Newsletters des énergies

Pétrole et gaz : les investissements en exploration-production en 2017

parue le
Investissements en exploration-production

La croissance des investissements en exploration-production en 2017 est concentrée en Amérique du Nord. (©Anadarko)

Après deux années de forte baisse, les investissements mondiaux dans l’exploration-production de pétrole et de gaz naturel ont légèrement augmenté en 2017 selon IFP Énergies nouvelles qui fait toutefois état de fortes disparités géographiques.

Une progression des investissements mondiaux liée au schiste américain

Les investissements mondiaux en exploration-production (E&P) de pétrole et de gaz ont atteint 390 milliards de dollars en 2017 selon un rapport publié la semaine dernière par IFP Énergies nouvelles(1). C’est 4% de plus qu’en 2016, année où ces mêmes investissements avaient chuté de 28% dans le contexte de prix bas des hydrocarbures.

Cette reprise « timide » des investissements « ne concerne que l’Amérique du Nord », indique toutefois IFP Énergies nouvelles. Hors Amérique du Nord, les investissements mondiaux en E&P ont en effet encore diminué en 2017 (- 3%), avec une baisse plus marquée en Europe (- 14%).

Les investissements au Royaume-Uni ont en particulier baissé de 22% en 2017, les projets dans les eaux britanniques de mer du Nord étant entrés « dans une phase de déclin tendanciel en raison de la maturité très avancée des gisements ». L’Oil and Gas Authority envisage ainsi une baisse de 13% par an de ces investissements d’ici à 2022.

Investissements exploration-production
En 2017, près d’un quart des investissements mondiaux en E&P ont été réalisés en Amérique du Nord. (©Connaissance des Énergies, d’après IFP Énergies nouvelles)

Une production de pétrole record aux États-Unis grâce aux indépendants

En Amérique du Nord, les investissements en E&P ont fortement augmenté en 2017 (+ 31%), avec la reprise des forages terrestres (+60%), principalement d’hydrocarbures de schiste. La production américaine de pétrole de schiste a notamment dépassé un record de 6 millions de barils par jour (Mb/j) fin 2017 selon l’EIA américaine alors même que l’activité de forage était près de moitié moins forte que fin 2014. Les productivités par puits ont été « multipliées par 2 ou 3 suivant les bassins » selon IFP Énergies nouvelles, notamment grâce à une meilleure connaissance géologique et un nombre de fracturations optimisé sur les « sweet spots ».

La hausse des investissements mondiaux en E&P est de fait portée en grande majorité par les compagnies indépendantes nord-américaines(2) (+ 60%) exploitant des hydrocarbures non conventionnels. A l’inverse, « la rigueur budgétaire reste de mise chez les majors » qui ont réduit leurs investissements de 16% au niveau mondial en 2017.


En 2017, les investissements en E&P des compagnies pétrolières nationales ont augmenté de 2% et compté pour plus de la moitié des investissements mondiaux. (©Connaissance des Énergies, d’après IFP Énergies nouvelles)

Et en 2018 ?

En 2018, « les anticipations du prix du pétrole sont très dispersées » avec un seuil bas évaluée à 55 $ par baril (prix moyen de 54 $/b en 2017) et un point haut estimé à 70 $/b (atteint en janvier 2018), indique IFP Énergies nouvelles en se référant aux prévisions des différents organismes de référence (AIE, EIA, OPEP).

A partir de ces hypothèses de prix, IFP Énergies nouvelles estime que les investissements en exploration-production pourraient augmenter de 2% à 6% en 2018, « avec là encore une croissance concentrée sur l’Amérique du Nord ». Les investissements mondiaux se situeraient alors dans une fourchette de 397 à 413 milliards de dollars en 2018. Pour rappel, ceux-ci avaient atteint 683 milliards de dollars en 2014.