Taxonomie verte : le Luxembourg et l'Autriche contre l'inclusion du nucléaire

  • AFP
  • parue le

Le Luxembourg et l'Autriche, à la suite de l'Allemagne, ont réaffirmé vendredi leur farouche opposition à l'inclusion du nucléaire dans la labellisation des énergies "vertes" de l'UE, espérant être rejoints par Berlin pour poursuivre en justice, le cas échéant, le projet de la Commission.

"L'inclusion du nucléaire enverrait le mauvais signal. Ce n'est pas économique et ce n'est pas une énergie de transition non plus, cela prend trop de temps", a déclaré à l'AFP Carole Dieschbourg, ministre luxembourgeoise de l'Environnement en marge d'une rencontre à Amiens avec ses homologues européens.

Réunis depuis jeudi, les ministres des Vingt-Sept discutent du projet dévoilé fin décembre par la Commission européenne ("taxonomie verte"), qui classe comme "durables" les investissements dans les centrales nucléaires et à gaz, afin de faciliter le financement des activités contribuant à réduire les gaz à effet de serre.

Les États membres ont jusqu'à ce vendredi pour réclamer des modifications, avant publication du texte final. Des risques sécuritaires en passant par l'incertaine gestion des déchets, "il y a des raisons juridiques (de s'opposer à l'inclusion du nucléaire). Ca serait du greenwashing. Nous saluerions une participation de l'Allemagne à l'action en justice" qu'envisagent le Luxembourg et l'Autriche, a déclaré Mme Dieschbourg.

Inclure l'atome "n'est pas acceptable pour nous, cela affecterait la crédibilité de la taxonomie. Il serait trompeur d'appeler +durables+ des énergies qui ne le sont pas, qui ne sont pas sûres, qui n'ont pas résolu les problèmes du passé, trop chères et trop lentes pour contrer le changement climatique", a renchéri la ministre autrichienne de l'Environnement Leonore Gewessler.

Interrogée par l'AFP, elle a réaffirmé la volonté de l'Autriche d'"engager une action en justice" aux côtés du Luxembourg "si la Commission continuait dans cette voie", rappelant que "la discussion est intense dans de nombreux pays".

Réaction prudente du secrétaire d'Etat allemand Stefan Tidow: "Pour l'heure, nous travaillons sur notre réponse (au projet), puis la Commission présentera un nouveau texte, que nous analyserons juridiquement", a-t-il souligné. Berlin juge cependant le nucléaire "ni durable, ni économique" et s'oppose à son inclusion.

Après analyse des observations des États, la Commission doit publier "rapidement" son texte final sur la taxonomie, qui sera considéré définitivement adopté quatre mois plus tard, sauf rejet par une majorité simple au Parlement européen ou par une majorité qualifiée de 20 États.

Ce seuil paraît actuellement hors de portée: une douzaine d'États soutiennent l'inclusion de l'atome, dont la France, confrontée à un mur d'investissements pour relancer sa filière nucléaire, source d'énergie stable et décarbonée, parallèlement aux énergies renouvelables intermittentes.

Des pays d'Europe centrale, comme la Pologne, qui doivent remplacer leurs polluantes centrales à charbon par des centrales à gaz, défendent aussi le texte.

Commentaires

Thomas

C'est certain que le charbon c'est mieux...
https://www.connaissancedesenergies.org/datteln-4-une-nouvelle-centrale…
L'atome est une énergie extrêmement dense, peu carbonée et les réserves en Uranium sont importantes. Une fois que les énergies renouvelables intermittentes associées à des systèmes de stockage et d'équilibrage complexes auront démontrées leur capacité à fournir de façon stable un pays tout entier, alors il sera peut être temps de démanteler / stopper le nucléaire pour règler le problême des déchets. Le faire maintenant et devenir dépendant du gaz Russe pour la pointe est un pari trop risqué! La durée de vie des déchets du nucléaire ne sera plus un problème si nous ne traitons pas le CO2 et le problème climatique et que notre monde collapse....

abadie

Eh bien si ces pays veulent engager une action en justice contre ceux qui veulent utiliser le nucléaire comme énergie, nous pourrons engager une action en justice contre ceux qui utilisent le charbon et le gz comme dangereux pour le climat et malsain pour la santé. L'Allemagne pourra remplacer ses centrales au charbon et au gaz par des vélos distribués à toute la population afin qu'ils produisent de l'électricité.

