À l'origine de 10% de la production électrique mondiale, le nucléaire divise plus que jamais

  • AFP
  • parue le

Dix ans après la catastrophe de Fukushima, le nucléaire, qui fournit au monde environ 10% de son électricité, divise plus que jamais. Entre abandon allemand et essor chinois, coûts en hausse et transition énergétique, tour d'horizon d'un secteur à l'avenir difficilement prévisible.

Un nombre de réacteurs en déclin

"Globalement, c'est une industrie qui était en crise grave avant que les événements de Fukushima arrivent", la faute à la fois à un coût de départ élevé, et aux inquiétudes sur la sûreté, estime Mycle Schneider, consultant et auteur d'un rapport annuel critique sur le secteur. "Cette crise s'est aggravée de façon considérable depuis ce moment-là", poursuit-il.

À fin 2020, 412 réacteurs étaient en service dans 33 pays, pour une puissance installée de 367,1 gigawatts (GW), selon ses chiffres (443 réacteurs nucléaires sont « opérationnels » dans le monde au 4 mars 2021 selon les données de l'AIEA(1)). Ils étaient encore 429 à travers le monde à la fin 2010. La puissance installée a cependant modestement progressé (elle s'établissait à 365,3 GW fin 2010), car les nouveaux réacteurs tendent à être plus puissants, et des installations existantes ont été dotées d'équipements plus performants.

Le nucléaire représente environ 10% de la production d'électricité dans le monde, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Des projets concentrés en Chine

Sur la décennie 2011-2020, la Chine a concentré 25 des 57 mises en construction de réacteurs recensées à travers le monde.

Mais Fukushima "a été un choc profond pour les décideurs en Chine, et cela a conduit, si ce n'est à un arrêt brutal, à un ralentissement considérable des ambitions en matière nucléaire en Chine", note Mycle Schneider.

Quatre nouveaux pays se sont toutefois lancés dans l'atome sur cette période : Bangladesh, Belarus, Émirats arabes unis et Turquie. D'autres pays - notamment ceux qui dépendent encore du charbon très polluant - souhaitent aussi se lancer (Pologne), ou veulent développer un secteur nucléaire déjà existant (République tchèque).

À l'inverse, l'Allemagne s'est donné jusqu'à 2022 pour sortir du nucléaire après l'accident de Fukushima. La Suisse en a décidé de même, tout en maintenant dans l'immédiat certains sites. La Belgique vise pour sa part une sortie à l'horizon 2025.

Coûts et avantages

Outre les problèmes inhérents qu'il soulève (sûreté, déchets...), le nucléaire est de plus en plus concurrencé par les énergies renouvelables, devenues bon marché. Et le secteur a été contraint d'adopter de nouvelles mesures de sûreté après Fukushima, le rendant plus coûteux. Les coûts de l'éolien et du solaire ont ainsi baissé de 70% et 90% respectivement sur la période 2009-2020, selon les calculs de la banque Lazard. Sur la même période, ceux du nucléaire ont augmenté de 33%, selon la même source.

Le nucléaire a toutefois toujours ses adeptes, qui soulignent qu'il s'agit d'une source d'énergie très peu émettrice de CO2 et pilotable, c'est-à-dire qui peut être mobilisée en fonction des besoins - à l'inverse du vent ou du soleil. L'AIE défend régulièrement son rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique, aux côtés des renouvelables. "Une série de technologies, comprenant l'électricité nucléaire, sera nécessaire pour des transitions vers des énergies propres à travers le monde", juge l'agence, qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique.

Difficile de dire de quoi seront faites les prochaines décennies. D'ici 2050, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) prévoit que la capacité nucléaire mondiale pourrait augmenter de 82% dans son hypothèse haute... ou décliner de 7% dans son hypothèse basse.

Les pistes pour l'avenir

Après une certaine course au gigantisme avec des réacteurs de plus en plus puissants, l'industrie nucléaire s'intéresse aujourd'hui beaucoup aux petits réacteurs modulaires ou SMR ("small modular reactors"). Il s'agit de réacteurs dont la puissance ne dépasse par les 300 mégawatts (MW), contre plus de 1 000 MW pour les réacteurs actuels.

Ils sont conçus pour être fabriqués en série en usine puis transportés sur le lieu de leur exploitation. Ce concept, déjà appliqué en Russie, intéresse notamment les États-Unis (qui détiennent déjà le plus grand nombre de réacteurs au monde, tous types confondus), la France (qui tire presque 70% de son électricité de l'atome, record mondial), et le Royaume-Uni.

Plusieurs pays travaillent par ailleurs à des réacteurs de quatrième génération, dont l'un des objectifs est notamment de minimiser les déchets.

Sources / Notes

Commentaires

Serge Rochain

Les inconvénients irréductibles du nucléaire dont le plus important, la disponibilité de son combustible qui est proportionné au nombre des réacteurs dans le monde, disqualifient cette solution par son manque de pérennité. L'uranium est le corp le plus rare de la planète et le transformer simplement en énergie est un gaspillage que nous reprocherons un jour nos petits-enfants. Ajoutez que son coût ne peut que croitre alors que ses concurrents voient les leurs baisser régulièrement sans qu'une limite à cette chute des coûts ne semble apparaitre.

