Éolien offshore : le Royaume-Uni voit toujours plus grand...

Projet de parc éolien de Norfolk Vanguard

Image 3D du projet de parc éolien de Norfolk Vanguard. (©Vattenfall)

Au large des côtes du comté de Norfolk (est de l’Angleterre), plusieurs parcs éoliens offshore géants pourraient émerger dans les prochaines années. Présentation.

De Norfolk Vanguard à Hornsea 3

Le secrétaire d’État britannique à l’Énergie Alok Sharma(1) a donné le 1er juillet 2020 son feu vert au projet de parc éolien offshore de Norfolk Vanguard. Celui-ci devrait compter « entre 90 et 180 éoliennes » (le fournisseur desdites éoliennes doit encore être sélectionné), pour une puissance cumulée de près de 1,8 GW, soit davantage que le plus grand parc éolien offshore actuellement en service dans les eaux britanniques (Hornsea 1, puissance installée de 1 218 MW). 

L’énergéticien en charge de ce projet, le groupe suédois Vattenfall, estime que son futur parc pourrait produire 8 467 GWh par an(2) , ce qui correspondrait à un facteur de charge particulièrement élevé de presque 54% (le facteur de charge moyen de l'éolien offshore au Royaume-Uni était de 40,5% en 2019)(3) . Les éoliennes de Norfolk Vanguard pourraient, selon l’exploitant, satisfaire les besoins annuels en électricité d’« approximativement 1,95 million de foyers » britanniques. La mise en service de ce parc éolien est envisagée par Vattenfall « au milieu des années 2020 »(4).

Précisons que l’énergéticien suédois développe en parallèle un second projet éolien offshore de très grande envergure à proximité de Norfolk Vanguard : Norfolk... Boreas, dont la puissance envisagée est également de 1,8 GW et qui doit recevoir « une décision finale du gouvernement britannique en avril 2021 ». Les deux projets – Vanguard et Boreas – seront « connectés au réseau électrique de National Grid par un câble partagé », précise Vattenfall(5).

Le secrétaire d’État britannique à l’Énergie a par ailleurs indiqué le 1er juillet être « disposé à accorder son consentement(6) » à un autre projet de parc éolien géant, toujours au large des côtes du comté de Norfolk : Hornsea 3, porté par le groupe danois Ørsted qui vise à installer jusqu’à 2 400 MW de capacités éoliennes(7). Le parc devrait compter au maximum 231 éoliennes, selon le projet de développement soumis par Ørsted auprès du gouvernement britannique. Il pourrait, selon les estimations du futur exploitant, produire suffisamment d’électricité pour « satisfaire en moyenne les besoins quotidiens en électricité de bien plus de 2 millions de foyers ».

Le gouvernement britannique a mentionné dans son rapport sur Norfolk Vanguard(8) les « inquiétudes » manifestées localement au sujet des parcs éoliens géants installés en mer (notamment au sujet de leur impact sur le paysage et la circulation maritime) mais juge que les avantages de ces projets « l'emportent sur leurs effets négatifs », dans le contexte de la lutte contre le changement climatique.

Le Royaume-Uni, nation phare de l'éolien offshore

Le Royaume-Uni reste de loin le pays disposant des plus importantes capacités éoliennes offshore au niveau mondial (devant la Chine). À fin 2019, le pays comptait 2 225 éoliennes au large de ses côtes (réparties entre 40 parcs), d'une capacité cumulée de 9 945 MW selon l'association WindEurope(9).  En 2019, presque la moitié des nouvelles installations d'éoliennes offshore en Europe en 2019 ont eu lieu au Royaume-Uni (252 nouvelles éoliennes connectées au réseau, 1 764 MW)(10).

Production éolienne du Royaume-Uni
La part de l'éolien offshore dans la production électrique du Royaume-Uni est passée de 0,8% en 2010 à 9,9% en 2019. (©Connaissance des Énergies, d'après Department for Business, Energy & Industrial Strategy)

Au total, l'éolien offshore a produit près de 32 TWh en 2019 (avoisinant pour la première fois le niveau de production de l'éolien terrestre dans le pays)(11), soit près de 9,9% de la production britannique d'électricité. Et la filière continue de progresser dans le mix électrique du Royaume-Uni, le gouvernement envisageant de disposer dans le pays de plus de 30 GW de capacités éoliennes offshore à l'horizon 2030(12). En 2019, près de 5,5 GW de capacités ont été attribuées par enchères au Royaume-Uni en 2019 (Round 3) pour un prix moyen de 40,63 £/MWh, soit près de 46,2 €/MWh connexion au réseau incluse, précise WindEurope.

Au 1er trimestre 2020, la production éolienne offshore au Royaume-Uni était supérieure de 53% au niveau du 1er trimestre 2019, grâce à des conditions de vents favorables et à l'augmentation des capacités installées(13).

 Carte de l'éolien offshore en Europe
Plus de 44% des éoliennes offshore installées en Europe à fin 2019 étaient implantées dans les eaux britanniques. (©Connaissance des Énergies, d'après WindEurope)