Près de 95% des producteurs de gaz et de pétrole prévoient d'étendre leur activité selon des ONG

  • AFP
  • parue le

Quelque 95% des producteurs de pétrole et de gaz explorent ou prévoient de développer de nouvelles réserves d'hydrocarbures, selon un rapport produit par l'ONG allemande Urgewald et 20 ONG partenaires, publié jeudi en pleine conférence climat de l'ONU.

La moitié de ces productions nouvelles repose en outre sur l'exploitation de pétrole et de gaz non conventionnels (de schiste, sables bitumineux, forages en Arctique, en eaux très profondes...), pointe cette Global Oil and Gas Exit List (GOGEL), qui analyse les plans d'investissement de 887 compagnies représentant près de 95% de la production mondiale d'hydrocarbures.

Ce constat arrive alors que les appels au nom du climat se multiplient pour se détourner des énergies fossiles. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) souligne que, pour arriver à la neutralité carbone en 2050 et garder le réchauffement à +1,5°C, le monde doit abandonner dès aujourd'hui tout nouveau projet.

L'essor continu du secteur s'accompagne de projets d'infrastructures de transport, note le rapport : 211 849 km d'oléoducs et gazoducs sont en développement, "la moitié de la distance entre la Terre et la Lune".

Les projets de terminaux de gaz naturel liquéfié (GNL) actuellement prévus doubleraient la capacité mondiale de GNL, ajoute le rapport, qui se veut la première base de données publique exhaustive sur l'industrie pétrolière et gazière, sur le même modèle que la liste sur les actifs charbon (GCEL), produit par Urgewald et devenu un outil aussi pour la finance.

Les majors sont parmi "les expansionnistes les plus agressifs", soulignent les Amis de la Terre France et Reclaim Finance, qui ont participé à l'étude et mentionnent notamment TotalEnergies, classée 1re pour le développement de production pétrolière et gazière en Europe et 7e au niveau mondial. Quinze multinationales concentrent plus de 50% de l'expansion de production prévue à court terme.

Les associations appellent gouvernements et acteurs de la finance à se saisir de cet outil pour mettre fin à tout soutien à l'expansion des énergies fossiles. En France par exemple, à l'exception de la Banque Postale, l'Ircantec et la MAIF, les gros acteurs de la Place de Paris n'ont toujours pas pris de mesures pour cesser de soutenir l'expansion pétro-gazière, invoquant notamment le manque de données accessibles, pointent Reclaim Finance et les Amis de la Terre.

"Il sera désormais très facile pour les banques, assureurs et investisseurs de faire le tri entre le greenwashing et les vrais plans de transition des entreprises pétro-gazières", souligne Alix Mazounie, chargée de campagne à Reclaim Finance. Le ministre français de l'Économie "Bruno Le Maire a un outil clé en main pour imposer au secteur financier la stratégie de sortie des hydrocarbures non conventionnels qu'il appelait de ses vœux il y a un an," a-t-elle ajouté.

Ajouter un commentaire

Suggestion de lecture