Pierre-Ernest

L'uranium est le 48e élément naturel le plus abondant dans la croûte terrestre, son abondance est supérieure à celle de l'argent, comparable à celle du molybdène ou de l'arsenic, mais quatre fois inférieure à celle du thorium.(https://fr.wikipedia.org/wiki/Uranium).

Rochain

C'est faux. Consultez les sites de géophysique pas un site en citant un autre qui lui, donne la teneur relative en uranium dans la veine de la mine exploitée au Canada.
Il ne faut pas faire de recherche superficielle. On a vite fait de se faire abuser de bonne fois.

Denis Margot

Monsieur Rochain, jamais en reste pour tirer sur le pianiste. En tant que « corp », c’est vrai que l’U est rare (jamais vu un corp en uranium), mais en tant qu’élément chimique, l’uranium est raisonnablement rare, mais pas introuvable, le site sur les éléments chimiques (https://www.elementschimiques.fr/?fr ) indique 2,7 mg d’U par kg de matière dans la croûte terrestre, ce qui le place effectivement à la 48e place et représente env 2,5 10^14 t. Même si on ne prend que le U235, ça fait encore 1,7 10^12 t. Sachant qu’1 g d’U est équivalent à 1 t de pétrole et qu’une goutte de pétrole est équivalent à 1000 m3 de vent (20 km/h), 1 g d’U est équivalent à 100 milliards de m3 d’air soufflant à travers les pales (à condition qu’il y ait du vent).

Donc, encore une désinformation de Serge Rochain, l’U n’est pas l’élément le plus rare, d’assez loin d’ailleurs, ou alors faites-nous part de vos sources. Et je suppose que monsieur Rochain utilise une dynamo sous sa table pour alimenter son ordi, à moins qu’il ne bénéficie de l’électricité d’EDF, une des moins chères et des moins carbonées de la planète.

Serge Rochain

Je regrette votre entêtement à mettre l'uranium comme etant sensiblement au milieu des différents atomes classés par abondance
C'est le corps le plus lourd de la création et pour cette raison le plus rare des éléments relativement stables.
Je vous propose un autre site de Wikipédia permettant précisément de savoir le vrai du faux dans la proportionnalité de chacun d'eux. Vous y trouvez une demi douzaine d'études donnant leur abondances rapportés dans un tableau qui vous permet de les classés selon la selection de l'étude de votre choix car il suffit de cliquer sur le titre de la colonne pour les classer dans l'ordre croissant ou décroissant d'abondance : https://fr.wikipedia.org/wiki/Abondance_des_%C3%A9l%C3%A9ments_dans_la_…
Je vous suggère de cliquer sur le titre de colonne "Proportion relative (ppm)"
Vous trouverez l'uranium bon dernier avec ses 92 protons
Quant à vos persiflages je m'assois dessus. Mais si vous saviez comment se sont former les différents atomes de l'Univers vous comprendriez beaucoup de choses que vous croyez savoir

Pierre-Ernest

Monsieur Rochain, la référence que vous fournissez (https://fr.wikipedia.org/wiki/Abondance_des_%C3%A9l%C3%A9ments_dans_la_…) nous montre deux graphiques :
Le premier (https://fr.wikipedia.org/wiki/Abondance_des_%C3%A9l%C3%A9ments_dans_la_…) nous montre qu'effectivement, l'uranium, le plus lourd des éléments naturels est aussi le moins abondant. Mais l'abondance dont il est question ici est l'abondance cosmique, c'est à dire l'abondance dans l'univers.
Le second (https://fr.wikipedia.org/wiki/Abondance_des_%C3%A9l%C3%A9ments_dans_la_…) nous montre qu'il y a dans la croute terrestre, des tas d'éléments beaucoup moins abondants que l'uranium.
Lorsqu'on parle de l'abondance de l'uranium, matière première de l'industrie nucléaire, c'est évidemment de la seconde abondance dont il s'agit : celle qui concerne la croute terrestre. Vous avez donc affirmé quelque chose qui n'était pas exact. Mais heureusement, vous avez aussi fourni les éléments qui permettent de débusquer votre erreur...

