Newsletters des énergies

Les énergies renouvelables progressent en Europe, la France et les Pays-Bas en retard

  • AFP
  • parue le

Onze pays européens ont déjà atteint leurs objectifs 2020 de développement d'énergies renouvelables, tandis que les deux les plus en retard sont les Pays-Bas et la France, selon des données officielles publiées mardi.

En 2017, les énergies renouvelables ont représenté 17,5% de la consommation finale d'énergie de l'Union européenne, en hausse de 0,5 point sur un an, et leur part a plus que doublé depuis 2004, selon des données d'Eurostat. Dans sa stratégie "Europe 2020", l'Union européenne (UE) prévoit d'atteindre 20% d'énergie consommée à partir de sources vertes (hydraulique, éolien, solaire, biomasse, etc.) et chaque pays a ses propres objectifs, en fonction de sa situation de départ et de son potentiel.

Onze d'entre eux les ont déjà atteints ou dépassés, à l'image de la Suède, meilleur élève avec plus de la moitié (54,5%) de sa consommation provenant d'énergies renouvelables pour un objectif de 50%, de la Finlande (41%) ou encore du Danemark (35,8%). À l'inverse, les Pays-Bas (6,4% d'énergies vertes) et la France (16,3%) sont les plus en retard, avec un écart respectif de 7,4 et 6,7 points par rapport à leurs objectifs.

Par type d'usage, 30,7% de l'électricité consommée dans l'UE provient de sources vertes, en particulier de l'éolien qui a détrôné pour la première fois en 2017 l'hydroélectricité et près d'un cinquième de la chaleur est issue de renouvelables. Par ailleurs, 7,6% de l'énergie utilisée dans les transports provenait en 2016 d'énergies renouvelables (biocarburants, hydrogène, électricité verte, etc.) pour un objectif fixé à 10% en 2020.

Au delà de 2020, l'Union européenne s'est engagée pour 2030 à porter la part des énergies renouvelables à 32% de sa consommation d'énergie.


Commentaires

La France en retard pour le développement des énergies renouvelables ? C'est normal non ? Car --et c'est fondamental-- la France n'a pas vraiment besoin de plus de renouvelables, notre électricité étant déjà la plus décarbonée --et de loin-- d'Europe.
C'est tout à fait vrai mais il ne faut pas le dire pour déplaire aux écolos (faux-écolos), aux assoc anti-nucléaires, aux médias mainstream et aux opérateurs éoliens qui font leur beurre des subventions financées par le consommateur.
Sans aucun bénéfice pour le bilan carbone de la France
C'est tout à fait vrai mais il ne faut pas le dire pour déplaire aux écolos (faux-écolos), aux assoc anti-nucléaires, aux médias mainstream et aux opérateurs éoliens qui font leur beurre des subventions financées par le consommateur.
Sans aucun bénéfice pour le bilan carbone de la France
Encore un qui confond production et consommation.
L'électricité décarbonée est une réalité de production mais pas de consommation. Chaque jour, des millions de kWh traversent toutes les frontières européennes dans tous les sens pour équilibrer les réseaux, nous consommons de l'électricité EUROPÉENNE ... il faudrait se réveiller quand même, ça fait 30 ans que ça dure
En hiver, comme la France gaspille sont élec. dans les grilles pains qui chauffent des épaves thermiques, le contenu en CO2 d'un kWh électrique dépasse celui du gaz de ville !! ( 3 études indépendantes Françaises dont 2 de l'Ademe, et les autres agences européennes arrivent toutes à la même conclusion ).

Par ailleurs, l’électricité nucléaire à besoin de turbiner beaucoup d'eau pour refroidir ses réacteurs et en été, alors même que les cours d'eau sont au plus bas, ça devient de plus en plus compliqué avec le changement climatique. On est déjà passé 2 fois au raz de gros pépins depuis 2003. Et comme les barrages sont au plus bas, on fait comment ?

Enfin dans une période où toutes les décharges nucléaires débordent de saloperies mortelles sur des milliers d'années, et où on ne sait pas quoi en foutre (dans votre jardin peut être ?) ... vénérer l'électricité nucléaire est une vision irresponsable du siècle dernier et une impasse qui ne règle rien du tout dans une période de changement climatique.
une des caractéristiques des écologistes est d'être excessif et de refuser de voir les réalités
En France: Exportation : 86,3TWh Importation : 26,1 TWh Solde : 60,2 TWh
Production éoliennes : 28 TWh solde : 32,2 TWh Production solaire : 10 TWh solde 22,2 Twh
Conclusions les ENR ne servent à rien, nous restons exportateur à hauteur de 32.2 TWh sans les éoliennes et de 22,2 sans les ENR (solaire + éolien) et le France ne consomme pas ou très peu d'electricité européenne.
Quant à qualifier l'ADEME d'organisme indépendant, c'est téméraire comme affirmation
Il y a pratiquement une contre-vérité toutes les deux lignes, pardon, toutes les lignes
C'est étonnant comme lorsqu'on apporte des éléments indiscutables les pro-nucléaires ont tendances à tous mépriser.
Confondre le solde d'exportation avec le contenu CO2 de note consommation montre combien votre raisonnement est à coté de la plaque ... et en plus complètement contredit par les chiffres officiels du ministère.
... voyez donc le data des clefs de l'énergie SOeS, cela vous évitera d'écrire des données approximatives et grossièrement orientées.

NB / exemple : si vous produisez 100 décarbonés, que vous en consommez 45 dans la journée, que vous exportez le reste (ou plutôt vous les bradez) .... et que vous en importez 45 carbonés le soir au moment du pic de demande ... votre solde est bien positif de 10
OUI MAIS le contenu CO2 de votre consommation n'est pas 100 % décarboné comme vous semblez naïvement le croire. IL EST DE 45 DÉCARBONÉ + 45 CARBONÉ ... vu que c'est réellement ce qui a été consommé ... et là ça change tout.

1 KWh chauffage électrique pollue plus que 1 KWh chauffage gaz de ville ! Toutes les études européennes le confirment (études Adème, Dena, AEE, Naturvardsverket etc ...) et le chauffage électrique est tout bonnement INTERDIT chez bon nombre de nos voisins monsieur je sais tout !!
Par ailleurs, vous avez tous faux ... vous confondez énergie et électricité, l’électricité ne représente que 23% de notre consommation d'énergie ... donc 77% des d'énergies consommées en France, c'est autre chose, du pétrole, du gaz, du charbon et du bois etc ....
Enfin, encore tous faux, la première énergie renouvelable en France, c'est la biomasse (dont le bois) avec plus de 40% de la production ENR, donc hormis la cogénération qui reste marginale, la première énergie renouvelable sert à faire de la chaleur mais pas de l'élec.
voilà voilà
(source : data de l'énergie éditée par le ministère )
Curieux, AFP ne cite pas ses sources, elles ne seraient pas avouables?
Si le premier postulat européen est de dire il faut sauver le climat donc réduire les GES, nous ne sommes pas en retard mais en avance!
Cet article est basé sur une récente publication d'Eurostat sur le suivi des objectifs nationaux de développement des énergies renouvelables tel que décrit dans la directive européenne 2009/28/CE.
Toutes les données sont disponibles sur le site d'Eurostat:
https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Renewable_energy_statistics#Share_of_energy_available_from_renewable_sources_highest_in_Latvia_and_Sweden
Cette manie de tout résumer à "bon élève" ou "mauvais élève" reflète l'infantilisation des esprits, notamment dans la gent médiatique, dans laquelle les journalistes "spécialisés" oublient qu'ils ne sont que journalistes et tendent à remplacer les spécialistes pour des affirmations ultra-simplistes qui ne servent pas l'information.
La question des choix énergétiques d'une nation, voire d'un continent (car ces choix devraient être davantage continentaux) ne peut pas se résumer à cette vision scolaire et abêtissante.
L'urgence aujourd'hui est de coordonner une production et une gestion sécurisée de l'énergie à l'échelle européenne. Ce n'est pas de donner des notes à tel ou tel.
Inexorablement, les énergies renouvelables se développent. C'est normal, elles sont efficaces. Et c'est très bien ainsi, elles prennent et prendront tôt ou tard la place du charbon et du nucléaire, n'en déplaisent aux promoteurs de ces derniers... A la France d'avoir l'intelligence et la volonté de les développer pleinement.
La France et la Suède sont les 2 pays européens dont la production électrique est la plus décarbonée, et cela depuis des décennies, grâce à des choix énergétiques pertinents, nucléaire et hydraulique, faits bien avant qu'on se soucie à juste titre du changement climatique.
Pour ces 2 pays l'atteinte d'objectifs 2020 de décarbonatation de l'électricité n'a donc strictement aucun intérêt. Les objectifs pertinents de ces 2 pays devraient porter sur la décarbonatation du chauffage de l'habitat et des transports. En France, sans le dire, l'objectif est prioritairement de satisfaire les anti-nucléaires qui ont infiltré largement les organes gouvernementaux tels que l'ADEME.
Le développement à marche forcée de l'éolien et du photovoltaïque, totalement à la charge des clients et des contribuables, conduira automatiquement en France à l'augmentation de la production de CO2 si on ferme des centrales nucléaires. Ce résultat calamiteux, mais parfaitement prévisible et prévu par les spécialistes en énergie, a déjà été observé en Allemagne.
L'article prétend que en Europe en 2018 la production électrique éolienne a pour la 1° fois dépassé la production électrique hydraulique. J'ai des doutes très sérieux sur cette affirmation car en 2017 la production hydraulique était environ 2,5 fois supérieure à l'éolien. Une telle inversion de situation en un an seulement semble totalement improbable.
Il est possible que le rédacteur de l'article ait confondu puissance installée et production électrique, confusion si souvent utilisée par des journalistes incompétents et/ou de mauvaise fois pour vanter l'éolien et le photovoltaique qui resteront toujours des sources intermittentes et non programmables donc totalement incompatibles avec la stabilité d'un réseau électrique.
Prétendre que l'état, au travers l'Ademe, satisfait aux anti-nucléaires alors même qu'il annonce un projet de prolongation du nucléaire et le lancement de plusieurs EPR est proche de la désinformation partisane ah ah ah !!

Par ailleurs, le coût d'un kWh éolien est déjà inférieur à celui du futur EPR (sans parler du coût de stockage des déchets).
Impossible de connaitre réellement le coût d’investissement du parc nucléaire actuel dans la mesure où une grande partie a été un financement mixte civil/militaire ... on ne parle que de son exploitation contrairement aux ENR où tous est pris en compte (y compris sa déconstruction)
Sa maintenance est en partie financée par l’impôt ou des "subventions déguisées", c'est le cas également pour les déchets, tant qu'à la déconstruction des installations obsolètes ... là c'est le vide sidéral !!

Pour la taxe CSPE qui financerait les ENR ... ah ah ah la grosse blague, là encore c'est une gros détournement (comme tous ce qui concerne l'affectation réelle des taxes pour l'environnement).
Le financement réelle de l'éolien est ridicule, allez donc voir ce qu'il en est , vous allez tomber de votre chaise !!

En ce qui concerne l'Allemagne, vos informations ne sont pas à jour, un foyer allemand a une empreinte CO2 inférieure à celui d'un foyer moyen français (avec un climat autrement plus rigoureux) et les allemands ont annoncé, il y a quelques jours, que d'ici 20 ans ils seront sortis du charbon.

Enfin, comme tous le septiques des solutions ENR, vous oubliez la plus grosse contribution ENR après l'hydraulique qui est la biomasse (pour info. les allemands ont près de 1000 fois plus de méthaniseurs que nous ... oui oui vous avez bien lu ! il n'y a pas un zéro de trop !! ).

La seule chose où je vous rejoins c'est que l'effort est à mettre sur la décarbonation du bâti et de la mobilité.

nb/confondre la puissance installée et la production est impossible, si c'était le cas, on aurait alors des résultats très très bas et très inférieurs dans la mesure où on parle en MW pour la production et en GWh pour la production.
Le seul classement qui compte, c'est celui des rejets de CO2 par habitant les plus faibles, et là la France est dans le peloton de tête des pays développés, avec moins de 5 tonnes par habitant et par an, là où l'Allemagne est à 9 tonnes, et les USA à 16 tonnes. Tout ça grâce à notre transition énergétique réussie il y a 30 à 40 ans, avec la sortie du charbon et le passage à l'électricité nucléaire. La France n'est pas en retard, elle est en avance.

Réponse à Rblase:
Cet article est basé sur une récente publication d'Eurostat sur le suivi des objectifs nationaux de développement des énergies renouvelables tel que décrit dans la directive européenne 2009/28/CE.
Toutes les données sont dispnibles sur le site d'Eurostat:
https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Renewable_energy_statistics#Share_of_energy_available_from_renewable_sources_highest_in_Latvia_and_Sweden
Merci à Thunus pour l'info, en regardant ces stat il y a simultanément pour 2016/2017 une diminution de la production hydraulique UE-28 et une augmentation significative de l'éolien ce qui explique cette "performance" Cela serait plutôt inquiétant car une augmentation des énergies intermittentes ne sera pas à terme gérable par le réseau. Nous nous rapprochons d'épisode de black out . Par ailleurs il n'en demeure pas moins que si l'on veut être efficace pour combattre le réchauffement climatique en France il ne sert à rien de produire avec éolien et solaire. La COP 21 dans ses conclusions avait parlé de développer les énergies blanches donc comprenant le nucléaire non pas d'énergie renouvelables. L'Europe, (sous la pression des lobbys anti-nucléaires?) a traduit cela par renouvelables. Dans les média français, le mot énergie blanche n'a pas été repris
Moi je ne conteste pas les chiffres d'Eurostat, au contraire, le travail d'Eurostat est de bonne qualité, très utile et même indispensable - et parfois bien supérieur aux statistiques nationales qui sont trop autocentrées (ex. les statistiques du chômage). Ce que je conteste c'est l'interprétation qui en est faite … le "retard". Un retard, certes, sur des objectifs politiques et lourdement volontariste (toujours l'autocentrisme français), produits d'une Chambre alors dominée par le lobby des renouvelables intermittents qui parvient à nous faire croire au Père Noël (comme M. Charentas ci dessus), mais pas un "retard" sur ceux qui cherchent à satisfaire les objectifs climatiques, c'est à dire à faire baisser les émissions de gaz à effet de serre.
Les ENR intermittentes électriques sont un outil pour décarboner la production électrique et non un objectif comme le dit la commission européenne truffée de Verts.
La France a déjà l'électricité la plus décarbonée en Europe grâce au nucléaire et à l'hydraulique.
Ce qui fait que nous ne sommes pas en retard puisque la France dispose avec la Suède du taux le plus bas d'émission de gaz carbonique par habitant. Ce sont les autres pays d'Europe qui sont en retard en matière d'émissions de gaz carbonique par rapport à la France.
réponse copier/coller
Encore un qui confond production et consommation.
L'électricité décarbonée est une réalité de production mais pas de consommation. Chaque jour, des millions de kWh traversent toutes les frontières européennes dans tous les sens pour équilibrer les réseaux, nous consommons de l'électricité EUROPÉENNE ... il faudrait se réveiller quand même, ça fait 30 ans que ça dure
En hiver, comme la France gaspille sont élec. dans les grilles pains qui chauffent des épaves thermiques, le contenu en CO2 d'un kWh électrique dépasse celui du gaz de ville !! ( 3 études indépendantes Françaises dont 2 de l'Ademe, et les autres agences européennes arrivent toutes à la même conclusion ).

Par ailleurs, l’électricité nucléaire à besoin de turbiner beaucoup d'eau pour refroidir ses réacteurs et en été, alors même que les cours d'eau sont au plus bas, ça devient de plus en plus compliqué avec le changement climatique. On est déjà passé 2 fois au raz de gros pépins depuis 2003. (celui de Golfech est passé inaperçu face à l’hécatombe sanitaire de la canicule 2003 mais on a quand même frôlé la cata. )
Il en va de même avec les barrages où effectuer des lâchés d'eau, sans eau ... comment dire ? ... c'est compliqué !! (sourire)

Enfin dans une période où toutes les décharges nucléaires débordent de saloperies mortelles sur des milliers d'années, et où on ne sait pas quoi en foutre (dans votre jardin peut être ?) ... vénérer l'électricité nucléaire décarbonée est une vision irresponsable du siècle dernier et qui ne règle rien du tout dans un avenir avec un changement climatique ... c'est une impasse ... mais là je déborde du sujet !! ah ah ah

Ajouter un commentaire