L'énergie hydraulique a encore tiré la production d'électricité renouvelable l'an dernier en France

  • AFP
  • parue le

Les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydroélectricité, biomasse, etc.) ont fourni 22,7% de l'électricité consommée en 2018 en France, une proportion en nette hausse sur un an (+4,1 points) grâce aux barrages qui ont bénéficié de bonnes conditions hydrologiques.

Au total, la production d'électricité à partir d'énergies vertes a progressé de 21,9% l'an dernier, selon un bilan réalisé par les gestionnaires de réseaux RTE et Enedis, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et l'association des distributeurs d'électricité (Adeef).

Ces performances marquent un rebond alors que l'an dernier, les énergies renouvelables n'avaient couvert que 18,4% de la consommation de courant française, un chiffre en net recul par rapport à 2016, en raison de la baisse de la production hydroélectrique. Cette dernière représente en effet toujours la majorité des capacités et de la production d'électricité renouvelable dans le pays.

Fin 2018, le parc des énergies renouvelables totalisait une capacité de 51 171 mégawatts (MW), quasiment en ligne avec l'objectif prévu par la Programmation pluriannuelle de l'énergie 2016-2018 (51 700 MW). 2 494 MW ont été raccordés durant l'année, soit un peu moins qu'en 2017, et toujours tirés par l'éolien (1 559 MW) et le solaire (873 MW), qui ont couvert respectivement 5% et 2,1% de la consommation nationale d'électricité.

Pour le solaire toutefois, la France n'a rempli que 84% de l'objectif fixé par la précédente PPE, note ce "Panorama de l'électricité renouvelable". La filière des bioénergies (bois, méthanisation, etc.) a gagné 74 MW en 2018.

La nouvelle PPE couvrant la période 2019-2023, prévoit d'atteindre un parc installé d'énergies renouvelables électriques de 74 000 MW, dont 24 600 MW pour l'éolien terrestre et 20 600 MW pour le solaire.

Commentaires

rochain

Il est très clair que l'on va à reculons vers les nouvelles énergies renouvelables, solaire et éolien.
Nous sommes et resterons les marginaux des énergies propres dans le monde
Serge Rochain

Emmanuel Grenier

Plutôt un bon signe, au vu des désastres écologiques ou sociaux observés dans les pays ayant massivement développé ces énergies renouvelables intermittentes (Allemagne, Australie du Sud, etc). Il n'y a que les études financées par le lobby SER qui affirment que ce serait une bonne chose !

sirius

On attend toujours le calcul de la valeur des paysages dénaturés par les éoliennes .Ce chiffre ne semble pas pouvoir être fourni par la comptabilité publique incapable de mesurer ce qui ne relève pas de l'univers marchand . Il serait pourtant indispensable pour établir le bilan économique des E. R.

rochain

C'est amusant de voir comment vous parlez tous de désastres écologiques chez ceux qui mettent des moulins à vent et des parc de PPV mais qui s'affranchissent du désastre écologique des déchets nucléaires qu'ils arrêtent de produire.
Pour ma part j'ai des lignes d'éoliennes dans mon paysage et je trouve cela beaucoup plus beau que les alignements de pylônes EDF que je croise souvent dans mes déplacements. Eux sont là depuis longtemps et tout le monde était bien content d'avoir l'électricité, mais c'est vrai qu'à l'époque Le moyen de production choisi par EDF ne se trouvait pas confronté à l'arrivée de moyens concurrent du leur. Du coup personne ne se plaignait de ces affreux tas de ferrailles disgracieux qui salissaient nos paysages. Alors ? qu'y a t-il de changer ? Une éolienne est-elle vraiment plus laide que ces tas de ferrailles ? Non, sincèrement je ne crois pas, mais le tas de ferraille ne faisait pas concurrence au réacteur nucléaire, l'éolienne..OUI !
Vous faites partie du lobby du nucléaire sans vous en rendre compte, en inondant les forum de vos griefs (qui en vérité ne sont pas les vôtres) vous vous faites les porte-voix de ce lobby, et je suis même convaincu que vous êtes sincères.
Bien cordialement,
Serge Rochain
PS : Personnellement je ne soutiens pas vraiment la filière éolienne, je suis beaucoup plus convaincu par la capture directe de l'énergie solaire dont la variation cyclique diurne incluse elle-même dans un cycle annuel est beaucoup plus facilement maitrisable, l'aléa autour de cette double sinusoïde est presque marginal.

Ajouter un commentaire