Le gouvernement annonce de nouvelles mesures pour soutenir la production de biogaz en France

  • AFP
  • parue le

Le gouvernement a annoncé vendredi deux mesures supplémentaires pour accélérer la production de biogaz en France, dont une revalorisation du tarif d'achat face à l'inflation.

À fin juin, 442 installations, en majorité des méthaniseurs agricoles, injectaient dans les réseaux de gaz naturel du méthane renouvelable, issu de la fermentation de matières organiques (déchets alimentaires, lisiers, cultures dédiées...). Leur capacité de production totale est de 7,6 térawattheures (TWh) par an, soit +18% par rapport à fin 2021, a indiqué vendredi le ministère de la Transition énergétique. Mais la France veut porter la part des renouvelables à au moins 10% de sa consommation de gaz à l'horizon 2030, contre environ 2% aujourd'hui.

Pour y parvenir, une mesure réglementaire a été annoncée vendredi, instaurant une revalorisation du tarif d'achat du biométhane pour tenir compte de l'inflation. Cette mesure vise à absorber la forte augmentation des coûts de construction des nouvelles installations pour en préserver l'équilibre économique, avec une indexation sur l'inflation observée au moment de la signature du contrat d'achat, explique le ministère dans un communiqué.

Autre mesure, demandée par le secteur, un allongement du délai de mise en service des projets, dont les procédures sont achevées mais dont la construction a pris du retard.

Ce décret vise à relancer certains projets actuellement arrêtés, en leur accordant un allongement du délai de mise en service pouvant aller jusqu'à 18 mois.

"Le déploiement accéléré et encadré des gaz renouvelables sera clé pour atteindre nos objectifs climatiques et de souveraineté énergétique", a commenté la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

"Tout doit être mis en œuvre pour développer massivement les énergies renouvelables, piliers de notre stratégie aux côtés de la sobriété et de l'efficacité énergétique, et de la relance du nucléaire", a-t-elle ajouté, reprenant les éléments détaillés la veille par Emmanuel Macron à Saint-Nazaire à l'occasion d'une visite sur le tout premier parc éolien offshore de France.

En particulier, un projet de loi visant à accélérer le solaire et l'éolien doit être présenté lundi en conseil des ministres. Il prévoit par exemple de planifier le déploiement des futurs fermes éoliennes en mer ou de resserrer les calendriers des procédures. Un amendement doit y être ultérieurement ajouté, destiné à favoriser l'essor de l'agrivoltaïsme, l'installation de panneaux solaires sur des terrains agricoles.

Commentaires

EtDF

Mr le comte Volta était loin d'être paysan... mais au sujet du vocable Agrivoltaïsme il ne doit pas y avoir beaucoup d'énarques chez nous attachés à la biogazerie qui connaissent cette histoire....::
"Intrigué par des gaz inflammables qui s'échappent dans les marais proches de sa maison (l’« air inflammable », Volta s’intéresse en 1776 à la chimie des gaz : c'est ainsi qu’en novembre 1776, il préleva des capsules de miasmes des zones marécageuses de l'îlet Partegora du lac Majeur et en isola la fraction inflammable, le méthane dont il comprend qu'il est issu de la putréfaction des plantes"
Ceci dit retournons à nos méthanisateurs bien abondés... .. Vous pourrez en savoir plus pour estimer si c'est bon pour la planète, pour les paysans, pour l'économie, pour les "grands gaziers", pour les vers de terre... et contre la pollution....
: https://www.cnvmch.fr/csnm
et aussi d'actualité toute fraîche
L'Obs nous offre un "dissensus" entre Alexandre Roesch et Daniel Chateigner (https://www.nouvelobs.com/debat/20220923.OBS63540/les-gaz-issus-des-dec…) sur la question "Les gaz issus des déchets végétaux, une bonne idée ?"
ça dépend qui paye et qui récolte !!!

Serge Rochain

Enfin une bonne nouvelle sur le gaz renouvelable

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture