Israël se prépare à raccorder le champ gazier contesté de Karish à son réseau

  • AFP
  • parue le

Le ministère israélien de l'Énergie a annoncé vendredi qu'il allait réaliser dans les prochains jours des tests en vue de raccorder à son réseau le champ gazier offshore de Karish en Méditerranée orientale, au cœur d'une dispute avec le Liban voisin.

La semaine dernière, la société Energean Plc avait annoncé qu'elle était prête à commencer dans quelques semaines la production de gaz sur ce champ offshore. Et vendredi, le ministère de l'Énergie a dit "préparer le raccordement du réservoir de Karish au réseau israélien". "Le système de transmission de la plateforme vers le réseau national sera testé dans les jours à venir", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Des responsables ont précisé que le système serait testé avec l'envoi de gaz depuis Israël vers la plateforme offshore. Le mouvement armé libanais Hezbollah, qui domine la vie politique au Liban, a mis en garde à plusieurs reprises Israël contre toute activité à Karish. Début juillet, l'armée israélienne a intercepté des drones non armés envoyés par le Hezbollah vers ce champ.

Pour le Liban, le champ se trouve dans une partie des eaux contestées avec Israël. Mais pour Israël ce gisement est situé dans sa zone économique exclusive et ne doit donc pas faire l'objet d'un accord préalable avec le Liban pour être exploité. Jeudi, le conseiller israélien à la sécurité nationale Eyal Hulata a affirmé que l'État hébreu "actionnerait Karish" au moment souhaité et continuerait à agir selon "ses intérêts énergétiques" malgré les menaces.

Les États-Unis mènent depuis deux ans une médiation entre le Liban et Israël, pays voisins officiellement en état de guerre, pour parvenir à un accord visant à délimiter leur frontière maritime et lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures. Les tensions ont été exacerbées avec l'arrivée en juin au champ de Karish d'un navire affrété pour le compte de l'État hébreu par Energean Plc, société basée à Londres.

Le médiateur américain Amos Hochstein, qui s'est rendu la semaine dernière en Israël et au Liban, a fait état ces derniers jours de "progrès" dans les discussions tout en affirmant qu'il "restait du travail à faire".

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.