucléaire.

Le 4 mars, la Cour des comptes adresse une mise en garde sur les coûts de fermeture: "la fermeture de la centrale de Fessenheim, caractérisée par un processus de décision chaotique, risque d'être coûteuse pour l'État".

Commentaires

Vincent

Merci pour cette chronologie.
Souhaitons à la centrale de Fessenheim et donc à toutes les personnes gravitantes autour, une bonne fin d'exploitation et un bon démantèlement pour les années qui viennent. Espérons également que cette mauvaise décision serve d'exemple pour éviter les incohérences politiques et autres bassesses de stratégies électorales à l'avenir...
Hélas, au vu de la récente PPE, j'ai bien peur qu'elle ne soit que la première d'une longue série à devoir s'arrêter prématurément (sans aucune injonction de l'ASN)

Rochain

Cette ex elle te décision va mettre le pied à l'étrier des demantelleurs de centrales nucléaires car ils ont un avenir radieux

Rochain

Excellente.....

Ajouter un commentaire