Transport de gaz: Canberra rejette officiellement une offre hongkongaise

  • AFP
  • parue le

L'Australie a officiellement dit non à une offre de plus de huit milliards d'euros présentée par le consortium hongkongais CK pour racheter la plus grosse compagnie nationale de transport de gaz, la jugeant "contraire à l'intérêt national".

La décision du ministre du Trésor Josh Frydenberg est la dernière en date d'une série de mesures destinées à limiter l'implication de la Chine dans les projets d'infrastructure, dans un contexte d'inquiétudes quant à l'influence croissante de Pékin dans la région.

"Le consortium mené par CK Asset Holdings Limited (CK Group) a été informé de ma décision finale qui est que l'acquisition du groupe APA serait contraire à l'intérêt national", a déclaré le ministre dans un communiqué publié mardi soir. "Je suis parvenu à cette conclusion en constatant que le projet signifierait qu'un seul groupe étranger serait le seul propriétaire et aurait le seul contrôle de notre entreprise de transport de gaz la plus importante".

Cette annonce officialise un rejet préliminaire rendu il y a deux semaines. L'offre qui aurait vu CK groupe verser 13 milliards de dollars australiens (8,2 milliards d'euros) pour racheter APA, propriétaire de 56% du réseau australien de gazoducs (15 000 kilomètres).

CK Infrastructure Holdings - membre du consortium au même titre que CK Asset Holdings et Power Assets Holdings - possède plusieurs entreprises clés en Australie, dont le fournisseur d'énergie Duet Group, acquis en 2017, et le distributeur de gaz Envestra, racheté en 2014.

Les relations entre la deuxième économie mondiale et l'Australie sont déjà tendues. Canberra a empêché les géants chinois Huawei et ZTE de participer au réseau 5G de l'immense île-continent, invoquant des raisons de sécurité nationale. La compétition entre les deux pays a été mise en lumière par les récents sommets de l'Asean et de l'Apec, où Canberra a annoncé une série d'initiatives de défense et d'infrastructures destinée à contrebalancer l'influence chinoise dans la région.

Ajouter un commentaire