Réduction des émissions de CO2 dans l'UE : le regard de Carole Mathieu (Ifri) sur les nouveaux objectifs

  • AFP
  • parue le

Un effort "massif" dans le domaine des transports, et la nécessité de "resserrer la vis" aux industries polluantes : voilà selon Carole Mathieu, chercheuse à L'Institut français des relations internationales (Ifri), deux clés pour atteindre l'objectif de réduction des émissions de CO2 tout juste fixé par l'UE.

Les Européens ont donné leur feu vert à une baisse nette de leurs émissions d'"au moins 55%" d'ici à 2030 par rapport au niveau de 1990, afin d'atteindre en 2050 la neutralité carbone. Reste maintenant à mettre en musique concrètement cet objectif au niveau des États, des usines, des voitures, alors que la cible est d'ores et déjà jugée insuffisante par de nombreuses ONG.

"Jusqu'ici il y a eu une concentration des efforts sur la décarbonation du secteur électrique" pour promouvoir les énergies vertes, rappelle la chercheuse, pour qui ce chantier est "bien engagé". Elle souligne néanmoins que l'objectif fixé par l'UE "ne veut pas dire qu'il n'y aura plus de centrales au charbon" en 2030, mais "qu'il faut une décrue très nette". Les 27 ont en effet pris soin dans leur accord, annoncé après un sommet marathon, de préciser que chaque État gardait le droit de choisir son "mix énergétique", c'est-à-dire comment il produit son électricité, que ce soit au gaz, au charbon, avec des éoliennes ou des réacteurs nucléaires.

"Si la décennie passée a été celle des efforts dans le domaine énergétique, pour celle qui s'ouvre c'est vraiment les transports qui seront la clé", et d'abord "les voitures et les camions", estime Carole Mathieu. En 2030, les Européens rouleront-ils donc tous en voiture électrique ? Il y aura en tous cas "de fortes incitations" selon elle, et des normes toujours plus contraignantes sur les moteurs thermiques.

Autre chantier essentiel selon l'experte : remettre sur le devant de la scène le principe du "pollueur-payeur", en réformant le marché du carbone, sur lequel les entreprises achètent des quotas couvrant leurs émissions. "Jusqu'ici il y a des allocations gratuites (de ces "permis de polluer", NDLR) pour certains industriels", entre autres pour éviter les délocalisations. "Il va falloir les revoir", juge-t-elle, pour que le système devienne réellement dissuasif.

Le grand chantier de l'agriculture

Mais sans briser la "compétitivité", explique Carole Mathieu. "Si les industriels vont polluer ailleurs qu'en Europe, sur le plan du climat c'est inefficace, par ailleurs cela crée d'importants risques sociaux et aussi d'acceptabilité politique" des réformes environnementales.

Et d'évoquer certaines pistes, comme par exemple "équiper chaque cimenterie", une activité particulièrement polluante, d'un "système de capture et stockage du carbone", une technologie toutefois encore balbutiante, avec des subventions si besoin est.

"L'Europe prend garde de ne pas être trop prescriptrice" dans aucun des secteurs concernés, souligne Mme Mathieu, qui suivra de près des propositions législatives de la Commission européenne, promises d'ici à juin 2021, sur les voitures comme sur les quotas carbone. Elle rappelle que certaines décisions - comme par exemple l'adoption d'une fiscalité plus "verte", avec la mise en place de taxes carbone - sont du seul ressort des gouvernements.

Reste, selon Carole Mathieu, un autre grand chantier, celui de l'agriculture. "C'est un secteur qui n'était pas du tout incité (jusqu'ici) à réduire ses émissions", estime-t-elle. La chercheuse imagine par exemple des efforts accrus autour de la préservation des forêts et autres "puits" naturels de carbone. Tout en soulignant que dans le secteur agricole et dans certains pans de l'industrie "on manque encore de solutions techniques" pour décarboner, alors que pour les transports, "la voiture électrique, on comprend déjà comment ça peut fonctionner."

Quant à ce qui concerne la manière de s'alimenter, de voyager, de consommer des Européens, "cela implique aussi des choix de société, des questionnements sur le modèle de croissance qui ne se règlent pas pendant un Conseil européen."

Commentaires

Michel DESPLANCHES

Très bien d' avoir enfin compris que ce n' était pas dans le seul secteur énergétique électrique que se jouaient les objectifs de réduction des émissions : mais maintenant, que ce soit dans les transports ou le machinisme agricole, il reste à mettre au point les outils fiables pour y parvenir, ce qui ne passe certainement pas par le tout électrique, qui ne fait que déplacer les problèmes au lieu de les résoudre. L' idéal serait de transposer l'énergie nucléaire à la mise en oeuvre de moyens de transport lourds basés sur des petits réacteurs, comme on sait le faire pour les sous-marins...

Jean FLUCHERE

Les seuls moyens , en France, pour continuer à agir sur les émissions de CO2 est de rénover énergétiquement le bâti ancien et décarboner le transport. L'électricité est déjà décarbonée par le nucléaire (6g CO2/kWh) et l'hydraulique.
Mais ces deux priorités n'avanceront que si l'on incite financièrement les propriétaires et les bailleurs à rénover thermiquement le bâti et les acquéreurs d'automobiles propres. Or l'argent de l'Etat finance aujourd'hui prioritairement les moyens intermittents de production d'électricité. Et l'Etat pour financer ces deux moyens importants de réduction de nos émissions doit cesser rapidement de financer des moyens de production intermittents d'électricité dont nous n'avons pas besoin et d'arrêter des installations nucléaires en parfait état de marche. Ceci par panurgisme avec les Allemands.

Abbé

L'histoire du CO2 va s'arranger : la conservation du vaccin Covid n'est possible que dans la glace carbonique (-60°). De grandes quantités de CO2 ambiant vont ainsi être recyclées en glace. Tout bénef !

Ajouter un commentaire

Sur le même sujet