Serge Rochain

J'en ai assez des gens qui trourne autour du pot et qui soit ne savent pas lire soit veulent à toute force avoir raison contre les vérité de la nature.
Il est clairement indiqué dans la légende de ce deuxième graphique que ces éléments en jaune qui sont les plus rares le sont dans la croûte terrestre supérieure, c'est-à-dire celle qui affleure la surface du sol, celle que l'on exploite dans les carrières à ciel ouvert. Vous avez une fois de plus trouver là l'argument pour faire mentir la réalité. Mais sans doute ignorez vous que l'on extrait 100 fois plus de minerai uranifère de mines de plus en plus profondes (la masse de l'uranium tente à le faire s'enfoncer dans le sol) que depuis des carrières à ciel ouvert
Mais sans doute faut-il aussi vous expliquer pourquoi les matériaux denses sont en général plus profondément en moyenne dans la croute terrestre et les plus légers en surface, et aussi pourquoi certains atomes lourds se retrouvent pourtant en surface, car vous ignorez aussi sans doute que par leurs couches électroniques de valence ils s'agglomèrent avec des atomes bien plus légers et que de ce fait il arrive que ces molécules complexes soient plus légères que le milieux environnant et de ce fait se retrouvent en surface permettant selon le type de minerai uranifère d'être extraits depuis des carrières à ciel ouvert au lieu de l'être depuis des mines, et peut être faut-il que je vous explique le rôle de la tectonique des plaques pour que vous compreniez quelque chose au lieu de chercher à avoir raison dans votre bêtise ?
Je vous avais renvoyé vers une colonne bien précise traitant de la proportion relative .... mais non comme l'analyse dans son classement ne vous convenait pas il a fallu que vous partiez à la recherche de quelque chose qui vous donnerait raison, mais surtout très superficiellement car la recherche ce n'est pas votre truc c'est trop contraignant, et on va assimilé la croute terrestre à la seule partie supérieure de surface, après tout, ça doit être pareil ! ! ! Non ce que l'homme exploite s'appelle la lithosphère ! Mais pour apprendre tout ça là encore il faut creuser.

Alors j'en ai marre de faire le maitre d'école pour des gens qui n'ont surtout pas envoie d'apprendre mais qui sont surtout préoccupé d'avoir raison et qui croient pouvoir se permettre d'être ironiques pour de pas dire méprisants.
Je n'ai plus de temps à perdre avec votre bande d'ignorants prétentieux. Adieu

Schricke

Mr Rochain, vous écrivez, dans votre message (je cite): "J'en ai assez des gens qui trourne (sic !) autour du pot et qui soit ne savent pas lire soit veulent à toute force avoir raison contre les vérité de la nature." Il y aurait donc des gens comme ça ? Incroyable ! Heureusement qu'il existe des "redresseurs de torts", comme vous, dont l'objectivité légendaire n'est plus discutée par qui que ce soit, et pour lequel toute contre-vérité est systématiquement écartée, afin de ne pas égarer vos "fans" !... La Vérité, toute la Vérité, rien que la Vérité !... Vous tenez à votre devise !... Et, s'il n'en reste qu'un (qui y croit !) vous serez celui-là !... Certainement !

Serge Rochain

J'ajouterai que vous semblez ne pas savoir lire car dans le site que vous citez en regardant le classement par abondance il est à la 10em page sur 11 (cette dernier ne comptant que trois corps) ce qui fait qu'il n'y en a que 11 derrière lui.... TOUS DES CORPS DE SYNTHESE donc non naturels et inexistant su la planète.
En dehors de la modestie, il vous manque beaucoup de choses, notamment en physique et en chimie ou vous apprendriez que l'on nome corps simple ce que sont les atomes, ce qui n'est qu'un moindre mal, mais que pour comprendre la raison des différentes abondances de ces corps (simples) il faut comprendre ce que sont les différentes nucléosynthèses et les conditions qui concourent pour chacune d'elles à la création des différents dont elles sont à l'origine. Ce ne sont pas des connaissance que chacun peut avoir, mais dans ce cas on ne conteste pas ce que dit un astrophysicien qui en est un spécialiste. Malheureusement vous êtes nombreux à vous vautrer dans votre ignorance.

Denis Margot

Votre réponse illustre la façon constante dont vous désinformez sur le nucléaire. Effectivement, si on choisit la colonne « Proportion relative », l’U est à 0, et pourtant, il n’est pas bon dernier, puisque le suivant est… l’hydrogène ! Et si vous sélectionnez les colonnes d’à côté (5, 6 et 8), vous obtenez, non pas 0, mais entre 1,8 et 2,7 mg/kg. Laquelle est vraie ? Certainement pas celle que vous avez choisie puisque cela revient à dire qu’il n’y a pas d’U sur Terre ! Et moi qui pensais naïvement que les centrales fonctionnaient à l’U, j’ai dû me tromper. Et même chose avec le coefficient d’émission GES, vous utilisez des théories très personnelles, voire diffamantes, pour démontrer que ce coefficient est 66 g pour le nucléaire et réfutez la valeur de 6 g reconnue par l’ADEME qui n’est pas une pépinière de pro-nucléaires (voir d’autres débats sur ce même site).

Vous avez le droit d’avoir peur du nucléaire, mais soyez au moins honnête avec les faits. Et les faits disent que le nuke, avec ses inconvénients, offre une électricité très compétitive, de qualité, utilise peu de matériaux, offre une bonne protection contre les aléas du marché, est une technologie sécuritaire, fabrique peu de déchets, est pilotable, contribue de manière significative à la balance commerciale de la France, et possède des perspectives assez considérables avec d’autres filières (thorium, surgénération, fusion…). Évidemment, tout ceci en comparaison des autres sources d’énergie. Pour ITER, vous avez peut-être raison, mais ça vaut sans doute le coup de fouiller un peu pour voir (par contre, 120 ou 150 millions de fois la température du soleil, vous vous fourvoyez, une coquille sans doute).

Quant au « corp », faites un effort avec votre orthographe, visiblement vous savez ce que c’est, vous devriez savoir l’écrire maintenant.

