Une commune dans le Tarn-et-Garonne dit « stop » au solaire photovoltaïque face à un 3e projet de parc

  • AFP
  • parue le

Avec deux parcs photovoltaïques et un troisième en projet dans leur commune, des habitants du Tarn-et-Garonne se mobilisent pour éviter de devenir "la capitale du panneau solaire", estimant qu'ils ont déjà suffisamment contribué à la transition écologique.

"On n'est pas contre, mais Bessens ne peut pas être le pays du photovoltaïque", affirme Eric Escabasse, président de la société de chasse de ce village situé à une vingtaine de kilomètres de Montauban. Au volant de sa voiture, il parcourt les chemins boueux bordés de chênes qu'il connaît par cœur et où il avait l'habitude de chasser avant que 34 hectares soient recouverts de panneaux photovoltaïques.

Le troisième projet à l'étude sur la commune ne passe pas pour cet homme de 57 ans qui mène la fronde. "J'espère avoir des petits-enfants, mais je ne veux pas les promener au milieu des panneaux solaires", explique-t-il à l'AFP.

Pour le maire, Adrien Raphet, âgé de 34 ans, une implantation supplémentaire serait un non-sens. Sur cette commune de 1 500 habitants se produit déjà l'équivalent de la consommation annuelle en électricité de 15 000 personnes, hors chauffage. "De notre côté, l'effort a été fait. On demande à ce qu'il soit réparti", souligne le jeune édile.

Sans bénéfice direct

Ce troisième projet, porté par Valorem, entreprise basée en Gironde, a fait l'objet d'une enquête publique, dont la synthèse doit être remise à la préfète du Tarn-et-Garonne, décisionnaire sur le sujet. Il concerne un peu plus de 11 hectares où seraient produits 12 GWh selon Valorem, de quoi couvrir les besoins de plus de 17 000 usagers, hors chauffage.

Une pétition, portée par Eric Escabasse, a recueilli plus de 600 signatures de Bessinois qui y sont opposés. "On se sent spoliés, on sacrifie notre territoire et on n'a rien en retour", estime Adrien Raphet, selon lequel "la transition ne peut pas se faire contre la population". Sollicitée par l'AFP, la préfecture du Tarn-et-Garonne n'a pas souhaité s'exprimer.

À Bessens, la colère est alimentée par les deux premiers parcs, dont les travaux ont perturbé le quotidien des habitants, sans leur bénéficier directement. L'entreprise qui les a bâtis ne verse que 3 000 euros par an à la municipalité pour l'utilisation des chemins communaux.

Valorem en propose 45 000. "On arrive selon nous avec un bon projet, mais trop tard", estime Frédéric Petit, responsable de l'entreprise pour l'Occitanie. "Si les deux premiers parcs n'avaient pas été construits, ça se serait passé complètement différemment." Un avis que partage Eric Escabasse : "On savait bien qu'il fallait faire la transition écologique, mais on pensait qu'ils allaient mettre ces parcs et que ça allait s'arrêter".

C'est la proximité d'un point de raccordement au réseau électrique qui attire les producteurs d'énergie solaire. Pour empêcher tout nouveau projet, le maire entend sanctuariser le secteur grâce à son classement prochain en zone naturelle réservoir écologique (NRE) par l'intercommunalité.

Solution alternative

Il propose également une solution alternative en prônant l'utilisation des toitures de la zone d'activités de 400 hectares située dans la commune voisine de Montbartier. Une possibilité qu'envisage Valorem, sans toutefois renoncer au projet à Bessens. "Plus qu'une alternative, c'est complémentaire", affirme Frédéric Petit. "Pour arriver à la souveraineté énergétique, les toitures, ça ne suffira pas : il faudra des parcs au sol, de l'éolien, de la méthanisation..."

Les Bessinois envient le sort d'Urriés, en Espagne, localité avec laquelle leur commune est jumelée et où une centrale solaire pourrait voir le jour, permettant aux habitants de ne plus payer l'électricité. "Dans ce cas-là, on se dirait que ça vaut le coup, qu'ils nous ont pris un terrain, mais qu'on a un retour. Mais maintenant, c'est trop tard", juge Eric Escabasse.

Les opposants, qui dénoncent le défrichage de sept hectares de forêt et craignent des problèmes lorsque viendra le temps du démantèlement des installations, ne rendent pas les armes. "On se bat contre des grosses sociétés", souffle toutefois Eric Escabasse, qui attend de pied ferme la décision préfectorale.

Si un projet solaire de 75 hectares a fini par être abandonné en Aveyron fin mars, le fer de lance des anti-voltaïque de Bessens confie qu'il n'est "pas optimiste".

Commentaires

sirius

Les éoliennes détruisent les paysages et voici que le P-V ajoute au désastre .Quand va -t-on comprendre que la production d'électricité ne donne pas tous les droits aux lobbys ?

