Une hausse des tarifs réglementés de l'électricité prévue le 1er juin

  • AFP
  • parue le

Les tarifs réglementés de l'électricité doivent augmenter de 5,9% au 1er juin, selon un document du gouvernement consulté mercredi par l'AFP.

Le gouvernement a soumis mardi au Conseil supérieur de l'énergie (CSE) un projet de décision sur les tarifs réglementés de vente (TRV) vendus par EDF à environ 25 millions de foyers actuellement. Il doivent augmenter "à compter du 1er juin 2019", indique le texte, dévoilé par la lettre spécialisée Enerpresse et dont l'AFP a obtenu copie. Cette date a aussi été confirmée jeudi par une source gouvernementale.

La hausse de 5,9% avait été proposée par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) en février. Le 1er juin correspond à "la date limite permise par la délibération de la CRE" pour son application, explique le document soumis au CSE. "En 2018, les prix de gros de l'électricité ont notablement augmenté en France, comme dans toute l'Europe, du fait de l'augmentation des prix des combustibles et du carbone", fait valoir le gouvernement.

Les concurrents d'EDF ont pour leur part accès à coût fixe à une partie de l'électricité nucléaire produite par EDF, mais seulement dans une certaine limite (ARENH). Au-delà de ce quota, ils doivent aller se fournir sur les marchés, où les prix sont donc élevés.

Or, les TRV sont aussi conçus pour pouvoir permettre à ces fournisseurs alternatifs d'être compétitifs et de pouvoir proposer des tarifs inférieurs: c'est le principe de la "contestabilité". "La hausse proposée par la CRE est du même ordre de grandeur que les hausses répercutées dans les autres pays: 8% en Espagne et en Italie et hausse de 20% du tarif social en Belgique", souligne en outre le gouvernement.

En pleine crise des "gilets jaunes", initialement alimentée par des revendications sur le pouvoir d'achat, le gouvernement avait utilisé cet hiver le délai légal de trois mois dont il dispose pour se prononcer sur la décision de la CRE. Ce faisant, il a retardé son application pendant la période la plus froide, où l'électricité est la plus utilisée par les particuliers.

Les TRV sont proposés par EDF, l'acteur historique du secteur, ainsi que par les entreprises locales de distribution (ELD) dans certaines régions. De nombreuses offres de fournisseurs alternatifs sont aussi indexées sur ces tarifs réglementés.

Modération des commentaires

Plusieurs lecteurs ont déploré récemment quelques attaques personnelles dans les commentaires.

Nous vous demandons de bien vouloir continuer à échanger de façon constructive dans cet espace, sans insultes à l’égard de vos contradicteurs.

Merci d’avance pour votre compréhension et pour la richesse de vos contributions.

Commentaires

Faou

L arhen étant toujours à 42€ du Mwh. Chercher l erreur...

Blin Jean

OUI l'ARHEN toujours à 42€ alors que l'éolien est par obligation d'achat par EdF à 82€ le MW (et par priorité sur le réseau puisque cette EnR intermittente est non pilotable). Voilà un différentiel de prix qui, s'il fait une exceptionnelle marge pour les industriels de l'éolien, va aussi peser de 5,9 % de plus sur la CSPE que nos payons pour eux déjà au double d'il y a 10 ans.

rochain

Ne vous plaignez pas EDF si EDF l'achetait à 82€ il nous le revend à 99 € sans rien faire puisque les producteurs l'injecte directement dans le réseau de RTE, c'est donc une bonne affaire pour EDF. Mais elle est encore meilleur, car depuis 2016 EDF n'achète plus à 82 €, c'est fini ce temps là. C'est beaucoup moins cher et tarifé selon un mode de calcul que je vous suggère de télécharger car plus le producteur est important moins il achète cher. Et ces opérations sont de plus en plus juteuses pour EDF et l'aide à payer la facture de l'EPR qui est de plus en plus lourde. A tel point qu'il faut impérativement une augmentation du prix de l'électricité pour éponger la facture. Augmentation que l'on veut vous faire passer pour une subvention aux ENR. Continuez à vous laissé rouler dans la farine vous avez l'air d'aimer ça
Serge Rochain

Ajouter un commentaire