Serge Rochain

Pourtant si, dans la croute terrestre l’Uranium est bon dernier car en proportion relative l’hydrogène qui est derriere est quasi absente puisque l’atome d’hydrogène et si léger qu’il ne reste pas dans la croute et s’échappe en haute atmosphère.
Quant à votre mesure en mg/kg elle vous rend aveugle car vous ne la comprenez pas. Elle ne permet pas de classer les corps par abondance, et pour illustrer votre cécité vous mettez 237 atomes d’hydrogène sur un plateau de la balance et un seul atome d’U-238 sur le plateau d’en face et le naïf que vous êtes, qui croit être très savant annonce sentencieusement qu’il y a plus d’uranium que d’hydrogène ! Eh oui monsieur Margot, il n’y a pas besoin d’être nombreux quand on est lourd et cela montre bien combien il est rare et combien vous mesurez des distances avec poids et des températures avec des chaines d’arpenteur, ou encore des masses avec des thermomètres. Je n’utilise aucune théorie personnelle mais uniquement celles qu’impose la démarche scientifique tandis que vous ne lisez que ce qui vous intéresse en tronquant ce qui ne vous intéresse pas. Pour le 6g vous vous contentez de le lire dans une case d’un tableau sans même lire la légende du tableau : FE de l'électricité pour les moyen de production en France exprimés en gCO2e/kWh (accessoirement vous n’avez pas noté la faute d’orthographe qui s’y cache puisque cette information ne vous intéressait, puisqu’avant d’arrivé à ce niveau de lecture, vous aviez déjà ce 6 dans un document officiel de l’ADEME, et vous teniez la preuve « imparable » qui vous donnait raison, et c’est la seule chose qui vous intéresse, le superficiel, l’apparence).
Ce n’est pas en France que le minerai uranifère est arraché à la mine, concassé puis réduit en poudre avant d’être séparé par dilution acide afin d’obtenir le yellow cacke qui sera seulement après tous ces traitements les plus lourd en émission de GES, envoyé sous cette forme le combustible en France qui, de minerai sera devenu combustible à affiner pour pouvoir être utilisé dans les réacteurs, et dont le traitement amont ne sera plus que marginal limitant les émissions de CO2 à seulement 6%..... EN France, loin de ce que l’on appelle le cycle de vie dont la moyenne se situe à 66 g par KWh. Et en France on n’est pas plus malin que les américains, les japonais, les Anglais….. ils sont tous au voisinage de 5 à 7 g. d’émission sur leur territoire national, car tous importe le combustible sous forme du yellow cake, et non le minerai à traité pour l’en extraire pour des raison économique de transport évidents, avec les masses plusieurs milliers de fois supérieures. Et il vaut mieux que les émissions de GES de ces traitements soient comptabilisées au crédit du pays producteur.
Vous êtes un complice des manipulateurs politiques et l’ADEME n’y est pour rien ils traduisent bien que le Facteur d’émission (FE) du Cycle de vie est de 66 et que le FE réalisé en France est 6.
Alors cessez de m’accuser de toutes les turpitudes avec un jugement basé sur la montagne que constitue votre ignorance et votre position dogmatique face à tous les inconvénients du nucléaire dont la plupart, comme sa brève durée potentiel d’utilisation ont un caractère fatal.
J’en ai assez de répondre à vos turpitudes de naïfs qui se croit informés par son incommensurable ignorance et c’est mon dernier message, vous ne méritez pas , vous et votre bande d’idiots de Shricke, Pierre ernest, Margot, et compagnie, que je perde mon temps à essayer de vous éclairer sur ce que vous croyez savoir alors que vous ne songez qu’à déformer ou ignorer cette simple réalité qui ne vous convient pas uniquement pour y voir les raisons justifiées de votre dogme moribond.
Adieu

Denis Margot

Vous êtes vraiment incroyable, monsieur Rochain. Vous avez une tendance magistrale à redéfinir les paramètres et méthodes pour votre propre compte et à ignorer le travail des autres.

D’où tirez-vous que l’analyse de l’ADEME est partielle et qu’elle exclut 91% des émissions de GES ? L’ACV, comme son nom l’indique, prend en compte le cycle de vie, du début jusqu’à la fin. Avez-vous vu l’ACV ? Pourriez-vous la partager ? Encore une fois, cette accusation est gravissime, car elle remet en cause l’intégrité d’une agence indépendante et de ses collaborateurs, elle remet en cause un des points forts du nucléaire, et si avérée, elle pourrait justifier un autre choix que le nucléaire. Seulement il n’y a que Rochain pour défendre cette piste. Rochain contre l’ADEME, contre ses employés, contre le ministre mis en cause, contre le GIEC, contre (naturellement) l’industrie nucléaire…