Pierre 29

Les décideurs et autres responsables sont pour la plupart citadins, loin des éoliennes et des champs de PV...

Attia

Ce que vous dites et vrai, mais le fond de la question est avant tout dans l'extraordinaire rente que PV et éoliennes rapportent aux financiers, aux frais du contribuable. C'est rentable comme le commerce des armes.

@Vlady

sirius : de quels lobbys parlez-vous? Éolien , solaire , nucléaire , gazier ?? Quel que soit le choix , il y aura toujours un lobby derrière , une production artisanale ,ça ' existe plus !!

Serge Rochain

Ils reclament maintenant une centrale nucléaire parce qu'ils croient que les communes et les habitants sur les territoires desquelles se situent les centrales nucléaires leur apportent quelque chose et que certainement ils pourraient chasser dans l'enceinte des centrales. Il est effectivement difficile d'être plus buttor qu'un chasseur. Vous vous rendez compte ? Ils ne pourrait plus chasser ! C'est incroyable un truc pareil !

Keke82

Bonjour Pierre,

Pour répondre efficacement à votre question les promoteurs du projet PV de Bessens donnent une puissance de 9 MW pour 11,7 hectares.
La centrale nucléaire de Golfech située dans le Tarn et Garonne est composée de 2 réacteurs de 1300 MW.
Il faudrait donc 3380 hectares pour obtenir une centrale PV de puissance équivalente, et environ 10000 hectares pour une production d'énergie similaire.

Serge Rochain

L'article ne cite pas vos 9 MW de puissance que vous tenez donc d'ailleurs. En revanche il cite bien 12GWh de production (annuelle) pour 11 hectars.
Partant de ces donnés et de ceux officiels de la centrale de Golfech dont le facteur de charge est voisin de l'ensemble du parc avec 60% de facteiur de charge en 2021 j'obtiens une surface un peu supérieure à la votre avec 12 000 hectars au lieu de vos 10 000 pour la production équivalente à celle de Golfech.
Donc on est bon en prenant 11 000 hectars moyenne des deux modes de calcul.
Bien cordialement

Attia

Il n'est nul besoin d'aller chercher "ailleurs" les 9 MW de puissance, minuscule Rochain. Connaissant le facteur de charge de l'éolien dans le Tarn, on parvient très aisément à cette valeur à partir de 12 GWh.
Vous arrivez à suivre ?
Par ailleurs, ces 12 GWh de production revendiqués par le promoteur ne permettent absolument pas de couvrir les besoins de 17 000 usagers, même hors chauffage :
la CRE évalue la consommation d'un ménage moyen (2,2 personnes) à 4600 kWh annuels. Tous calculs faits, les 12 GWh couvriront les besoins de 5700 personnes environ.
En supposant que ces personnes n'ont aucun besoin électrique d'une autre nature que domestique...
Ce n'est pas tout : encore faut-il qu'il y ait du soleil quand ces personnes ont besoin d'électricité. La production PV tombe à zéro assez souvent.
Sans le nucléaire que vous rejetez, il faudra passer par le méthane, très polluant par lui-même, et grand producteur de CO2, le vent ayant quant à lui la propriété de n'être pas constant.
You see ?

Serge Rochain

Quand l'ignorant Attia explique que le nucléaire est indispensable..... pour ma part, je pense qu'Attia est inutile.

Attia

Toujours aussi élégant, minuscule Rochain.
Quant à votre utilité, ce n'est pas à moi d'en juger : vous avez une place dans "la comédie humaine".
Je ne peux pas être plus charitable à votre égard.

