Venezuela: six ex-dirigeants de Citgo passent de la prison à l'assignation à résidence

  • AFP
  • parue le

Six anciens dirigeants de Citgo, la filiale américaine du géant pétrolier vénézuélien PDVSA, incarcérés depuis deux ans pour corruption présumée au Venezuela, ont été assignés à résidence, a-t-on appris mardi auprès d'une ONG de défense des droits humains.

Les six mis en cause ont été transférés lundi vers leurs domiciles respectifs, où ils sont surveillés par des agents du contre-espionnage militaire et font "toujours l'objet de poursuites", a indiqué à l'AFP Gonzalo Himiob, directeur de Foro Penal, qui est en contact avec leurs proches.

Selon M. Himiob, leur assignation à résidence intervient après une demande de leurs avocats de "révision des mesures de privation de liberté" à leur encontre, à laquelle s'ajoute la "pression internationale".

Tous attendent leur jugement.

Cinq des six accusés ont la double nationalité américano-vénézuélienne. Le sixième est Vénézuélien et a le statut de résident aux Etats-Unis, pays qui a exigé sa libération.

L'ancien président de Citgo José Angel Pereira et les anciens vice-présidents du groupe Tomeu Vadell, Alirio Zambrano, Jorge Toledo, Gustavo Cardenas et José Luis Zambrano avaient été arrêtés le 21 novembre 2017 sur décision de la justice vénézuélienne, dont l'opposition affirme qu'elle est "aux ordres" du président Nicolas Maduro.

A l'époque, le procureur général Tarek William Saab avait affirmé qu'ils avaient signé en juillet 2017 un contrat avec les entreprises Frontier Group Management LTD et Apollo Global Management LLC portant sur une supposée renégociation de la dette de Citgo.

Mais, avait-il ajouté, ils auraient ainsi contracté des prêts à des "conditions défavorables" qui apparaissaient comme étant "néfastes à notre principale industrie qu'est PDVSA". Il s'agissait, selon M. Saab, de "corruption de la pire espèce".

L'administration de Donald Trump, qui tente d'évincer Nicolas Maduro du pouvoir, a confié la direction de Citgo à l'opposant Juan Guaido, qu'elle reconnaît comme président par intérim du Venezuela, tout comme une cinquantaine d'autres pays.

Elle a de nouveau appelé le Venezuela à accélérer la procédure contre ces six justiciables.

"Le groupe attend depuis plus de deux ans que son affaire soit traitée de manière équitable et a vu 18 auditions annulées jusqu'ici. Leur détention arbitraire doit cesser et le procès doit être organisé promptement", a écrit sur Twitter le plus haut diplomate chargé des relations avec les Amériques, Michael Kozak.

Citgo, dont le siège est à Houston (Texas, sud), possède trois raffineries capables de traiter 750.000 barils/jour, selon des chiffres de l'entreprise. Fondée en 1910, la filiale compte 3.500 employés. Elle possède 5.000 stations sous sa marque aux États-Unis.

Ajouter un commentaire