D’où tirez-vous que la croûte terrestre ne contient pas d’U (ou si peu) ? De votre lecture partielle et partiale de la colonne 4 d’un article de Wikipedia qui, par ailleurs, cite d’autres sources qui donnent des chiffres totalement différents. Votre explication d’un atome d’U pesant comme 237 atomes d’H est sans intérêt puisque les données sont en unités de masse et on se fout de savoir la quantité d’atomes. Le classement se fait selon l’abondance massique, ce qui est tout à fait pertinent, et c’est vous qui mesurez une masse avec un ampèremètre. Lorsque votre source annonce une quantité 0 (zéro) d’U, la moindre des choses, pour un esprit scientifique comme le vôtre, aurait dû être de remettre en question cette information. Mais non, monsieur Rochain saute sur cette information inespérée qui alimente son parti pris. Ahurissant !
Le dogme ! Parlons-en. Je ne suis pas contre l’énergie éolienne, d’ailleurs, si vous faites un peu de recherche sur mon compte, vous constaterez que j’en fait la promotion, dans un autre contexte, il est vrai. Je crois par contre que le bilan avantages/inconvénients est en faveur du nucléaire sur EPPV, surtout en France. Vous, par contre, vous amassez tous les inconvénients du nucléaire, en les exagérant voire en inventant une réalité alternative, et vous leur opposez tous les avantages de l’EPPV, en les enjolivant, et bien évidemment, EPPV écrase le nuke à plate couture.

Et quand monsieur Rochain est à court d’arguments, il ignore les faits (électricité très compétitive, de qualité, peu gourmande en matériaux, offrant une bonne protection contre les aléas du marché, une technologie sécuritaire, produit peu de déchets, pilotable, contribue de manière significative à la balance commerciale de la France… avec aussi des inconvénients, vous les connaissez mieux que moi, je vous laisse les citer), il accuse les autres d’être des complices et des manipulateurs et il retombe dans son travers habituel : l’insulte vers tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. Du pur trumpisme.

Rochain

C'est simplement écrit sur le site de L'ADEME lui même comme indiqué en réponse à Gautier avec l'adresse du site.
Quant à la colonne 4 c'est la seule qui le donne en proportion relative et de plus plusieurs des autres sont beaucoup plus partielles et les échantillons analyses ne contenant pas d' uranium
Je ne suis pas à court d'argument sur le sujet et il est facile à n'importe qui de montrer que le nucléaire devient de plus en plus cher comme je l'ai déjà fait 100 fois contrairement à vous qui n'avez que des zllegationd vide de démonstration autre que les mêmes allégations de sites d'opinions. Je vois que vous appelez article de Wikipedia une mise en ligne d'études scientifiques.. Joli confusion avec vos sites d'opinion

Serge Rochain

La disponibilité de l'uranium a usage constant des valeurs actuelles sont de l'ordre de 60 ans à 100 ans selon les études .
L'uranium fourni 10% de l'électricité du monde si c'est si merveilleux on ne voit pas pourquoi tous les pays ne se jetteraient pas dessus et le nucléaire pourrait même fournir 100% de de l'électricité du monde et même en supposant que la production électrique n'augmente pas dans l'avenir, le siècle de disponibilité se réduirait à 10 ans ! ! !
même pas le temps de construire un EPR. Voila pourquoi ce n'est pas une solution d'avenir quelque soit le bien que vous en pensiez.
Quant à la surgénération c'est un leurre et je ne le dis pas par hasard : En France c'est 8 réacteurs spécialement conçus qui ont tous échoué dans les objectifs qui leur ont été assignés. Sommes nous maso pour nous être lancé dans l'EPR avec des produits aussi merveilleux ?
Et je ne compte pas les tentatives étrangères notamment américaines, anglaises et italiennes, toutes arrêtés pour non-résultats, sont-ils tous idiots, et nous aussi ?
Le Super Phénix, parmi eux, dont l'arrêt fut tant décrié, était déjà arrêté depuis 6 mois pour une Nième panne lorsqu'il a été décidé d'arréter la gabegie... et les 7 autres c'était aussi les verts ?
En supposant que l'on tire sur la corde jusqu'au bout pour un produit sortit des entrailles de la Terre qui n'est pas en puit sans fond ....et qu'on aille bien jusqu'à 100 ans après on fait quoi ? Alors qu'on a déjà une solution qui peut probablement marcher mais que vous et vos semblables voulaient saboter le plus rapidement possible sans même essayer ... pourquoi si ce n'est pour aller devant le fait accompli nucléaire dont on sait qu'il est un cul de sac inéluctable. Entre temps on aura produit un peu plus de déchets et appauvri la Terre de son atome stable le plus rare que nos descendant auraient pu utiliser plus intelligemment qu'en le transformant en simple énergie que l'on peut obtenir tout aussi facilement sans rien voler à la planète, et cela avec le mécanisme de sa chaleur qui en fait jeter 70% en pure perte.

Schricke

Et le "génie" universel Serge Rochain revient à la charge avec ses arguments éculés qui ont largement passé leur date de "consommation" !... Et il semble toujours croire à ses contre-vérités !... Et, s'il n'en reste qu'un .... S'il n'existait pas, il faudrait l'inventer ! Gardons-le précieusement ! c'est une référence !

Gautier

Rochain n'est toujours pas à une contre-vérité près. Le GIEC, pourtant peu suspect de faire le jeu du lobby nucléaire, a calculé les émissions des différentes sources d’électricité. Il s’agit de l’analyse du cycle de vie (ACV), dit aussi du berceau à la tombe (cradle to grave en anglais). C’est-à-dire qu’il intègre pour le nucléaire toutes les émissions collatérales comme celles de l’usine de Malvesi citée par Madame Frachisse, ainsi que de l’extraction des minerais et des stockages de déchets.

