Deux hydroliennes immergées dans le Golfe du Morbihan d'ici fin 2022, enquête publique cet été

  • AFP
  • parue le

Un projet expérimental d'immersion de deux hydroliennes dans le golfe du Morbihan d'ici fin 2022 devrait être soumis à enquête publique cet été, a annoncé lundi la société Morbihan Hydro Energies qui porte le projet depuis deux ans.

Actuellement en phase d'instruction, le projet fera l'objet d'une enquête publique "cet été", indique la société dans un communiqué. "Le lancement opérationnel de l'expérimentation est programmé pour le second semestre 2022", ajoute-t-elle.

La société Morbihan Hydro Energies est détenue à 51% par la PME quimpéroise Sabella, spécialisée dans le développement de l'hydrolien, et à 49% par la Société d'économie mixte (Sem) 56 Energies, dont l'objectif est d'aider les collectivités morbihannaises à faire face aux défis de la transition énergétique. "Il s'agit d'immerger deux turbines de type Sabella dans le courant de la Jument pendant une durée de trois ans", a précisé à l'AFP Christophe Laly, directeur de 56 Energies.

Le courant de la Jument est un fort courant marin situé dans le golfe du Morbihan, entre l'île Berder et l'île de la Jument. "L'intérêt de ce projet est de voir si la technologie est fiable, si on a un impact ou non à cet endroit vis-à-vis de la production, des enjeux environnementaux, naturels et d'activité et de vérifier la qualité de l'électricité produite", a détaillé Christophe Laly.

D'un coût de 8,5 millions d'euros, le projet est soutenu à hauteur de 65% par le Fonds européen de développement régional (FEDER) dans le cadre du projet Interreg Tiger qui promeut les énergies marines renouvelables (EMR).

Les deux hydroliennes de 14 mètres de haut, "un peu différentes" l'une de l'autre, seront immergées à plus de 20 mètres de profondeur. Les deux turbines, d'un diamètre de 3,5 mètres, auront une puissance de 250 kW chacune. Elles seront en mesure de fournir de l'électricité à quelque 400 foyers hors chauffage selon les porteurs du projet.

Commentaires

Justin

Hydrolienne = 8,5 millions € les 250kW
1 EPR = 1 650 000kW
règle de 3 => Hors facteur de charge/durée de vie/... ça nous donne pour avoir la même puissance qu'un EPR ... plus de 50 milliards
Les ENR, c'est pas cher!

Serge Rochain

On peut noter la perfidie du message méprisant de Justin qui rappelle le cout de l'ensemble des deux hydroliennes pour 8,5 millions d'euros qu'il met en ligne avec la puissance d'une seule des deux, 250 KW, alors que cet investissement est pour 500 KW.
Ceci nous fait un coût par KW installé de 8,5 millions / 500 = 17000 euros. ce qui n'est pas ridicule pour un système expérimental.
Puisque pour l'EPR qui n'est pas le premier réacteur nucléaire que l'on fait on est à 19,1 milliards pour 1650000 KW ça fait du 11576€ par KW on est donc dans le même ordre de grandeur
En tous cas, il n'y a pas lieu d'être méprisant à l'égare des hydroliennes et on ne voit pas d'où sortent ces 50 milliards pour avoir la même puissance qu'un EPR, en fait cela ce traduit par le rapport 17000/11576 = 1,47, et comme l'EPR coute (dixit la CC) 19,1 milliard cela fera 19,1* 1,47 = 28 milliards d'euros ! Je maintiens ma question d'où sortent les 50 milliards ?
Quand on parle de règle de trois, il faut savoir l'appliquer.

Justin

Oui, erreur j'avais pas vu qu'il y en avait 2 donc:
500Kw = 8,5 million
1 EPR = 1 650 000 kW
1 650 000 / 500 x 8,5 = 28 050 millions ou 28 milliards d'euros ce qui est toujours 1,47 x plus cher qu'un EPR et sans back up au gaz nécessaire...

Serge Rochain

Vous n'en n'av ez pas mare des bassesses que vous impose votre dogme du nucléaire en espérant que vous contradicteurs ne les remarqueront pas ?
Premier message on prend la totalité du coût et seulement la moitié de la production.... face à un public pas trop curieux la conclusion exorbitante ça passe... mais pas pour ceux qui ont l'habitude de vérifier, surtout connaissant les travers de ceux à qui ils ont affaire.
Deuxième message on glisse "sans back up au gaz nécessaire..." ! ! !
Ben voyons d'abord le nécessaire ben oui un courant marin ça tombe en panne, pas un réacteur nucléaire à part les 19 qui sont actuellement en carafe.
En plus le bak up est nécessairement au Gaz .... ben justement pour le nucléaire, il se trouve que les centrales à gaz on presque doublée leur production entre cette nuit et le moment où l'activité économique a démarrée ce matin depuis 7h30 ! Peut-être qu'avec un ou deux réacteurs en plus cela n'aurait pas été nécessaire ?
Ben non les courants marins entre une ile et le continent crée il y a des dizaines de milliers ou millions d'années n'ont jamais faiblit, ce n'est pas comme l'uranium qui impose de recharger les barres pratiquement tous les ans par tiers, ce qui nécessite dans le meilleur des cas 2 semaines d'interruptions et souvent plus d'un mois avec un bak up au gaz ? NON ? Ah non parce que s'il s'git de nucléaire le bak up n'est pas au gaz, bien sûr, ça c'est une exclusivité des renouvelables.
Non une hydrolienne dans un courant marin n'a pas besoin de bak up spécifique, ça peut tomber en panne comme n'importe quel dispositif et plus il est compliqué plus il a des chance de tomber en panne et plus il produit massivement plus sa panne à de conséquence. Et si il faut 6600 hydroliennes pour produire la même chose qu'un EPR il y aura toujours une hydrolienne dont le manque sera anecdotique pour en remplacer une autre le temps de sa réparation mais on ne retrouvera pas un EPR roue de secours planqué dans un coin pour remplacer 1,65 GW durant le mois qu'il faudra au mieux pour le réparer et surtout le relancer.
Je suis assez consterné que la mauvaise foi puisse animer à ce point un contradicteur qui se prétend honnête.
Au plaisir de ne plus vous revoir avec vos tentatives de coups bas.

Marc Diedisheim

Cher Monsieur Rochain, une fois de plus vous vous laissez aller à des imprécations qui nuisent à votre propos. De toutes façons la production de ces hydroliennes ne représentera qu'une part infinitésimale de la production nécessaire à notre pays. L'enjeu est minimal, et 8,5 millions d'Euros ne sont qu'un goutte d'eau dans l'océan des vrais gaspillages énergétiques français, européens et mondiaux. Pas de quoi polémiquer ! Les vrais enjeux sont ailleurs. Bien cordialement.

Rochain

Non monsieur Dirdidheim le premier des engeux c'est l'honnêteté dans ce que l'on dit pas la perversion systématique des nucleophiles
Ne vous en déplaise.

Pierre 29

250 kW installés valables au max de courant mais 0 kW aux renverses, facteur de charge de l'ordre de 30%...révisez vos calculs !

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet