L'ambiguïté de la Chine sur le climat et le charbon

  • Source : Ifri

La lutte contre le changement climatique constitue une dimension importante de la politique étrangère de la Chine. Au niveau intérieur, le concept de « civilisation écologique » a été ajouté dans la constitution chinoise et une réforme institutionnelle majeure a renforcé le rôle du ministère de l'écologie et de l'environnement en 2018.

Dans la publication en anglais ci-après, mise en ligne par le Centre Énergie & Climat de l’Ifri, Marc Velinsky(1) juge toutefois que « les données sur la consommation d’énergie de la Chine pour 2018 reflètent l’ambiguïté de l’attitude de Pékin à l’égard du changement climatique ».

En 2018, la consommation chinoise de charbon a augmenté (même si la part de ce combustible dans la consommation énergétique globale du pays est en baisse) et les émissions nationales de gaz à effet de serre se sont élevées (comme en 2017)(2). À l'étranger, les acteurs chinois exportent leurs technologies et sont impliqués dans de très nombreux projets de centrales à charbon (102 GW de capacités cumulées selon l'auteur).

Les incertitudes autour de la stratégie énergétique et climatique de la Chine devraient être « clarifiées par le 14e plan quinquennal portant sur la période 2021-2025 qui est en cours de préparation », précise Marc Velinsky.

Lire l'étude  :
Etude Velinsky
Sources / Notes
  1. Marc Velinsky est un expert des politiques climatiques, notamment spécialisé dans la mise en oeuvre de l'accord de Paris.
  2. De 2,3% en 2018 selon des données provisoires.