La moyenne mondiale de ces émissions (ACV), selon le GIEC, est pour l’électricité nucléaire de 12 gCO2eq./kWh produit. Pour la France, elles se situent en dessous de la moyenne mondiale, 6 g/kWh, comme l’a enfin reconnu, de très mauvaise grâce d’ailleurs, le Ministère de la transition énergétique et solidaire, et même l’ADEME ! Elles sont même probablement seulement de 4 g/kWh, parce que la France utilise maintenant l’ultracentrifugation pour enrichir l’uranium et ainsi produire le « combustible » des réacteurs nucléaires. Or cette méthode consomme 50 fois moins d’énergie que ne faisait la méthode par diffusion gazeuse utilisée auparavant.

Serge Rochain

Et voici les vérité à la Gautier qui d'une part ne sait pas la différence entre une médiane et une moyenne puisque le GIEC ne parle que de médiane et pas de moyenne, laquelle serait avec les seules données du GIEC de 41,49 !
Quant au 6 g. retenus par certains comme Gautier lui-même, comme étant la mesure ACV, ils ne sont que le facteur d'émission produit par les moyens de traitement préalable à la combustion sur le territoire français comme indiqué par l'ADEME elle même sous le tableau ou le 6 apparait :
https://www.bilans-ges.ademe.fr/documentation/UPLOAD_DOC_FR/index.htm?r…
Ce qui est fait sur le territoire nationale est peanuts (d'où le 6 g.) comparé à ce qui est produit comme GES dans les pays où le minerai est extrait, concassé, puis réduit en fine poudre dissociés ensuit par l'acide pour en extraire le Yellow cake et dont la machinerie diesel, essentiellement, émet dix fois plus de GES que ce qui est ensuite produit par le reste du traitement en France notamment les centrifugeuses à Malvezy près de chez moi.
Aujourd'hui tout le monde utilise les mêmes dispositifs pour ces traitement du yellow cacke et nous ne sommes pas plus intelligent que les américains, les canadiens, les anglais, même les iraniens maintenant.... tous ceux qui recourent à l'industrie nucléaire . Comme d'habitude Gautier se gratouille le nombril. Et pour sa culture, Gautier apprendra que les Canadiens sont les meilleurs sur ce plan, non pas qu'ils soient plus malin que les autres mais ils n'importent pas leur uranium de l'étranger car ils sont parmi les mieux pourvus et surtout par ce que la teneur en uranium de leurs mines est de loin la plus élevée au Monde, 2000 fois plus que celle des mines de Namibie qui est la plus basse comme touts les source africaines.
Il en résulte que les traitements mécaniques et chimiques de séparation de l'uranium de la gangue du minerai sont bien plus réduits que ceux qui doivent être fait pour nos approvisionnement du Kazakhstan, et surtout du Niger.
Gautier c'est le discours du sénateur Longuet qui palabre pendant une heure sur le cycle de vie et ensuite force l'adoption du cycle......français uniquement. Si tous ces politiciens étaient de bonne fois, il n'escamoteraient pas la médiane du GIEC que le ministre de Rugy s'était engagé à faire figurer dans la base de données de l'ADEME mais qui n'y est pas !
Comme d'habitude Gautier se montre égal à lui même en propagateur de fakes news (je me suis marré en lisant que le ministre avait accepté de mauvaise grâce le 6g et il y avait de quoi, car c'est lui qui s'était arrangé de se montage en coulisse avec Longuet. Et tout ça pour se prendre ensuite les pieds dans le tapis avec une soi-disant histoire de faute de frappe accidentelle entre le 6 et le 66 .... à mourir de rire.
Le cycle de vie du nucléaire pour produire un KWh d'électricité, est pour la France comme pour tous les pays non eux même producteurs d'uranium et ne bénéficiant pas de mines à haute teneur, de l'ordre de 66 g par KWh comme le rapporte l'analyse de Benjamin Sovacool qui a compilé une quinzaine d'études portant sur la détermination de l'émission de CO2 selon la source de l'uranium en différents endroits du globe.

Serge Rochain

Mais allez jusqu'au bout Gautier :
AMONT SUR LE TERRITOIRE FRANCAIS ! C'est à dire le traitement du yellow cake arrivé du Niger ou d'ailleurs et que l'on ne met pas tel quel dans le réacteur ..... ne vous montre pas plus bête que vous n'êtes.

Serge Rochain

Encore couvert de ridicule Gautier avec :
Page 111 Tableau 5.6 en 2010 pour la France 88 g CO2/KWh
ou encore page 138 dans l'annexe B1 en 2012 pour la France 75 g CO2/KWh
tout ça à des années lumières des 6 g de CO2/KWh dont vous vous gargarisez mais tellement plus près des valeurs moyennes de ce qui se fait dans le monde pour le nucléaire. Je
veux bien que dans nos 75 ou 88 g (fonction des années) une part soit attribuée au charbon que nous utilisons encore mais nous avions encore à ces périodes jusqu'à 77% de nucléaire dans notre mise électrique plus l'hydraulique.... il en restait peu pour le charbon et le gaz. Alors comment expliquer que les 6 g par KWh du nucléaire et encore moins de l'hydraulique soit noyés dans le CO2 du charbon ?
De toutes les façons il n'est nulle part fait mention de ces 6 g de CO2 par KWh d'électricité produite par le nucléaire seul... vous racontez une fois de plus n'importe quoi en balançant des "preuves" qui ne font que prouver que vous avez tort comme toujours.
Quand allez vous cesser de chercher des bâtons pour vous faire battre

Gautier

88 g CO2/KWh ou 75, c'es le mix moyen de la France, mais page 88, il est rappelé que pour le nucléaire, en se basant sur les données du GIEC, c'est le chiffre de 16 g, bien éloigné de 66 que vous rappeliez plus haut et corrigé en 6 g par le ministre et EDF. Cessez donc de vouloir avoir raison sur tout !

