Élection de Donald Trump: les réactions des ONG à la COP22

  • AFP
  • parue le

Sonnés par l'élection de Donald Trump, les défenseurs du climat, réunis à Marrakech pour la COP22, affichaient mercredi leur détermination à poursuivre la lutte contre le réchauffement, convaincus que l'avènement des énergies propres est inéluctable.

Pendant sa campagne, le candidat républicain avait annoncé son intention d'annuler l'accord de Paris adopté fin 2015 par la communauté internationale. Or le rôle des Etats-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre, a été central dans l'avancée des négociations climatiques.

L'élection de Trump est un désastre, mais ce ne peut être la fin du processus climatique international, a estimé May Boeve, pour l'ONG américaine 350.org, à l'origine d'une grande campagne pour la fin des investissements dans les énergies fossiles, responsables du réchauffement.

"Trump va essayer de mettre un frein à l'action climatique, cela veut dire que nous devons mettre tout notre poids sur l'accélérateur", ajoute-t-elle, appelant le reste du monde "à regarder au-delà de la Maison blanche pour travailler avec la société civile, les entreprises, les élus locaux".

"Trump doit choisir: sera-t-il un président dont on se rappellera pour avoir mis le monde sur la voie d'un désastre climatique, ou celui qui aura écouté le public américain et nous maintiendra sur la voie du progrès climatique?", s'est interrogé Michael Brune, de l'ONG Sierra Club, qui lui conseille de choisir avec sagesse. "Sinon nous lui garantissons un combat acharné à chaque étape", a-t-il ajouté.

"Quelque 60% des Américains pensent que le changement climatique est un danger", a rappelé à l'AFP la négociatrice française Laurence Tubiana. "Le réchauffement est une réalité et cela ne va pas changer avec l'élection américaine", a-t-elle ajouté, prête à parier que les autres pays vont "continuer le combat climatique".

Donald Trump a créé la surprise cette nuit en devenant le 45e Président des États-Unis. Il a entre autre proposé de nommer Myron Ebell à la tête de l'EPA (Agence américaine de protection de l'environnement), climato-sceptique notoire opposé au Clean Power Plan.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture