Fourniture d'énergie: le groupe suédois Vattenfall va lancer à son tour une offre grand public en France

  • AFP
  • parue le

Le groupe public suédois Vattenfall a annoncé lundi qu'il allait à son tour lancer une offre d'énergie destinée aux particuliers en France, avec l'ambition de compter parmi les 5 premiers acteurs du marché d'ici cinq ans.

L'entreprise, déjà présente depuis 2000 sur le marché professionnel, va proposer dès lundi des contrats de fourniture d'électricité et de gaz aux particuliers, a-t-elle annoncé dans un communiqué. Vattenfall rappelle être largement implantée dans sept pays européens (Allemagne, Danemark, Finlande, France, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède).

La France représente "un marché qui commence à peine réellement à s'ouvrir avec 80% des particuliers qui sont encore aux tarifs réglementés EDF. C'est un potentiel énorme à développer pour un grand acteur comme Vattenfall, habitué à la concurrence depuis 20 ans", juge Henri Reboullet, PDG de la filiale française de Vattenfall. Le groupe "vise une place parmi les cinq premiers acteurs sur le marché des particuliers d'ici cinq ans".

Le marché français des particuliers est ouvert depuis plus de dix ans mais la concurrence s'est intensifiée récemment avec l'arrivée de nouveaux acteurs, comme par exemple les supermarchés Leclerc dernièrement, après Total Spring, Butagaz ou encore Cdiscount (groupe Casino). Les acteurs historiques - EDF dans l'électricité et Engie dans le gaz - conservent une place dominante.

C'est surtout vrai pour l'électricité, où 80% des ménages souscrivent toujours aux tarifs réglementés de vente (TRV), fixés par les pouvoirs publics et proposés par EDF (et des entreprises locales de distribution dans certaines régions). L'acteur historique perd toutefois près de 100 000 clients par mois.

En France, Vattenfall veut aussi se positionner sur la production d'énergie. Il s'est associé avec la Caisse des dépôts et l'allemand WPD dans le cadre de l'appel d'offres du futur parc éolien en mer au large de Dunkerque.

Le groupe suédois s'intéresse aussi à l'ouverture future des concessions hydrauliques. "On regardera ce qu'il en est, on verra les conditions d'ouverture au marché et en fonction on verra ce qu'on fait. Évidemment c'est un sujet qui nous intéresse", a indiqué M. Reboullet.

Ajouter un commentaire