Serge Rochain

C'est décidément l'affolement dans votre tête, les 16 g dont vous parlez sont cité page 90 et non 88 et de plus il concernent une sorte de mixe entre seulement l'hydraulique et le nucléaire et dont on ne sait même pas s'ils sont ACV ou des moyens de traitement nationaux mais..... pour l'ALLEMAGNE :
"Pour l’Allemagne, elle conduit à une surestimation de la production à partir de renouvelables et à une sous-estimation de la production à partir de fioul (Tableau 4.8). Les observations concernant la part d’hydraulique et de celle nucléaire modélisés correspondent au cas réel. Les émissions GES sont plus proches du cas réel avec une surestimation de 16 gCO2éq/kWh en dernière période."
Cessez de partir à la pêche à la recherche de l'introuvable. Il n'y a qu'une façon objective de raisonner :
Soit on a au moins une étude indépendante de tous lobbys concernant le nucléaire français tenant compte des FE de toutes ses sources d'approvisionnement étrangères et on prend le résultat de cette étude, soit il n'y en a pas et on prend la moyenne mondiale, et je vous accorde même cette moyenne de 66 g que vous considérez "honteuse" pour le nucléaire français, mais pas moi, plutôt que les 88 et 75 que je lis dans la thèse que vous exhibez inutilement.
Allez vous passer votre vie à chercher quelqu'un qui aura écrit que la somme des FE du nucléaire français est de 3, ou 4, ou 6, ou maxi 8 g par KWh ? Vous gagnerez du temps à faire l'étude vous même si vous êtes sur de vous, mais n'oubliez pas de la soumettre à l'analyse de vos pairs. Hélas, étant donner votre état d'esprit, je crais qu'elle n'obtienne pas leur aval car il est clair que vous avez déjà écrit la conclusion et que votre étude ne sera qu'un choix des arguments favorables dans le barnum des tous et de leur contraire.
Cessez donc de revenir à la charge régulièrement avec des arguments aussi pourris que votre conclusion, vos erreurs de numéro de page, de vos chiffres dont tout le monde se fiche.....et vos cris de victoire qui résonnent dans le néant des forums avant de vous revenir en pleine figure comme le fait l'écho.

Serge Rochain

A moins que vous ne préféreriez, toujours page 90 :
"Pour la France, l’optimisation est proche de la réalité en termes de composition du mix de production, avec une surestimation du nucléaire (7 %) et l’absence de charbon et de fioul en sortie du modèle alors qu’ils représentent encore 6 % du mix réel (Tableau 4.8). Les observations suivantes peuvent également être faites : estimation correcte de la part des renouvelables, légère sous-estimation de la part du gaz. Concernant les émissions GES, le modèle s’éloigne du résultat réel et avec une valeur d’émissions de 64 gCO2éq/kWh plus basse que celle réellement observée en dernière période."

Collin

Seul le dihydrogène serait capable de permettre la survie de notre civilisation . Pour en fabriquer massivement en remplacement des millions de tonnes de pétrole que l'on consomme il faut de l'électricité que seul le nucléaire peut
fournir . Le combustible pour la fusion est composé de deux isotopes de l'hydrogène le deutérium et le tritium ;
il y en a en abondance . Espérons que ITER va fonctionner . Sur un graphique ,la consommation d'énergie et le PIB
sont représentés par deux droites parallèles croissantes depuis la révolution industrielle . Si cette consommation d'énergie décroit ,il est facile d'en imaginer le conséquences dramatiques.

Serge Rochain

ITER va fonctionner pour ce qu'il est construit, mais ce n'est certainement pas ce que vous pensez. ITER est un démonstrateur qui ne fonctionnera que quelques dizaines de minutes en moyennes tous les 4 à 6 mois, selon l'objectif de l'essai, et cela durant environ 12 à 15 ans. C'est à dire qu'il ne fonctionnera durant sa vie que 3 à 4 heures en tout.
Son Objectif n'est pas de fournir de l'électricité mais de valider expérimentalement que l'on peut produire pas la fusion plus d'énergie que l'on en a consommé pour la produire, durant quelques minutes. Cet exploit, car c'est est un n'a pour l'instant été accompli par aucun Tokamak . Jusqu'à présent tous ces titre racoleurs rapportant que tel tokamak Sud Coréen ou anglais ou russe.... ou.... a atteint la température de 120 ou 150 millions de fois celle du cœur du Soleil ont tous consommé plus d'énergie qu'ils n'en n'ont produite.
Aucun, pas même ITER n'est aujourd'hui capable de produire de l'électricité, et sans vous faire de peine, je ne suis pas du tout certain que l'on y parviendra un jour tant le défi est complexe. Sachez que la masse inertielle de protection thermique qui confine la chaleur de seulement 12 millions de degrés au cœur du Soleil représente une coquille de plasma de 330 000 fois la masse de la Terre, je ne vois pas comment on pourra faire une enceinte d'isolation ayant les mêmes capacités thermo-isolantes sur Terre. Aujourd'hui ce défis n'est pas encore abordé par ITER, lui doit se contenter de prouver durant quelques minutes qu'il produit plus qu'il ne consomme et c'est déjà un sacré pari car tenir 120 millions de degrés confiné dans quelques dm3 durant 2 à 3 minutes est déjà un exploit.