Lecteur 30

Bravo Abadie ! Sus au charbon et au gaz, fortement émetteurs de gaz à effet de serre (à nos frontières !) - que ces pays se limitent au 100% renouvelables intermittents, et sans espoir d'importer en provenance de France des MWh nucléaires, ce qu'ils ont assez régulièrement fait jusqu'à maintenant. Chacun pour soi et tant pis pour la solidarité et l'idée européenne et pour un marché électrique intégré !l

BrigitteMB

On s’aperçoit maintenant (mesures par satellite) que du point de vue climat les centrales au gaz sont aussi nocives que les centrales au charbon, à cause des fuites importantes de méthane des exploitations pétrolières et gazières.
Pas sûr que les polonais fassent une bonne œuvre pour le climat en remplaçant leur charbon par le gaz russe.
Mais curieusement cela ne dérange pas nos amis Luxembourgeois (les plus gros émetteurs par habitant de l'UE), Autrichiens et Allemands. (tous aussi parmi les plus gros émetteurs par habitant).

EtDF

Un point qui doit gêner beaucoup les Habsburg-Lorraine c'est de n'être peut être pas tout à fait suivi par les Hohenzollern. Plus techniquement les futurs générateurs nucléaires (fission) vont être capable dans la génération IV et les SMR conçus ainsi, à digérer tous les éléments que l'on classe actuellement vulgairement parlant de déchets... Or la mode inspirée en partie par les vert-ueux est de recycler. Or les futures centrales nucléaires vont être capables de digérer tous les isotopes "chauds"générés par toutes les générations de réacteurs jusqu'aux actuels EPR. A ce titre de nombreux projets sont développés dans le monde (USA, Russie, Chine, UK et beaucoup d'autres, la France.. on en parle enfin) et surtout la Chine met déjà en route des prototypes de grande taille. Le fait que nous avons aussi un stock très important de matière enrichie (initialement à fin militaire) assurera l'essentiel de l'indépendance française, pour longtemps déjà, aux énergies fossiles (pour ce qu'il en reste) et à l'intermittence, maladie contagieuse qui vient du Sain Empire... Que l'Autriche compte sur son hydraulique, que le Luxembourg compte sur ce qu'il n'a pas (à part les banques).. tant mieux pour eux.. Je ne crois pas que L'Autriche et le Luxembourg aient jamais fourni 1 kWh électrique à ses voisins. Mais la roublardise germanique cherche à nous démunir de toute puissance énergétique indépendante, pour mieux ramasser les billes industrielles par la suite.. sauf s'ils se cassent le nez dans la verdure théorique et ..leurs centrales d'appoint au gaz russe... Qu'attendons nous pour les traduire en justice d'intense pollution de l'atmosphère européenne (CO2 + méthane) sachant aussi que les fréons européens sont exclusivement fabriqués.. en Allemagne!
Mais si l'Europe doit péter.. qu'elle pète... Le citoyen français paye déjà assez cher le kWh propre et produit à bon marché pour vendre à plus bas prix (ARENH) l'électricité à des voisins idéoillogiques intermittents (6 à 10% de notre production!). Qu'on appelle DHL pour leur livrer rapido les "déchets" qui en résultent..

Roland CHARLOU

"Mais la roublardise germanique", vous n'avez pas une guerre de retard par hasard ?

Jean BLIN

Le Luxembourg, dit Grand Duché mais qui est de petite surface métrique quoique de grande surface financière en tant que paradis fiscal peut-il se couvrir de suffisamment d'éoliennes et de panneaux photovoltaïques pour son indépendance électrique, lui qui importe 76 % de son électricité pour des luxembourgeois goulus qui consomment 4,1 fois plus que la moyenne mondiale, 89 % de + qu'un français et même 3 % de + qu'un américain ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.