Le gouvernement syrien affirme que ses oléoducs offshore ont encore été la cible d'un sabotage

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement syrien a affirmé lundi que des explosifs avaient été placés sur les oléoducs offshore de la raffinerie de Banias, précisant que les dommages n'avaient toutefois pas interrompu les opérations.

Des hommes-grenouilles ont placé des "engins explosifs" pour endommager les infrastructures destinées aux navires qui déchargent leur cargaison par des pipelines sous-marins, a déclaré le ministère syrien du Pétrole.

La raffinerie de Banias est située dans la province de Tartous, sous contrôle du régime syrien de Bachar al-Assad. "Les terroristes et leurs partisans" sont derrière l'attaque des points d'amarrage des pétroliers au large de Banias en Méditerranée, a-t-il ajouté sans donner de détails sur leur origine. "Les techniciens ont immédiatement commencé à évaluer les dommages (...) pour commencer les réparations et mettre en place des plans alternatifs afin d'assurer le bon fonctionnement du terminal pour le brut et les autres dérivés," a précisé le ministère.

Le ministre du Pétrole Ali Ghanem a déclaré à la télévision d'État que les points d'amarrage ciblés se trouvaient à trois kilomètres en mer et s'étiraient à 23 mètres sous l'eau. En juin, Damas avait déclaré qu'une partie étrangère avait attaqué et endommagé six oléoducs sous-marins reliant des pétroliers au terminal de Banias.

Le conflit a coûté des dizaines de milliards d'euros au secteur des hydrocarbures, dans un pays où l'immense majorité des champs pétrolifères échappent encore au régime de Damas. Avant la guerre déclenchée en 2011, les hydrocarbures représentaient l'une des principales sources de revenus de la Syrie.

Les sanctions occidentales sur les cargaisons de pétrole syrien ainsi que les mesures américaines contre l'Iran, un allié du gouvernement, ont compliqué ces importations.

Ajouter un commentaire