MycleSchneider

Ce n'est pas la première fois que CDE modifie une dépêche AFP sans le préciser – une pratique douteuse. Le rajout "443 réacteurs nucléaires sont « opérationnels » dans le monde au 4 mars 2021 selon les données de l'AIEA" appelle le commentaire suivant :
L'AIEA compte dans ce chiffre 33 réacteurs "in operation" et 0 dans sa catégorie "Long Term Shutdown", alors que 24 de ces réacteurs n'ont pas produit d'électricité depuis de nombreuses années, dont Kashiwasaki-Kariwa-2, -3 et -4 depuis 2007 (voir pour le détail dans le WNISR2020 À https://www.worldnuclearreport.org/The-World-Nuclear-Industry-Status-Re…). WNISR considère que c'est une déformation grossière de la réalité industrielle de continuer à compter ces réacteurs "en fonctionnement" et a créé en 2014 une catégorie "Long Term Outage" pour ces cas précis. En dehors du Japon, à la fin 2020, 5 autres réacteurs sont dans cette catégorie (2 en GB, 1 chaque en Chine, Corée du Sud et Inde).

Postyt94

Merci Monsieur Rochain,
Pour vos explications très scientifiques mais toujours très pédagogique.
Ça fait vraiment plaisir de lire de vrais informations, surtout au milieu de celles des "Colporteurs de la Bêtise humaine" ...

Serge Rochain

Vous savez, Vous pouvez être l'homme le plus riche du monde, et même un commerçant génial, et aussi un ancien informaticien assez compétent pour s'être fait connaitre dans les traducteurs de langages avant de devenir par un énorme coup de chance, mais qu'il a le mérite d'avoir su saisir au passage, et n'avoir pas plus de compétence que mon coiffeur pour dire ce qui est bon pour produire de l'énergie électrique.

Serge Rochain

Je connais d'autres polytechniciens (entre nous Bac+5) qui vous dirons exactement l'inverse. Mais le vrai problème c'est que les gens comme vous, faute de connaissances personnelles, ne font qu'épouser les thèses des gourous sans même comprendre de quoi il s'agit et passent leur temps sous le parapluie de leur dieux.

Gautier

Mais la réalité semble donner raison à ces "gourous", tant sur le contenu carbone de la production d'électricité que sur le coût pour les consommateurs. Vous défendez encore votre "pré carré" et cela rapporte grâce aux tarifs bonifiés (accordés aux ENR) et à la priorité d'injection sur le réseau. Vous en savez quelque chose !

Schricke

Le tout serait de savoir avec certitude, où se situent "les colporteurs de la bêtise humaine" ? Vous semblez avoir, dans ce domaine, certaines certitudes... Comme un certain Mr Rochain ?
Personnellement je préfère ceux à qui il arrive de douter !... Mais, c'est chacun son truc !

Postyt94

Ben oui,

Et le capitalisme philanthropique ça sert à faire du pognon avec la misère des autres.

Depuis qu'il a placé ses fonds dans sa fondation, il a multiplié sa fortune par 2 en ... moins de 5 ans.

Bref c'est pas vraiment l'Abbé Pierre, votre référence "philosophe"

Encore un mauvais choix ... mais bon je ne voudrais pas chambouler vos habitudes ...
Bon week-end ...

Gautier

Pour en revenir aux propos de Rochain, il n'est pas question de développer un mix mondial basé uniquement sur le nucléaire dont les ressources, dans l'état actuel des filières et des connaissances, sont évidemment limitées, mais faire le procès uniquement à charge sur le nucléaire civil sans s'interroger sur la face sombre des "renouvelables" (dont est actionnaire Rochain) à travers la "transition écologique", est assez remarquable de sa part. https://www.courrierinternational.com/article/la-une-de-lhebdo-la-face-…

Serge Rochain

Il a toujours été de très bon ton de faire le buzz en racontant n'importe quoi avec des airs de Sherlock Holmes ayant découvert un groupe de conspirateurs désirant s'emparer des richesses de la planète en pillant ses honnêtes citoyens. Ca a toujours beaucoup de succès auprès des cons pirationistes très fiers d'être initié de ces sombres affaires. On a l'impression d'être au-dessus du pauvre peuple ignorant car on sait, on a démasqué les escrocs...
Vous me fatiguez Gautier, et commencez vraiment à devenir plus qu'indésirable.
Adieu, c'est fini

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet