Les émissions mondiales de CO2 liées aux énergies fossiles encore au plus haut en 2023

parue le
Charbon

©Peabody

À l'heure où le sort des énergies fossiles fait l'attention de vives discussions à la COP28, une publication de référence est venue à nouveau sonner l'alarme ce 5 décembre à Dubaï : les émissions mondiales de CO2 liées aux énergies fossiles vont atteindre un nouveau niveau record, a annoncé le Global Carbon Project(1).

Une hausse moyenne des émissions autour de 1,1% en 2023

En 2023, les émissions mondiales de CO2 liées à l'utilisation de combustibles fossiles et à la production de ciment devraient « augmenter de 1,1% en 2023 (fourchette de 0,0% à 2,1% par rapport à 2022), pour atteindre 36,8 milliards de tonnes (Gt CO2) », soit 1,4% de plus que le niveau pré-Covid19 en 2019, indique le Global Carbon Project dans son dernier rapport annuel.

En 2022, ces émissions de CO2 liées aux énergies fossiles avaient déjà augmenté de 0,9% par rapport à 2021, atteignant 36,4 Gt cette année-là.

L'augmentation desdites émissions en 2023 pourrait provenir « à parts égales » du pétrole (dont les émissions de CO2 associées à son utilisation pourraient augmenter de 1,5% en 2023) et du charbon (+ 1,1%), estime le Global Carbon Project.

Au total, 41% des émissions mondiales de CO2 liées aux énergies fossiles et à la production de ciment seraient dues au seul charbon. Pour rappel, ce combustible a compté, au niveau mondial en 2022, pour 23,5% de la consommation d'énergie primaire et pour 35,4% de la production d'électricité.

 Mix énergétique et électrique dans le monde en 2022

Une probabilité de 50% de dépasser les « 1,5°C » dans 7 ans

En ajoutant les émissions mondiales de CO2 liées au changement d'usage des terres, en « légère baisse » (estimées à 4,1Gt CO2 en 2023), les émissions totales de CO2 dans le monde pourraient s'élever à 40,9 Gt en 2023 selon le Global Carbon Project.

In fine, « le niveau de CO2 atmosphérique devrait atteindre une moyenne de 419,3 ppm en 2023, soit 51% de plus que les niveaux préindustriels »(2).  Et « si les niveaux actuels d'émissions de CO2 persistent », le Global Carbon Project estime que « le bilan carbone restant pour limiter le réchauffement à 1,5°C avec une probabilité de 50%, pourrait être dépassé dans 7 ans, dans 15 ans pour 1,7°C ».

Sources / Notes
  1. Le Global Carbon Project est un projet de recherche international dans le cadre de l'initiative de recherche Future Earth sur le développement durable, et un partenaire de recherche du Programme mondial de recherche sur le climat de l’Organisation mondiale de la Météorologie. Il a pour objectif de quantifier le cycle mondial du carbone, y compris ses dimensions biophysiques et humaines, ainsi que les interactions et les rétroactions entre elles. Le bilan mondial du carbone 2023 est la 18e édition de la mise à jour annuelle qui a débuté en 2006, et la 12e édition disponible en libre accès dans le journal Earth System Science Data.
  2. « Les puits de CO2 terrestres et océaniques continuent d'absorber environ la moitié des émissions de CO2, malgré l'impact négatif du changement climatique sur ces puits. »