Serge Rochain

Une centrale ne veut rien dire puisqu'elles vont de 2 réacteurs à 6 réacteurs, et par ailleur un réacteurs a une puissance allant de 900 MW pour les plus petites qui sont aussi les plus nombreuses à 1500 MW pour les plus puissantes (actuellement). Voilà qui témoigne déjà de votre réaction irréfléchie. Pour avoir une opinion recevable on s'interesse au moins à la question dans laquelle on prétend débattre. c'est comme vos milliers d'hectares de PPV pour l'aquivalent d'un réacteur de quelle puissance ? Toujours de l'imprecision... du vague, de l'épidermique, du propos de comptoire. Je vais vous donnez une information comparative que tout le monde peut comprendre.:
Si le seul bâti du pays orienté Sud était couvert de PPV il produirait le double de ce que fourni mla totalité du parc nucl"aire en état de marche. C'est à dire ce qu'il n'est jamais car en ce moment et depuis plusieurs mois déjà il est incapable de fournir ne serait-ce que la moitié de la puissance installée, (moins de 30GW) alors que la puissance installée est de 61,4 GW. Et que par ailleurs, le besoin atteint régulierement 70 GW.
Je vous suggere la lecture de "Le regard des hommes sur le Soleil" paru chez ISTE éditions dont tout un chapitre est consacré à cette explmoitation du Soleil.
Enfin, croyez vous que les spécialistes qui traitent de ces problèmes n'ont pas remarqué que le Soleil ne brillait pas la nuit ? Personne sur cette planète n'a prétendu que les PPV etait LA solution ! les renouvelables sont un ensemble de solutions parcellaires et complémentaires qui peuvent fournir toutes les puissances dont nous auront besoin dans leurs évolutions actuelles et futur.
Il faut mouiller sa chemise pour se documenter et ne pas se contenter des contres-vérités qui courent les forums internet et émis par des gens qui ne sont pas plus compétents que vous. Donnez vous au moins les moyens de votre reflexion, les sites objectifs ne sont pas des sites d'opinion, mais des sites statistiques, économiques notemment d'économie énergétiques, les sites des opérateurs impliqués comme RTE, EDF...météofrance pour le vent et l'ensoleillement, et des sites scientifiques. Je vous sugger pour commencer à vous documenter sur les sujets abordés ici le site de RTE eco2mix qui vous apprendra beaucoup de choses sur la production électrique par filiere, les volumes d'echanges aux frontieres, et le prix du MWh heure par heure et jour par jour dans les pays d'Europe, notamment ceux qui sont les plus proches et avec qui on échange de la puissance. Je vous recommande également de site nuclear monitor d'EDF qui vous donnera en permanence l'état du parc nucléaire. Avec un peu d'habitude vous vous en sortire rapidement. Il y a bien d'autres site interessant par leur objectivité mais je ne veux pas vous noyer sous les sources dans ce bref contact.

Pierre 29

Je vais investir toutes mes économies dans l'industrie des bougies et autres lampes à huile !

Guillaume

Pierre29, parce-que vous croyez que le nucléaire c'est la modernité ? Un petit missile sur des fonctions-clés des centrales ou sur les lignes THT de sortie et c'est terminé... Demandez aux Ukrainiens et ne pensez pas que ça ne peut pas arriver chez nous !

Serge Rochain

Nous sommes d'autant plus vulnérables que les moyens de productions sont concentrés et leur puissance transportée par voie aérienne, ce qui est d'autant plus indispensable que les fortes puissance concentrées doivent être élevées très haut en tension pour limiter l'intensité (amperes) corrélé au diamètre des lignes de transmission, et limiter les pertes en chaleur par effet joule. Les puissances concentrées nucléaires telles que sorties des centrales nucléaires doivent être élevées à 400 000 volts sur lignes THT et sont portées sur 105000 Km qui zébrent la France par 300 000 pylônes de 90m de haut. Les sorties de parcs éoliens ou solaires sont de puissance limités d'un ordre 1000 et se contentent de moyennes tension que l'on peut réaliser en souterrain de façon économique, alors que c'est impossible à un coût raisonnable pour la THT. D'ailleurs vous ne verrez jamais de lignes aériennes au départ des parcs PPV ou solaires, elles sont toutes en MT en souterrain.

Florian - SYDEV

Merci Serge pour l'explication et la mise au clair du débat.
En effet comparer du PPV avec du nucléaire n'a pas de sens les ordres de grandeurs sont complétement différents !
Quand on parle de production énergétique renouvelable, de mix énergétique, il faut prendre un compte un tout nouveau modèle qui boulverse nos habitudes, à savoir que l'énergie électrique n'est plus produite de manière "invisble" pour les citoyens français, via des centrales nucléaires avec une production d'électricité très denses au km².
Demain l'énergie est produite localement et avec des sites répartis sur l'ensemble du territoire. La production d'énergie devient "visible" et c'est avec des débats et de l'éducation que l'ont sera faire comprendre aux citoyens qu'on ne peu plus fonctionner sur l'ancien système. On veux des énergies renouvelables ? Il faut alors accepter de les voir et de vivre avec.
Le rapport le plus explicte sur le sujet et le derier rapport d'RTE sur les possibilités de mix énergétique du réseau électrique français. Sans l'avoir en tête le débat sur le sujet des ENR en milieu rural est très compliqué à apréhender.

Pierre 29

Sans nouvelles des PPV qui fonctionnent la nuit, j'abandonne !

Guillaume

Pierre29, vous savez très bien que le solaire thermique et photovoltaïque permet de libérer des capacités de production d'autres sources d'énergie. Ainsi le solaire est capable de chauffer une maison et de produire de l'ECS, pour une grande partie des besoins, la chaleur produite pouvant être stockée et réutilisée la nuit dans une maison bien isolée.

Pierre 29

La nuit il y a aussi des usines qui tournent, des trains qui circulent, des batteries qui se rechargent...et j'en passe beaucoup !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.