Rolls-Royce va construire des petits réacteurs nucléaires au Royaume-Uni

  • AFP
  • parue le

Le motoriste britannique Rolls-Royce a annoncé mardi qu'il allait construire de petits réacteurs nucléaires "à bas coûts" au Royaume-Uni "à la suite d'une levée de fonds réussie" auprès d'un consortium d'investisseurs.

Rolls-Royce, BNF Resources et le groupe de nucléaire américain Exelon Generation Limited vont investir conjointement 195 millions de livres sur trois ans, et le gouvernement britannique va injecter 210 millions de livres par l'intermédiaire de l'agence gouvernementale UK Research and Innovation, un investissement "déjà annoncé par le Premier ministre dans son plan en dix points pour une révolution industrielle verte".

D'après la presse britannique, BNF Resources est un véhicule d'investissements appartenant à la famille française milliardaire Perrodo, fondatrice du groupe pétrolier Perenco.

Rolls-Royce dit qu'il va continuer à "chercher activement d'autres financements" et va travailler à identifier des sites "pour les usines qui vont fabriquer les modules qui permettront un assemblage sur place", d'après un communiqué. Ces activités pourraient "créer jusqu'à 40 000 emplois, à travers leur déploiement au Royaume-Uni" et les activités d'exportations, a relevé le directeur général de Rolls-Royce Warren East, cité dans le communiqué.

Le ministre de l'énergie et des entreprises Kwasi Kwarteng a pour sa part ajouté que "les réacteurs modulaires de petite taille (SMR) offrent des opportunités enthousiasmantes de couper les coûts dans notre utilisation déjà en repli des carburants fossiles" afin de générer "de l'électricité propre".

L'action du groupe bondissait de 4,56% à 148,22 pence vers 09h00 GMT.

Le Royaume-Uni s'est engagé à décarboner son électricité d'ici 2035 et le gouvernement compte largement sur l'éolien en particulier offshore, mais aussi sur le nucléaire. Il y a actuellement 15 réacteurs dans le pays sur huit sites, mais beaucoup sont en fin de vie.

Le projet d'une grosse centrale mené par EDF, Sizewell C, a été plombé par les retards à cause de difficultés de financements et complications politiques. Le gouvernement souhaite notamment écarter le chinois CGN, minoritaire, même s'il n'a pas annoncé de décision pour l'instant.

Une seule centrale nucléaire est actuellement en cours de construction et elle devrait être opérationnelle dans quelques années : Hinkley Point, projet porté lui aussi par EDF et le chinois CGN. Les réacteurs de plus petite taille sont cités depuis des mois comme une solution plus facile à financer et mettre en œuvre. Le groupe vise une entrée en fonction "au début des années 2030".

"Une seule centrale fonctionnant à partir d'un SMR occupera la taille de deux terrains de football et pourront alimenter en électricité environ un million de logements", poursuit le communiqué de Rolls-Royce. Ces centrales seront construites et assemblées aux neufs dixièmes en usines, principalement dans le nord du pays où "il y a une expertise nucléaire existante importante", avec une chaine d'approvisionnement "britannique à 80%", affirme le groupe.

Commentaires

dédé 29

Il va bien falloir les exploiter , les entretenir et surtout les protéger ces "petits réacteurs" que l'on va mettre partout dans la nature ..

Vlady

Ont-ils prévu que faire des déchets , et surtout du combustible usé ?? En fait , c ' est par là qu 'on devrait commencer , non ?? Parce que "assainir" Paul pour "polluer" Jacques , ça n ' a pas de sens !!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Suggestion de lecture